• Les Politiques pour la transparence secret défense

    septembre 30, 2010 by · Commentaires fermés sur Les Politiques pour la transparence secret défense
    Filed under: Politique 

    LA PROTECTION DU SECRET DEFENSE EN FRANCE | Investigations UFO et ...

    Que ce soit de la Gauche à la Droite, les hommes et les femmes politiques n’aiment pas les vérités déballées au peuple.

    Tels des rois avec leurs privilèges, ces choses là doivent être bien gardées et lorsqu’un renégat comme Martin Hirsch vient à écrire un livre qui dénonce la corruption qui règne en France, Rachida Dati, la risible ancienne garde des sceaux crie au scandale tout comme Jean-François Copé ou Gérard longuet qui s’est offert une propriété à St Tropez à l’image des stars…

    Aujourd’hui, c’est Nicolas Sarkozy qui s’en mêle reconnaissant par ces propos que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

    Mercredi, au cour d’un petit-déjeuner de l’UMP, le chef de l’Etat a estimé que l’ancien haut-commissaire aux Solidarités actives avait commis une faute grave, en utilisant les informations de la Commission pour la transparence financière de la vie politique –

    Commission pour la transparence mais classée Secret Défense, donc il n’y a rien à voir, circulez!

    Celui qui était ministre des Postes entre 1986 et 1988 et accusé d’avoir acheté sa villa tropézienne via l’agent récolté grâce à ses timbres rares, Gérard Longuet s’insurge: « Martin Hirsch est totalement déloyal. Je ne lui ferai pas de procès mais je le ferai bénéficier de mon mépris« ,

    On aurait préférer un procès en diffamation qui nous aurait peut-être éclairé sur ce qu’avait empoché réellement Gérard Longuet…

    Jean-François Copé fait partie des cibles de l’ancien directeur d’Emmaüs, qui l’accusait de cumuler ses fonctions de politique avec celle d’avocat d’affaires.

    JF Copé répondait: »Comme de très nombreux députés, je suis évidemment très attentif à ne jamais traiter aucune affaire qui puisse concerner l’Etat ou même mes anciennes compétences ministérielles, et notamment dans le domaine fiscal, puisque j’ai été ministre du Budget« . On le croit sur parole… d’ailleurs Eric Woerth vient d’en faire la démonstration!

    Luc Chatel qui ne rate jamais une occasion de dire une couillonnade s’exclamait:: « Quand on se veut chevalier blanc, on commence par respecter la loi et par ne pas divulguer des informations confidentielles auxquelles on a accès parce qu’on est membre d’une commission qui a été installée par le Parlement et qui vise à la transparence de la vie politique ». Evidemment des informations pour la transparence qui sont confidentielles, tout cela devient obscur…

    La transparence dans le secret, cela aurait pu être de Ségolène Royal…

    (*) Pour en finir avec les conflits d’intérêts, Martin Hirsch, Stock, 12 euros.

    Kim Jong plus fort que Nicolas Sarkozy

    septembre 28, 2010 by · Commentaires fermés sur Kim Jong plus fort que Nicolas Sarkozy
    Filed under: Politique 

    Kim Jong-un: 10 ways North Korea's 'Dear Leader' is different ...

    Nicolas Sarkozy qui voulait imposer son fils Jean à la tête de l’EPAD alors que rien tant sur le parcours que sur les facultés intellectuelles ne le prédisposait à un tel poste, son homologue Coréen a agit beaucoup
    plus adroitement en nommant son fils Kim Jong-un, général dans l’armée nord-coréenne.
    Il est certain que si Nicolas Sarkozy avait fait nommer son fils Jean Sarkozy général de l’armée française, pas un journaliste n’aurait rué dans les brancards et crié au scandale.
    Un général dans l’armée française à quoi cela sert-il? A rien puisque l’armée n’a rien et ne peut rien défendre, ne possédant ni la quantité ni la qualité matérielle pour engager un conflit.
    Général à 23 ans, c’était une belle promotion, car avec le statut des retraites particulier à l’armée que même le sordide Eric Woerth ne touchera pas (il n’y a bien que là qu’il ne touchera pas), Jean Sarkozy
    pouvait prendre sa retraite à quarante trois ans et clôturer ainsi une vie bien remplie, de quoi s’orienter vers des élections présidentielles…
    La France a déjà eu un général, certes gâteux, mais 12 ans tout de même.

    Comment on va enterrer l’affaire Woerth!

    septembre 27, 2010 by · Commentaires fermés sur Comment on va enterrer l’affaire Woerth!
    Filed under: Politique 

    187fba7a-d255-11e1-9473-d9e6 ...

    Le procureur de la cour de cassation a recommandé la saisine d’un juge d’instruction mais pas de cour de justice.

    Un juge d’instruction, pourquoi faire, alors que l’on connaît tous les détails, les mensonges d’Eric Woerth, tous les conflits d’intérêt liant les époux Woerth à la famille Bettencourt, Bercy qui est resté sagement à l’écart, toutes les magouilles Woerth hors Bettencourt, un dossier suffisamment volumineux pour traduire l’ancien ministre du budget devant un tribunal, mais voilà, le dossier est entre les mains du procureur Courroye, grand ami de Nicolas Sarkozy.

    Ce quinquennat n’est pas le feuilleton « Hélène et les garçons », mais « Sarkozy et ses amis »!

    Les affaires touchant les hommes politiques sont toujours enterrées. Rappelez vous le dossier extrêmement chargé de Julien Dray qui s’est soldé par un rappel à la loi, (aurait-il enfreint cette loi?), un dossier plus que lourd instruit par deux juges sur Dominique de Villepin qui aurait dû conduire l’ancien premier ministre devant une cour pour haute trahison puisque voulant éliminer un candidat que les français plébiscitaient, et qui s’est soldé par un acquittement. A se demander pourquoi payer des juges puisque leur travail ne sert à rien…

    Eric Woerth qui devrait pour le moins être mis en disponibilité et en examen, continu son office de ministre, c’est le privilège des républiques bananières.

    L’affaire Woerth est déjà enterrée, on attend la suivante qui ne devrait pas tarder…

    William Cardspeare

    Rachida Dati, sucer n’est pas inflationniste…

    septembre 26, 2010 by · Commentaires fermés sur Rachida Dati, sucer n’est pas inflationniste…
    Filed under: Politique 

    Rachida Dati pourrait être candidate à la Mairie de Paris - Elle

    Rachida Dati, maire du 7è arrondissement ancienne Garde des sceaux, grande amie, très grande amie de Nicolas Sarkozy, députée européenne qui se rase à Strasbourg et qui visiblement n’arrive pas à se concentrer sur des sujets aussi rasants que l’économie alors qu’il y a des choses beaucoup plus motivantes en tous cas plus excitantes…

    Comme le disait un grand économiste, Fellation et Inflation sont deux phénomènes d’accroissement…

    Lapsus: Dati confond « inflation » et… « fellation »

    Bernard Tapie repart en croisière avec LCL

    septembre 23, 2010 by · Commentaires fermés sur Bernard Tapie repart en croisière avec LCL
    Filed under: Politique 

    Charter yacht Reborn 3000m2 of living spaceSuper Yachts by ...

    Le Reborn est un moteur yacht de 75 m de long construit en 1999 et refait en grande partie à Gênes en Italie pour le compte de l’ancien ministre de François Mitterrand…

    Le Crédit Lyonnais est devenu LCL mais n’a pas changé ses pratiques douteuses, Eric Woerth est toujours au gouvernement à s’occuper des retraites des français après s’être occupé de la sienne principalement en Suisse disent certains banquiers helvètes, Nicolas Sarkozy et François Fillon promettent de réduire le déficit… un jour quand ils ne seront plus là, vraiment Bernard tapie a raison, il est temps de repartir en croisière…

    avec le Reborn, Bernard Tapie renaît!

    Bernard Tapie enrichi les escrocs de LCL ou crédit Lyonnais

    septembre 23, 2010 by · Commentaires fermés sur Bernard Tapie enrichi les escrocs de LCL ou crédit Lyonnais
    Filed under: Politique 

    Bernard Tapie, l'homme aux mille métiers

    Le 16 septembre dernier, Bernard Tapie a répondu au président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale, qui a évalué à 220 millions d’euros le montant que l’Etat lui aurait finalement remboursé. Ci-dessous l’intégralité de ce courrier.

    Monsieur Bernard TAPIE
    A Monsieur le Président de la Commission des Finances et du Contrôle Budgétaire
    Assemblée Nationale
    Paris, le 16 Septembre 2010

    Monsieur le Président,

    C’est bien volontiers que j’accepte d’apporter mes commentaires sur l’évaluation que votre Commission a faite selon laquelle 220 M€ reviendraient à mon épouse et à moi-même, suite à la condamnation prononcée contre le CDR par le Tribunal Arbitral dans sa Sentence du 7 juillet 2008.

    J’ai comme tous les français pu prendre connaissance de cette évaluation dans les différents médias depuis le 8 septembre 2010.

    Qu’il me soit permis, tout d’abord, de porter à votre connaissance, trois faits majeurs qui sont intervenus entre l’audition du 10 septembre 2008 à laquelle vous faites référence et aujourd’hui.

    En premier lieu, quelques membres de votre Commission s’étaient élevés contre la décision d’avoir eu recours à l’Arbitrage pour trancher le litige qui m’opposait au CREDIT LYONNAIS ou LCL, et contre le fait pour le CDR de n’avoir pas fait appel de la décision du Tribunal Arbitral ; dénonçant le « scandale d’état » de me voir gratifié de quelque indemnité que ce soit.
    Pour démontrer la justesse de leur analyse, certains d’entre eux :

    Monsieur De Courson,
    Monsieur Bayrou,
    Monsieur Ayrault ,
    ont saisi le Tribunal Administratif pour faire sanctionner la Ministre des Finances, Madame LAGARDE, lui reprochant d’être en quelque sorte celle par qui le scandale est arrivé.
    La décision du Tribunal Administratif estime sur le fond que non seulement aucune critique ne pouvait être faite à l’encontre de Madame LAGARDE mais qu’il apparaissait évident que le recours à l’arbitrage était le seul moyen de clore les débats qui duraient depuis plus de 15 ans et que la Sentence Arbitrale était en parfaite harmonie avec tous les Jugements et Arrêts sur le fond et non contredits par la Cour de Cassation.

    Enfin, le Tribunal a parfaitement intégré le fait que toute autre procédure comportait un risque de sanction plus lourde pour le CDR.
    Le Tribunal Administratif a d’ailleurs indiqué, sur le préjudice moral:
    « ….que l’indemnisation du préjudice moral n’avait nullement été exclue par la Cour d’appel, qui avait, en outre, réservé sa décision quant à la réparation éventuelle du préjudice consécutif à la mise en liquidation judiciaire des entités du groupe Tapie ;
    Considérant qu’il ressort des motifs de sa sentence que le Tribunal arbitral précise les fautes des filiales du Crédit Lyonnais ou LCL, et non du Crédit Lyonnais ou LCL lui-même, dans l’exécution du mandat de vente, fautes déjà retenues par la Cour d’appel ; qu’il précise la détermination du préjudice personnel, et non du préjudice d’actionnaire, subi par le groupe Tapie du fait de l’exécution déloyale du mandat de vente par les établissements bancaires ; qu’après avoir rappelé la liquidation judiciaire des époux Tapie et relevé l’arrêt brutal de leurs activités professionnelles, il détermine le préjudice moral, dont la réparation est destinée à en priorité à couvrir l’insuffisance d’actif dans le cadre de la liquidation judiciaire, en faisant état du comportement anormal de la banque à l’égard des époux Tapie, accompagné d’une campagne médiatique particulièrement violente… » ;
    Sur la condamnation elle-même, le Tribunal administratif précise :
    « …Considérant qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que la ministre aurait commis une erreur manifeste d’appréciation en décidant de ne pas s’opposer à la décision du CDR de recourir à l’arbitrage, alors même que le Crédit Lyonnais ou LCL y était défavorable, eu égard à la complexité du litige, à sa nature, à sa durée et aux risques sérieux d’une nouvelle condamnation, et même d’aggravation de la première condamnation, compte tenu de la gravité des autres fautes du groupe bancaire LCL retenues par la Cour d’appel et non censurées par la Cour de cassation et de l’étendue du préjudice restant à déterminer, qui ne pouvait plus être limité au tiers du manque à gagner et qui devait inclure les effets de la liquidation judiciaire… » ;
    Quant à la décision de ne pas faire appel, le Tribunal Administratif juge :

    Considérant qu’il ne ressort pas davantage des pièces du dossier que la ministre aurait commis une erreur manifeste d’appréciation en décidant de ne pas s’opposer à la décision du CDR de ne pas diligenter un recours en annulation contre la décision du Tribunal arbitral, en estimant que le compromis d’arbitrage, notamment la chose jugée, n’avait pas été méconnu et qu’en conséquence un recours en annulation n’aurait pas eu de chance sérieuse de succès, eu égard aux cas limités d’ouverture prévus par l’article précité 1484 du code de procédure civile ; »
    La Commission constatera qu’après le Tribunal de Commerce, la Cour d’appel et le Tribunal Arbitral, le Tribunal Administratif a retenu la gravité des fautes commises par la Banque LCL et a estimé totalement justifiée la Sentence Arbitrale.

    Votre Rapporteur, Monsieur de Courson, le plus actif pour accuser Mme Le Ministre, est pourtant le moins bien placé pour contester l’entrée en Arbitrage puisqu’en sa qualité de représentant de l’Assemblée Nationale à l’EPFR, il a voté en Conseil d’Administration, comme les autres membres, pour cette entrée en arbitrage ; et s’est même vanté en public, à juste titre, d’avoir donné des conseils sur la rédaction du compromis d’arbitrage !!

    En second lieu, je souhaite rappeler la décision du Tribunal de Commerce du 6 mai 2009 qui a ordonné la révision des Jugements de Liquidation Judiciaire de mes sociétés ; décision extrêmement rare puisqu’elle n’est pas le fait du paiement des dettes de l’entreprise, donc de la décision d’arbitrage, mais du fait que le Tribunal a estimé que jamais mes sociétés et moi-même n’aurions dû être en liquidation judiciaire sans les faute graves commises par la banque LCL.
    Cela aura évidemment une influence et des conséquences sur la répartition des fonds censés revenir à mon épouse et moi puisque la dissolution de GBT n’est aujourd’hui plus obligatoire.
    En troisième lieu, je soulignerai que le Tribunal Correctionnel, saisi par Madame JOLY pour banqueroute, m’a relaxé ; là encore non pas grâce au fait que les dettes aient été payées mais au fait que le Tribunal Correctionnel n’a retenu aucune faute pénale contre moi.

    Je rappelle, pour mémoire, que c’est au motif de cette mise en examen pour banqueroute que la majorité de l’époque de l’Assemblée Nationale a voté, à la demande de Madame JOLY, la levée de mon immunité parlementaire le 8 Décembre 1993 à 18 heures aboutissant à mon arrestation dès le lendemain matin à 6 heures par la police, menottes aux poignets et ce, devant toutes les caméras de télévision.

    Pour revenir, après ce rappel, à la question de votre évaluation, soit 220 M€, je vous indique qu’elle est très proche de la somme qui figure dans la liasse comptable 2009 de GBT (210 M€) et qui intègre tous les versements définitifs de la Sentence Arbitrale ainsi que la vente de mes actifs réalisée pendant la période de liquidation à l’actif, et les dépenses, charges et une partie des dettes liées à la liquidation au passif.
    Ce chiffre de 210 M€ n’a évidemment rien à voir avec les sommes définitives qui reviendront à ma femme et moi-même.

    En ce qui concerne nos revenus personnels nets, après déduction des frais de liquidation, d’avocats et de justice mis à notre charge pendant 15 ans, ils seront de 39 M€.
    Pour évaluer les résultats nets de GBT, il convient de déduire de la balance générale 95 M€ qui n’ont strictement rien à voir avec l’Arbitrage.
    En effet, je rappelle que le Crédit Lyonnais ou LCL, à travers sa filiale la SDBO, avait, en 1995, acquis les actions BTF (qui détenait notamment Testut, Terraillon, La Vie Claire, Vivalp, etc..) appartenant à GBT, pour la somme expertisée par l’Expert près la Cour de Cassation à 76 M€ et que la banque LCL n’a jamais réglée alors que les actions lui avaient été livrées dès la cession. La banque LCL, ayant été réglée de sa créance de 163 M€, a été contrainte de s’acquitter de sa dette.

    En outre, pendant toute cette période de quinze ans, près d’une vingtaine de millions d’euros d’actifs (le Phocéa, des immeubles, des meubles, des tableaux, etc.) ont été réalisés. Il convient également de soustraire de la balance de GBT la vente de ces actifs.
    Au passif, enfin, ne figurent pas une dizaine de millions d’euros de créances en suspens non provisionnées, dont l’issue judiciaire devrait être connue avant l’été 2011, mais qui nous interdit aujourd’hui de dire, avec précision, ce que GBT pourra conserver, toutes recettes encaissées et toutes dépenses payées dépendantes de la Sentence Arbitrale.
    Néanmoins, je peux évaluer le solde définitif exclusivement liée à l’Arbitrage après frais de liquidation, compris entre 60 et 80 M€.

    Si je souhaite un jour encaisser au titre d’actionnaire l’excédent de résultat de la société, je serai évidemment contraint d’acquitter l’impôt maximum de distribution sur les revenus, soit environ 50%, ce qui diminuera pratiquement de moitié le résultat obtenu, soit environ 30 à 40M€.

    Dans tous les cas, je confirme l’engagement que j’ai pris devant vous de faire connaître, à la fin des opérations de liquidation, les comptes définitifs, qui seront de toute façon publiés au BODACC (Bulletin d’annonces légales qui publie les comptes de liquidation).
    J’ai d’autant plus envie de faire connaître cette réalité que je souhaite mettre un terme à cette contre-vérité selon laquelle j’ai « coûté de l’argent aux contribuables ».

    Déjà, le Tribunal Arbitral, dans sa Sentence, avait indiqué, page 80 :
    « Les liquidateurs n’ont finalement retenu qu’un préjudice de l’ordre de 20% sur le manque à gagner tel qu’ils l’ont calculé sur la base d’une valeur de 1995 »

    Le Tribunal Administratif pour sa part relevait, page 13, « que la Cour d’Appel n’avait accordé que le tiers du manque à gagner total de GBT, reconnaissant ainsi que le manque à gagner était au moins de 400 M€ » (avant actualisation).
    Votre curiosité, que les pressions médiatiques et politiques expliquent, à vouloir savoir combien il me restera (sujet sur lequel je ne vois pas en quoi votre Commission est concernée), laisse dans l’ombre ce qu’a gagné le CREDIT LYONNAIs-LCL abusivement et à mon détriment.

    Je suis désireux de répondre à cette question que vous n’avez jamais posée à personne.

    Le CREDIT LYONNAIS ou LCL a payé les titres ADIDAS détenus par BTF pour la somme de 2.085.000.000 francs (soit 317.856.200 €) et a revendu cette partie 3.600.000.000 francs (soit 548.816.462 €) à Robert LOUIS-DREYFUS lequel a introduit en bourse un an plus tard pour 11.000.000.000 francs (soit 1.676.939.189 €).

    LE CREDIT LYONNAIS ou LCL (banque d’Etat, donc, « les fameux contribuables » !) a donc encaissé :
    > 1.515.000.000 francs (soit 230.945 122 €) de bénéfices
    > puis plus d’1.000.000.000 francs (soit 152.449.017 €) à l’introduction en bourse selon Robert LOUIS-DREYFUS (audition de RLD 2002)
    auxquels s’ajoute une plus value sur les actions des enfants DASSELER (5% du capital) de plus de 300.000.000 francs (soit 45.734.705 €).

    Si l’on ne s’en tient qu’à ces chiffres, qui sont les minima officiellement reconnus encaissés par le CREDIT LYONNAIS, et qu’on les actualise au même taux retenu par la Cour d’Appel dans le cadre de la Sentence Arbitrale, le bénéfice officiel net (grâce aux sociétés off shores (sic) utilisées par la Banque pour ne pas payer d’impôt), s’élève à 5.800.000.000 francs (soit 884.204.299 €) donc entre 8 et 10 fois mon espérance maximum de gain toute opération terminée.

    Monsieur PEYRELEVADE lui-même, dans un article du Monde paru le 1er mars 1998, reconnaissait que j’avais rapporté de l’argent au CREDIT LYONNAIS ou LCL, fait confirmé par Monsieur GALLOT, Directeur Général du Crédit Lyonnais ou LCL, qui devant Mme Joly a déclaré:
    1 – « Mr Tapie a rapporté beaucoup d’argent à la Banque »
    2 – que les cadres de la banque chargés de mon exécution à la demande de Monsieur PEYRELEVADE avaient trouvé déontologiquement délicat « d’exécuter un client qui ne devait rien ».
    (cf PV d’audition de Monsieur GALLOT, Président de la SDBO, Directeur Général du CREDIT LYONNAIS ou LCL, devant Madame JOLY en date du 27 Février 1998)
    Vous comprendrez donc Mr le Président, j’en suis certain, que cette polémique me soit insupportable, et j’espère que ces éclaircissements complémentaires permettront à votre Commission d’y mettre fin.
    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments respectueux.

    Bernard Tapie

    Sarkozy-Fillon visent 2% de déficit

    septembre 22, 2010 by · Commentaires fermés sur Sarkozy-Fillon visent 2% de déficit
    Filed under: Politique 

    Politique et politesse : Sarkozy s'efface devant Fillon - Le buzz ...

    Agence REUTERS nous apprend que le déficit budgétaire de la France devrait être ramené à 2% si le pays veut renouer avec l’équilibre en 2016, objectif affiché du gouvernement, a déclaré mercredi le ministre du Budget François Baroin.

    François Baroin que l’on connaît surtout pour sa relation amoureuse avec Marie Drucker puis Michèle Laroque, veut donc ramener le déficit à 2% et mettre les comptes en équilibre pour 2016!

    François Baroin n’est malheureusement pas un économiste averti, mais un politique comme François Fillon et Nicolas Sarkozy.

    Le déficit ramené à 2%, c’est pour 2014, date à laquelle tout ce petit monde sera parti planter ses choux ailleurs.

    Les promesses des politiques n’engagent que ceux qui les croient!

    Le Premier ministre François Fillon avait déjà évoqué cet objectif d’équilibre à l’horizon 2016 en fin d’année dernière, probablement à la fin d’un repas bien arrosé…

    Complément d’Enquête sur Eric Woerth

    septembre 21, 2010 by · Commentaires fermés sur Complément d’Enquête sur Eric Woerth
    Filed under: Politique 

    Eric Woerth - Ouverture du procès Bettencourt au tribunal de ...

    Complément d’enquête, l’émission présentée par Benoit Duquesne aura révélé pour ceux qui ne le connaissait pas un grand, un très grand avocat, Maître Le Borgne et un grand, un très grand gigolo, François-Marie Banier.

    Liliane Bettencourt n’est pas la première victime de ce prétendu artiste et le témoignage du petit fils d’une décoratrice fortunée était atterrant…
    Pisser en public dans des coupes de champagne est semble-t-il la marque de « l’artiste » Banier.

    Heureusement, la franche rigolade reviendra avec Maître Le Borgne qui prendra la défense d’Eric Woerth avec un certain mal à ne pas sourire alors que son interlocuteur Benoît Duquesne est hilare…
    Eric Woerth aura eu le mérite pour un soir de faire rire la France entière même si Benoît Duquesne a tenté de ranimer la lute des classes avec les deux interventions de sa prétendue psy qui elle ne présentait aucun intérêt.

    William Cardspeare

    François-Marie Banier, parce que je le vaux bien

    septembre 20, 2010 by · Commentaires fermés sur François-Marie Banier, parce que je le vaux bien
    Filed under: Politique 

    Quand François-Marie Banier se faisait gifler par un SDF- 9 ...

    L’Oréal a annoncé lundi avoir mis fin aux contrats accordés par le groupe à François-Marie Banier, estimant que le « bruit médiatique » entourant le photographe nuisait au groupe de cosmétiques.

    Le bruit médiatique mais pas le coût exorbitant des fausses prestations de François-Marie!
    Chez l’Oréal, on a de l’argent à foutre en l’air, à croire que les millions de gogos qui regardent la PUB à la télé sont d’accord avec Banier, il les vaut bien.

    François-Marie Banier, la folle de Liliane et pas de Chaillot visé par une plainte pour abus de faiblesse déposée par la fille de Liliane Bettencourt, s’était vu confier une mission de « conseil artistique » en 2001 par Lindsay-Owen Jones, alors PDG de L’Oréal, pour 405.000 euros annuels. Ce contrat devait arriver à échéance en 2011.

    Le photographe avait également bénéficié d’un contrat dit de « parrainage », d’un montant de 305.000 euros par an.

    Au total, la rémunération annuelle de François-Marie Banier chez L’Oréal atteignait ainsi 710.000 euros par an.

    Quand on vous dit que chez l’Oréal on a de l’argent à pas savoir quoi en faire, c’est fou!

    Mais qui est ce fameux Lindsay Owen-Jones?

    Un retraité de 64 ans qui touche cinq millions trois cent mille de retraite par an. Et dire que Eric Woerth veut retailler les retraites sous prétexte qu’on ne toucherait pas assez…

    Europe, une affaire pour les politiques

    septembre 20, 2010 by · Commentaires fermés sur Europe, une affaire pour les politiques
    Filed under: Politique 

    Francis Poézévara » Elections 2009 : Le Parlement européen, c'est ...

    Un exemple de plus qui démontre que cette Europe n’aurait jamais dû exister.

    Le Premier ministre français François Fillon s’est excusé auprès de son homologue luxembourgeois Jean-Claude Juncker après des propos d’un sénateur français du parti présidentiel UMP selon lequel le Luxembourg n’aurait pas dû exister, a indiqué lundi le ministre des Affaires étrangères du Grand Duché, Jean Asselborn.

    Samedi, le sénateur français UMP Philippe Marini avait affirmé qu’il « aurait préféré qu’en 1867 Napoléon III et Bismarck aient un entretien qui débouche autrement et que le Luxembourg n’existe pas ». Il réagissait sur la radio France Culture aux critiques de la commissaire européenne chargée de la Justice, la Luxembourgeoise Viviane Reding visant la politique française d’expulsion de Roms.

    Les commentaires de M. Marini étaient « nuls », a par ailleurs estimé M. Asselborn. « Ces idées sont nulles du point de vue historique et culturel. En ce qui concerne l¹approche européenne, ce discours dépasse vraiment ceux qui ont été tenus par Jean-Marie Le Pen et le Front national et me semblent du même niveau que les discours de (Mahmoud) Ahmadinejad », le président iranien, a indiqué le ministre.

    A quand une bonne guerre Européenne?

    Page suivante »

    Copyright 2008 - El-dia.com - Tous droits réservés