• Ségolène Royal comme Julien Dray s’assied sur les principes.

    novembre 30, 2009 by · Commentaires fermés sur Ségolène Royal comme Julien Dray s’assied sur les principes.
    Filed under: Politique 

    Ségolène Royal, Julien Dray, et tous les politiques avant eux jettent aux orties des principes qu’ils revendiquaient pour les autres…

    Il est aisé de se rappeler la montée aux créneaux de Ségolène Royal lorsque un homme politique du clan adverse était mis en examen et qu’elle réclamait à cor et à cri sa démission le temps de la procédure…

    Pour Julien Dray qui paraît enlisé dans un bourbier dont, comme pour les autres la présomption d’innocence joue, sa candidature aux Régionales ne trouble absolument pas Ségolène Royal qui est prête à s’asseoir sur tous les principes dont elle se déclare le porte flambeau…

    On savait Ségolène Royal gourde; pourrie comme les autres, elle vient de nous en donner confirmation.

    DSK, un pompier qui veut devenir Roi

    novembre 28, 2009 by · Commentaires fermés sur DSK, un pompier qui veut devenir Roi
    Filed under: Politique 

    Dominique Strauss-Khan après ses exploits amoureux au FMI nous donne son sentiment sur la crise…

    Il est vrai que dans cette institution installée aux Etats-Unis, il n’y a pas grand chose à faire sinon reluquer les stagiaires et revoir les films de sa jeunesse.

    C’est ce que fait DSK, qui justement vient de revisionner la tour infernale avec Steeve McQueen, ce qui l’a inspiré pour son interview au Figaro.

    Les dettes publiques atteignent des niveaux inquiétants. Peut-on les laisser dériver, demandait le journaliste du Figaro.

    « Nous étions face à un incendie. Le FMI a été le premier à sonner le tocsin. On a sorti les grosses lances à incendie la coopération monétaire, bancaire et budgétaire. On a ainsi évité une crise comme celle de 1929 et on a éteint le feu. Mais, maintenant, il y a de l’eau partout. Il faudra du temps pour l’éponger et revenir à des niveaux raisonnables. Mais il faudra le faire. »

    Les banques qui soit-disant ont retrouvé une bonne santé financière alors qu’elles sont toutes au bord de la faillite, DSK et le FMI ne voient rien de choquant de ce côté là, faisant ainsi le jeu des banquiers, qui à terme va ruiner tous les citoyens détenteurs de produits bancaires frelatés.
    DSK voit même une sortie de crise pour 2010, alors que nous galopons vers la catastrophe comme nous n’en avons encore jamais connu.

    Décidément, Steeve McQueen était bien meilleur en toutes circonstances, et pour 2012, DSK libéré de ses obligations mondaines au FMI pourra s’inscrire à des cours d’économie…

    Grippe A, Roselyne Bachelot déclare « Panique Générale »

    novembre 28, 2009 by · Commentaires fermés sur Grippe A, Roselyne Bachelot déclare « Panique Générale »
    Filed under: Politique 

    Souvenez vous, il y a deux semaines, nous étions abreuvés de sondages qui déclaraient que les français ne comptaient pas se faire vacciner contre la grippe A et que le personnel soignant n’était d’accord qu’à 20%…

    Nous avions vu alors des sommités de tout ordre expliquer devant les micros qu’il fallait que le personnel de santé montre l’exemple et que même si le vaccin avait été fait dans l’urgence et que pour les personnes moins fragiles elles auraient un vaccin avec adjuvant (..) il était impératif de se faire vacciner!

    Roselyne Bachelot qui n’est pas à un mensonge près nous avait également expliqué que nous n’étions pas pris de court puisque nous avions 92 millions de vaccins pour une population de 65 millions d’habitants alors que nous n’en possédons que 12 millions actuellement.

    On nous avait également dit auparavant qu’il fallait deux injections, qui sont subitement devenues inutiles, une seule suffisant; il n’y a pas que le virus qui est mutant…

    Donc, les français ne voulant pas se faire vacciner, la truculente Roselyne et son état-major décidaient d’organiser une panique générale, bricolant des statistiques, faisant surgir des morts comme s’ils en pleuvaient et pour finir par un film d’horreur, un virus mutant.

    Il n’en fallait pas plus pour que la population récalcitrante se rue dans les centres de vaccination criant au scandale devant les files d’attente.

    C’est l’arroseur arrosé, et la pauvre Roselyne trempée, invite maintenant la population à attendre sagement d’être convoquée! Tout d’un coup, il n’y a plus d’urgence…

    Affaire à suivre, sans se presser…

    José Bové et les banquiers dans l’état de droit

    novembre 25, 2009 by · Commentaires fermés sur José Bové et les banquiers dans l’état de droit
    Filed under: Politique 

    José Bové vient une nouvelle fois d’être condamné à un an de prison (seulement) avec sursis, ce qui doit l’amener à quelques années de prison mais toujours avec sursis, et quand par hasard un tribunal s’est trompé dans l’écriture en notant ferme, on transforme en journée amende…

    Cela permet de continuer à violer toutes les règles de propriété et autres, et pis encore de vous faire élire dans un parlement national ou Européen, les intéressés s’en foutent du moment qu’ils passent à la caisse…

    Les banquiers, eux magouillent à tout va, ruinent les petits épargnants, et aujourd’hui on retrouve pratiquement toutes les enseignes devant les tribunaux.

    Le crédit lyonnais, LCL pour détournement de fonds, la banque populaire et la caisse d’épargne pour tromperie etc etc…

    Les avocats des divers plaignants s’insurgent devant le comportement des banques qui violent toutes les règles élémentaires de procédure, devenant de ce fait de véritables escrocs.

    Avec la crise financière qui se profile dans les mois à venir, les usagers seraient biens inspirés de liquider les produits bancaires qui ne sont que du papier sans valeur et de ne laisser que le minimum de liquidités sur les comptes, juste de quoi régler l’EDF et les petites factures habituelles.

    L’état de droit français, une valeur qui ne vaut pas un kopeck…

    Vincent Peillon Juge Royal avec lucidité.

    novembre 23, 2009 by · Commentaires fermés sur Vincent Peillon Juge Royal avec lucidité.
    Filed under: Politique 

    Le député Européen Vincent Peillon qui brigue lui aussi la tête des socialistes, déclarait à BFM télé les propos suivants, suite à l’incursion de Ségolène Royal à Dijon:

    « Les oiseaux ne nagent pas, les poissons ne volent pas, vous me demandez de commenter des choses qui n’ont pas de sens. On n’est en plein ‘Vol au dessus d’un nid de coucou’. Tout ça relève de la psychiatrie lourde. »

    Ségolène Royal relevant de la psychiatrie lourde, c’est très exagéré,c’est tout simplement une gourde comme tout son parcours et ses déclarations le prouvent.

    Vincent Peillon il est vrai est plus au contact de la prétendante au trône et il est certain que l’état mental de Ségolène Royal en prenant de l’âge, ne va pas s’arranger…

    Le seul choix politique pour les français restant d’actualité est l’abstention.

    Marie Ndiaye, le goncourt du ridicule

    novembre 12, 2009 by · Commentaires fermés sur Marie Ndiaye, le goncourt du ridicule
    Filed under: Politique 

    L’écrivain(e) prix Goncourt qui vit aujourd’hui à Berlin dit tout, son contraire, et n’importe quoi.

    Opposée à Eric Raoult dans une bataille médiatico politique, elle s’est mélangée les pinceaux avant de se lancer dans une croisade déplacée pour la liberté d’expression.

    Aux dernières nouvelles, Frederic Mitterrand, sévèrement échaudé récemment en terme de polémiques glauques, n’a pas souhaité arbitrer le débat entre Marie NDiaye, Goncourt médiocre et Eric Raoult, ministre quelconque.

    Le ministre de la culture a simplement expliqué que bien évidemment les lauréats d’un prix littéraire n’étaient soumis à aucun devoir de réserve et qu’un ministre a le droit de dire ce qu’il pense. La balle au centre.

    Les raisons de toute cette agitation ? Les déclarations de Marie NDiaye au Inrocks il y a quelques mois de cela. A la question « vous sentez vous bien dans le France de Sarkozy ? » voici ce qu’elle répondait : « Je trouve cette France-là monstrueuse. Le fait que nous (avec son compagnon, l’écrivain Jean-Yves Cendrey, et leurs trois enfants – ndlr) ayons choisi de vivre à Berlin depuis deux ans est loin d’être étranger à ça. Nous sommes partis juste après les élections, en grande partie à cause de Sarkozy, même si j’ai bien conscience que dire ça peut paraître snob. Je trouve détestable cette atmosphère de flicage, de vulgarité… Besson, Hortefeux, tous ces gens-là, je les trouve monstrueux. Je me souviens d’une phrase de Marguerite Duras, qui est au fond un peu bête, mais que j’aime même si je ne la reprendrais pas à mon compte, elle avait dit : “La droite, c’est la mort.” Pour moi, ces gens-là, ils représentent une forme de mort, d’abêtissement de la réflexion, un refus d’une différence possible. Et même si Angela Merkel est une femme de droite, elle n’a rien à voir avec la droite de Sarkozy : elle a une morale que la droite française n’a plus. »

    Ce sont ces propos qui ont ému Eric Raoult, ministre fragile, qui a du coup demandé stupidement il est vrai à NDiaye de ne pas oublier son « devoir de réserve ». Imbécile bien sûr, il n’y a pas plus de devoir de réserve pour un écrivain Goncourt (ou pas) que pour un chanteur disque d’or (ou pas).

    Néanmoins, bon on peut comprendre aussi l’émotion de Raoult devant la diatribe de l’écrivain(e). La France de Sarkozy monstrueuse, la droite c’est la mort, la vulgarité, l’absence de morale, c’est pas qu’une petite charge. L’alibi Duras au milieu, Duras qui n’a pas dit que des conneries, mais qui en a aussi écrites (salut Desproges) n’atténue en rien le côté démagogique, limite populiste sinon grossière de la charge de NDiaye.

    Donc Raoult a parfaitement le droit de s’en émouvoir. Mais fait fausse route sur son devoir de réserve.
    Le problème est ailleurs. Le problème est que Ndiaye, apparemment très sûre et convaincante dans ses propos du mois d’août, change de ton chez Elkabbach lundi dernier (sans doute impressionnée par le grand journaliste sarkozien) et déclare que ses propos étaient très excessifs : « Je ne veux pas du tout avoir l’air de fuir je ne sais quelle tyrannie insupportable. Simplement, depuis quelques temps, je trouve l’atmosphère en France assez dépressive et morose, il me semble qu’à Berlin en ce moment elle est plus exaltante» explique-t-elle alors, avant d’ajouter dans les Inrocks plus tard : « Je ne voulais pas donner l’impression que Jean-Yves (Cendrey, le compagnon de Marie NDiaye – ndlr) et moi-même nous présentions comme des écrivains des années 30 qui auraient fui le fascisme, car cela aurait été disproportionné. » Il nous semblait bien aussi, qu’il en était ainsi, une charge disproportionnée, une sortie à l’emporte pièce, un peu à la Noah, relativement aisée de la part de gens à l’abri du besoin qui peuvent se présenter sans risque comme des « résistants » mais qui ne résistent à rien, même pas à la tentation de dire n’importe quoi.

    Oui mais voilà : quand N’Diaye « affine » ses propos selon ses propres termes, elle ne sait pas encore ce que Raoult a dit. Et alors là ça change tout, on repart comme en 40, si j’ose dire : Au vu de ce qui se passe aujourd’hui avec cette histoire Raoult, je réitère et maintiens mes propos absolument. Mince alors, retour à la case départ. Ce qui était disproportionné redevient juste et sans excès. Donc si l’on suit Ndiaye, elle se présente aujourd’hui sans fard comme un écrivain des années 30 fuyant le fascisme, donc la France de Sarkozy est l’Allemagne d’Hitler ou pas loin. Donc NDiaye, dans son exil, est la porte flambeau des résistants de tous horizons. Une femme puissante et droite, un modèle, un exemple. Qui devrait nénanmmoins se préoccuper de l’importance et du sens des mots : quand elle dit que Raoult est « à la limite de la droite extrême », elle risquerait presque la diffamation. Quand elle dit « il n’empêche qu’hélas le ridicule ne tue pas » à propos toujours de Raoult, elle pousse un peu le bouchon : ce « hélas » est une figure de style douteuse au mieux ou l’expression d’un réel sentiment haineux assez étrange de la part d’une écrivaine un peu trop nerveuse. Et puis si le ridicule tuait, Raoult ne serait pas le seul cadavre dans cette histoire.

    Tout ça pour quoi ? Rien, ou presque. A défaut de devoir de réserve, les écrivains primés devraient surtout s’abstenir de parler quand ils n’ont rien à dire que des banalités.

    La France de Sarkozy « monstrueuse », litanie entendue largement depuis deux ans dans le milieu show biz rive gauche qui n’a de cesse de caricaturer la vérité pour se déguiser en résistants de la première heure, pour s’inventer une bonne conscience qui ne coûte rien et fait vendre des disques ou des livres. Dans un pays monstrueux où la littérature existerait encore un peu, l’affrontement Raoult-NDiaye n’aurait sa place qu’en pages intérieures de Voici, et encore.

    Bernard Accoyer, seul en république bananière française ?

    novembre 10, 2009 by · Commentaires fermés sur Bernard Accoyer, seul en république bananière française ?
    Filed under: Politique 

    Les demandes répétés de la majorité n’y auront rien fait, celui qui passe déjà pour un traître, le président UMP de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a tranché mardi en faveur des socialistes qui exigeaient depuis juillet dernier la poursuite de la procédure visant à créer une commission d’enquête parlementaire sur les sondages commandés par l’Elysée.

    Ne vous y méprenez pas, les socialistes ne sont pas plus vertueux qu’à l’UMP, ils sont seulement dans l’opposition !

    Une demande qui répondait aux «interrogations» formulées par la Cour des comptes, dans son premier rapport annuel, sur l’important budget alloué par l’Elysée aux enquêtes d’opinion.

    L’année dernière, son montant s’est élevé à 3,28 millions d’euros.

    Le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Christian Frémont, a de son côté révélé mi-octobre, lors de son audition devant l’Assemblée, que le spécialiste des sondages Pierre Giacometti (que l’on voit en permanence sur les plateaux télé) bénéficiait d’un contrat de 43 500 euros mensuels avec l’Elysée et le politologue Patrick Buisson (que l’on ne voit plus à LCI) d’un contrat de 10 000 euros par mois.

    Le président de l’Assemblée nationale a justifié sa décision par l’absence de poursuite judiciaire en cours. C’est maintenant à la commission des lois de l’Assemblée de «vérifier les conditions requises» pour la création d’une telle commission et de «se prononcer» sur son «opportunité», a-t-il expliqué.

    Alors que Michèle Alliot-Marie (qui justifie l’arrangement avec Nicolas Sarkozy lors des présidentielles, lire dans El Dia) s’était opposée à la création d’une telle commission, le président du Palais Bourbon a jugé que l’objection de la ministre de la Justice n’était pas un motif d’irrecevabilité.
    Cette dernière avait en effet estimé que le pouvoir de contrôle du Parlement s’exerçait sur l’action du gouvernement, et non sur celle de la présidence de la République. Un tel contrôle, étant selon elle, inconstitutionnel.
    «Les nouvelles dispositions de la Constitution et du règlement de l’Assemblée nationale rendent quasi automatique la constitution d’une commission d’enquête, sauf opposition d’une majorité des trois cinquièmes des membres de l’Assemblée», lui a rétorqué mardi Bernard Accoyer.
    Et d’ajouter : «Il n’est pas d’usage que l’exécutif fasse des remarques sur la façon dont le Parlement doit se saisir de telle ou telle question !»

    Bernard Accoyer a envoyer se faire foutre Alliot-Marie, et il a bien fait.

    Reste à savoir si les députés UMP vont lui pardonner cette honnêteté…

    Le Crédit Lyonnais à nouveau devant les juges !

    novembre 2, 2009 by · Commentaires fermés sur Le Crédit Lyonnais à nouveau devant les juges !
    Filed under: Politique 

    Si les banques (et en particulier les banques françaises) sont douteuses, il y a une, ou le doute n’est plus permis, c’est le Crédit Lyonnais ou LCL.

    Les contribuables après avoir épongé des milliards, vont devoir ENCORE payer 280 millions d’euros pour les malversations passées de cette officine.

    Aujourd’hui dans le cadre d’une affaire que nous avait rapporté un lecteur d’El Dia et que nous avions relaté, ou détournement de fonds, non respect de contrat, sont des manœuvres qui ont
    l’air habituelles pour LCL, vient s’ajouter une affaire de diffamation, divulgation de données confidentielles et secret bancaire violé, en divulguant des données confidentielles aux autres établissements bancaires.

    En effet, une autre banque de la société mère de la filiale cliente du LCL, l’a prévenue que le Crédit Lyonnais les avait contacté lui faisant part des poursuites engagées contre LCL, exerçant une forme de diffamation…

    Alors, LCL, une banque de crapules, de malfrats, mais plus inquiétant en cette période de crise, peut-on encore raisonnablement confier des fonds, ses économies à de tels individus, évidemment non !

    Les clients de LCL apprécieront et ce ne sont pas les spots publicitaires à répétition qui feront oublier que cette banque mérite toute votre méfiance…

    Ce n’est pas Bernard Tapie et les 65 millions de contribuables qui nous contrediront.

    Le Crédit Lyonnais à nouveau devant les juges !

    novembre 2, 2009 by · Commentaires fermés sur Le Crédit Lyonnais à nouveau devant les juges !
    Filed under: Politique 

    Si les banques (et en particulier les banques françaises) sont douteuses, il y a une, ou le doute n’est plus permis, c’est le Crédit Lyonnais ou LCL.

    Les contribuables après avoir épongé des milliards, vont devoir ENCORE payer 280 millions d’euros pour les malversations passées de cette officine.

    Aujourd’hui dans le cadre d’une affaire que nous avait rapporté un lecteur d’El Dia et que nous avions relaté, ou détournement de fonds, non respect de contrat, sont des manœuvres qui ont
    l’air habituelles pour LCL, vient s’ajouter une affaire de diffamation, divulgation de données confidentielles et secret bancaire violé, en divulguant des données confidentielles aux autres établissements bancaires.

    En effet, une autre banque de la société mère de la filiale cliente du LCL, l’a prévenue que le Crédit Lyonnais les avait contacté lui faisant part des poursuites engagées contre LCL, exerçant une forme de diffamation…

    Alors, LCL, une banque de crapules, de malfrats, mais plus inquiétant en cette période de crise, peut-on encore raisonnablement confier des fonds, ses économies à de tels individus, évidemment non !

    Les clients de LCL apprécieront et ce ne sont pas les spots publicitaires à répétition qui feront oublier que cette banque mérite toute votre méfiance…

    Ce n’est pas Bernard Tapie et les 65 millions de contribuables qui nous contrediront.

    Copyright 2008 - El-dia.com - Tous droits réservés