• Christine Lagarde, une jambe de bois au FMI

    juin 30, 2011 by · Commentaires fermés sur Christine Lagarde, une jambe de bois au FMI
    Filed under: Politique 

    La France au bord du gouffre grâce à l’action de la géniale Christine Lagarde que le FMI s’est empressé de recruter. Après le brillantissime DSK, c’est la génialissime Lagarde, le monde est sauvé !
    A noter que Christine Lagarde avait publié un CV dans lequel elle déclarait être Sciences Po ce qui est faux, n’ayant fait qu’un bref passage à AIx en Provence comme beaucoup de filles désoeuvrées et fortunées; menteuse en plus !
    Au cours du premier trimestre, la dette du pays s’est accrue pour atteindre le montant total de 1646,1 milliards d’euros, soit 84,5% du PIB.
    1646,1 milliards d’euros, c’est le montant total de la dette de la France au premier trimestre, toutes administrations publiques confondues. Elle a grimpé de 54,9 milliards d’euros durant les trois premiers mois de l’année, atteignant «approximativement» 84,5% du PIB, indique l’Insee ce jeudi.
    Ces chiffres constituent un nouveau record d’endettement. Ce sont ceux que trouveront ce matin, sur leurs nouveaux bureaux, le ministre des Finances, François Baroin et celle du Budget, Valérie Pécresse. Ils soulignent la faiblesse de la marge de manoeuvre financière de l’Hexagone alors que la plupart des autres pays de la zone euro se débattent avec des plans d’austerité chaque jour plus drastiques.
    Les français peuvent remercier Christine Lagarde qui elle continue a s’en mettre plein les poches au FMI.

    EXCLUSIF: Georges Tron aime un peu trop la gymnastique…

    juin 30, 2011 by · Commentaires fermés sur EXCLUSIF: Georges Tron aime un peu trop la gymnastique…
    Filed under: Politique 

    L’ex-ministre Georges Tron, admirateur et supporter du candidat Dominique de Villepin redevient député jeudi matin, alors qu’il est mis en examen pour viol et alors que l’enquête n’a pas révélé toutes les victimes, certaines refusant de porter plainte…
    Ce jeudi, le bureau de l’assemblée examine la levée de l’immunité parlementaire de Georges Tron.

    En effet l’affaire Georges TRON pourrait connaître un rebondissement qui aurait l’effet d’une bombe , si transpirait le nom de la troisième accusatrice (C.S) qui n’aurait pas porté plainte à ce jour, quoiqu’elle ait été victime des mêmes faits que les plaignantes homologuées.
    Quelles pressions se sont exercées sur elle ? Quelle monnaie d’échange constitue son silence ? Elle semblerait tombée sous la coupe d’un élu socialiste d’une commune voisine de Draveil.
    Soucieux de ne pas bousculer l’enquête et l’intéressée, EL DIA ne révélera pas cette identité, espérant que l’intéressée comprenne par elle-même qu’elle fut victime d’agissements relevant de la Cour d’assises et que son silence assure l’impunité toute relative de l’auteur de ces faits et éventuellement de lui permettre de continuer ses agissements. Rappelons nous que si quelques femmes avaient déposé plainte contre DSK, une femme de chambre new-yorkaise n’aurait pas reçu en plein visage les bienfaits du FMI.
    On peut douter que les français désirent vraiment changer de classe politique, tant les scandales sont étouffés, non divulgués, non poursuivis, si ce n’est par bribes comme les affaires Luc Ferry, Banon le révélaient récemment.
    Mais revenons à Tron et à la biographie de cette ancienne collaboratrice, encore récemment publiée par WIKIPEDIA, qui vient d’être retirée de la toile. Il y a donc bien de grandes manœuvres en cours et la qualité de cette charmante jeune femme de 36 ans aggrave encore le cas de Georges TRON.

    Sarkozy, Tapie, Lagarde, les symboles de la république bananière…

    juin 29, 2011 by · Commentaires fermés sur Sarkozy, Tapie, Lagarde, les symboles de la république bananière…
    Filed under: Politique 

    Par Ramon Lacontessa

    Christine Lagarde, cette opportuniste qui a démontré son incompétence durant quatre ans mais encensée par le monde entier, prend la direction du FMI, institution sans importance, mais qui rémunère très largement ses dirigeants, est une fierté pour la république bananière française.
    Nicolas Sarkozy qui devrait être dans le boxe des accusés, assis à côté de Christine lagarde pour l’escroquerie Tapie, fomentée en remerciement du soutien de Bernard Tapie à Nicolas Sarkozy pour l’élection présidentielle de 2007 ne sera évidemment pas poursuivi pas plus que son ancienne ministre de l’économie et des finances d’autant plus que l’élection au FMI lui procure une immunité du seul fait des déboires de Dominique Strauss-Khan, une autre crapule française.
    Alors que la Grèce ressemble à l’Allemagne de 1930, que le citoyen grec est réduit à l’état de pauvreté du fait de sa classe politique et de son laxisme, les européens paient et paieront jusqu’à la sortie de la Grèce de la zone euro, ce qui ne tardera pas.
    Nicolas Sarkozy qui mène une guerre onéreuse en Libye en vue de 2012, effectue un nouveau remaniement qui n’est en fait qu’une distribution de postes comme cela se pratique dans toutes républiques bananières, nommant François Baroin en remplacement de Christine Lagarde et de Valérie Pécresse en remplacement de François Baroin…
    Georges Tron englué dans ses affaires sexuelles cède la place à un centriste, Mr Sauvadet qui ne demandait rien, mais des fois que les centristes se décident à voter Sarkozy…
    Devant un tel fonctionnement, que faire pour en sortir?
    Comme pour les Grecs, tous les pays sont confrontés au même problème, se débarrasser de la classe politique. Il ne s’agit plus de manifestations mais bien de révolution et il s’agit de ne pas faire dans la dentelle, à l’image de Robespierre.
    Les Grecs pourraient montrer la voie, décidant d’exterminer sa classe politique et du même coup de ne devoir plus rien à personne, éliminer la dette, et réinstaurer un système économique sain, avec une administration et un assistanat réduit au minimum.
    L’Europe donne de l’argent à la Grèce, garantissant aux européens contributeurs qu’elle remboursera et que ce sera une très bonne affaire (propos de Christine Lagarde) alors que le plus simpliste des économistes ne parierait pas un bouton de culotte dans cette affaire, car le Portugal, l’Espagne, l’Italie et la France vont suivre le même chemin.
    Un Grec gagnant 700 euros par mois est soumis à l’impôt sur le revenu, à une hausse de TVA, à une réduction des retraites et des prestations sociales, c’est l’annonce de la mort de l’Europe et de l’Euro dans les plus brefs délais.
    2012, Martine Aubry se porte candidate mais quel est l’intérêt d’une telle annonce, et que dire d’ Eva Joly gagnante devant Nicolas Hulot dans une élection dominée par la corruption ? Des gourdes, des escrocs en plus ne changeront pas la donne pour les français comme pour le reste des européens, alors que la ruine est à la porte de chacun et pour ceux qui en douteraient, on les invite à se mettre en relation avec le peuple Grec qui est la démonstration de ce que nous écrivons depuis des années…

    La Grèce, le tocsin de la fin de l’économie mondiale.

    juin 20, 2011 by · Commentaires fermés sur La Grèce, le tocsin de la fin de l’économie mondiale.
    Filed under: Politique 

    Par Ramon Lacontessa

    La Grèce en première page, au bord de la faillite n’est en fait que le reflet de l’économie mondiale. Les problèmes de la Grèce deviennent des problèmes mondiaux du fait du partenariat bancaire mondial, et qui reproduit l’effet de dominos…
    Un grand nombre de banques européennes détiennent de la dette grecque et tout un tas de banques à travers le Monde possèdent de la dette des banques européennes, tout comme les banques chinoises qui supportent la dette américaine.
    Jean-Claude Trichet qui n’est pas un grand financier quoi qu’on en dise, est décidé à empêcher une restructuration de la dette grecque pour empêcher le vaisseau Europe de couler. parce que dans l’affirmative cela obligerait les créditeurs à prendre leurs pertes sur les bons et le capital de beaucoup de banques européennes, y compris la BCE elle-même, disparaîtra par enchantement.
    « La Grèce pourrait avoir un effet contagieux », a déclaré le vice-président de la BCE Vitor Constancio à Francfort la semaine dernière. « C’est la raison pour laquelle nous sommes contre tout sorte de défaut avec des décotes et contre toute forme d’événement du secteur privé qui pourrait conduire à un événement de crédit ou un événement de notation ».

    Pour les Européens il y a le feu au lac. La cinquième partie du prêt accordé par le FMI à la Grèce est due à la fin de ce mois. Mais le FMI, de par ses propres règles, n’a pas le droit de donner cet argent si la Grèce n’a pas déjà la valeur d’un an de financement au moment où le FMI est prêt à donner l’argent. Sans cet argent, le gouvernement grec a environ six jours de liquidités disponibles avant de faire faillite…
    La course aux dépenses pratiquée par tous les gouvernements de tous les pays y compris par la « géniale » Christine Lagarde va provoquer la plus grande faillite de tous les temps, épargnant cependant les politiques qui devraient être cloués au piloris.
    La BCE qui prétend absurdité sur absurdité depuis des années est acculée à inventer d’autres bobards pour empêcher un effondrement en chaîne et la chute de l’euro. A terme l’euro est condamné, on n’utilise pas les mêmes médicaments pour des patients malades à des degrés divers.
    La Grèce ne remboursera jamais ses dettes mais pire elle entraînera les européens dans un premier temps et le monde entier dans sa chute…

    Dépendance, CSG, APA, Retraite, tout est à revoir !

    juin 20, 2011 by · Commentaires fermés sur Dépendance, CSG, APA, Retraite, tout est à revoir !
    Filed under: Politique 

    Par Michel de Poncins

    LA DEPENDANCE

    Revoici la dépendance, qui revient en boucle, les politiciens de tous bords courant sans cesse après les calamités qu’ils créent eux-mêmes.
    Le nombre des personnes dépendantes ne cesse de croître. Au début des années 2000, elles étaient quelques 700.000, mais elles devraient dépasser 1,6 million en 2040. L’Aide Personnalisée à l’Autonomie (APA) est, à l’heure actuelle, la principale source de financement pour 1,3 million de personnes : 560.000 en maison de retraite et 751.000 à leur domicile ou dans leur famille. La Sécurité sociale, pour la partie soins, les départements et les familles se partagent aujourd’hui la facture. En moyenne, le coût annuel d’une personne dépendante est évalué à 30.000 euros. Chacun d’entre nous peut être frappé à son tour ou épargné sans que personne ne puisse savoir qui sera frappé, qui sera épargné et à quel degré.
    En bonne logique, le problème de la dépendance éventuelle devrait être régi par les épargnes individuelles jointes à la solidarité familiale. Mais c’est là que l’on rencontre les effets calamiteux des pouvoirs publics de toutes tendances qui, depuis longtemps, s’attaquent précisément à ces deux remèdes, pourtant nécessaires et suffisants.
    Il y a d’abord la paupérisation générale du pays organisée ou admise cruellement par ces pouvoirs et qui se traduit, en particulier, par la difficulté de créer des épargnes suffisantes, à l’abri de l’ouragan fiscal et social. Quant aux offensives contre la famille, elles ne cessent de se développer, ce qui brise les possibilités de recours à cette institution fondamentale. Pis encore : à cause de ce double comportement public, chacun peut trouver des excuses pour renoncer à sa responsabilité personnelle et s’abandonner à la sollicitude trouée de l’intervention étatique.

    LA FAUSSE SOLUTION DE L’ETATISME

    C’est ainsi que l’on voit l’État s’avancer avec ses gros sabots pour prétendre corriger la calamité que lui-même a créé.
    Il n’est, semble-t-il, plus beaucoup question de la création d’un cinquième pilier de la sécurité sociale, qui s’ajouterait aux quatre piliers existants : famille, accidents du travail, maladie, retraite : une telle création serait, certes, la faute à ne pas commettre et, néanmoins, le recul sur ce plan n’est peut être que provisoire.
    La « sécu » est un monstre qui, par ses dimensions titanesques après des extensions successives, finit par absorber une large part de l’activité nationale ; le monstre, quels que soient les changements de statut depuis sa création, reste étroitement soumis à la dictature de syndicats dont la légitimité est plus que douteuse. Les résultats sont désastreux, avec, en particulier, la disparition de la responsabilité personnelle seule façon de gérer réellement les risques en tout genre. Depuis sa création la « sécu » traine, par nature, un déséquilibre financier que l’on appelle maintenant couramment le « trou de la sécu », dont une partie très visible est formée par les dérives de l’assurance-maladie ; ce « trou de la sécu », à lui seul, explique une grande partie de la paupérisation du peuple français, avec, notamment, le dépérissement des entreprises, seules créatrices de vraies richesses et alimentant par la force largement le monstre.
    Depuis quelques temps, l’État s’avance sous d’autres formes que le cinquième pilier pour prétendument résoudre le problème.
    Le Premier ministre a mis en route une parlotte avec quatre groupes de travail planchant sur le dossier. Le premier traite de la question « société et vieillissement », le deuxième de celle des « enjeux démographiques et financiers de la dépendance », le troisième de « l’accueil et de l’accompagnement des personnes âgées », et le quatrième de la « stratégie pour la couverture de la dépendance des personnes âgées ».

    DES IMPÔTS A PREVOIR

    Il a été officiellement indiqué que le produit de ces réflexions aurait des conséquences sur le prochain projet de loi de finances tout en précisant que la dépendance serait un des « sujets de la présidentielle ». L’accroissement de la CSG est provisoirement exclu : peu importe, finalement, les impôts qui seront prélevés, car l’essentiel est que la course aux milliards est engagée et il n’est question que d’augmentations d’impôts et de charges. On n’imagine pas l’immensité du tort créé, de la sorte, à tous les créateurs et dirigeants d’entreprise par le flou juridique et fiscal créé dans de telles parlottes : l’une des conséquences les plus dommageables est évidemment le retard dans les décisions éventuelles, personne ne sachant à l’avance qui sera frappé et comment.
    Dans tout ce flou, interviennent les collectivités locales qui supportent pour l’essentiel l’APA et qui aimeraient bien en passer le fardeau à l’État. Elles n’ont pas complètement tort dans cet objectif, mais il faut rappeler que la paupérisation de la France vient pour une large part de ces collectivités locales et de l’enrichissement incroyable des élus de diverses sortes qui les manipulent à leur seul profit.
    Pour couronner le tout, force est de reconnaître que les programmes des éventuels présidentiables pour 2012 sont les mêmes, quelles que soient les nuances apparentes : poursuite sans répit des dépenses publiques et particulièrement de celles qui conduisent à l’enrichissement personnel des prédateurs étatiques, déficit, endettement, impôts et charges. C’est clair et brutal, mais c’est ainsi.

    LA RESPONSABILITE PERSONNELLE

    Pour terminer, voici plusieurs constatations.
    Tout système de subventions étatiques s’auto-alimente lui-même, beaucoup de personnes essayant de se glisser dans le système bureaucratique inventé pour l’occasion : c’est l’une des explications du succès de l’APA. La responsabilité personnelle est la seule façon de gérer les risques ; si elle s’exerçait librement, les épargnes accumulées en vue de l’avenir serviraient d’aliments aux entreprises et, par ricochet, la richesse se multiplierait. Des systèmes d’assurance, lesquels existent déjà, se développeraient davantage dans un cadre concurrentiel. Le tout déclencherait un cercle vertueux. Nous sommes, hélas, loin de ces perspectives dans la situation actuelle.
    Il serait, cependant, encore tout à fait possible de changer, mais il faudrait à coup sur changer intégralement de classe politique et c’est la seule et vraie difficulté !

    Eric Besson-Guy Lagache, qui est l’abruti ?

    juin 17, 2011 by · Commentaires fermés sur Eric Besson-Guy Lagache, qui est l’abruti ?
    Filed under: Politique 

    Dieu sait si au El Dia de la Républica on n’aime pas beaucoup Eric Besson mais il faut reconnaître que pour une fois ce n’est pas lui l’abruti.
    Guy Lagache, présentateur à M6 pour l’émission Capital a cédé à la magie de la télé, il se prend pour une star alors qu’il n’est qu’un présentateur et cette fois médiocre. A l’image d’Anne Sinclair qui se mettait en scène dans l’émission 7 sur 7, les invités ne servant que de faire valoir à sa personne, Guy Lagache a coupé la parole de son interlocuteur à plusieurs reprises alors que les explications d’Eric Besson étaient claires et précises (pour une fois) et le présentateur de 7 sur 7 assénant des couillonnades comme on assène des vérités. Tel un écologiste ignare et agité, Guy Lagache empêchait tout dialogue alors qu’il aurait dû inviter un contradicteur qui aurait eu le mérite d’être moins puéril…
    Au bord de l’exaspération, Eric Besson a quitté le plateau alors que le présentateur annonçait un témoignage d’un vague sous-traitant au look écolo et qui n’avait aucune valeur de référence.
    Navrante télévision ou le moindre présentateur fait la couverture de page des journaux spécialisés se prenant du coup pour une star. Au royaume des aveugles les borgnes sont rois, et Guy Lagache ne voit pas très bien de l’oeil qui lui reste.
    var flashvars = {}; flashvars[« ID.VIDEO »] = « 149804 »; flashvars[« CONFIG.URL »] = « config_m6bonus »; flashvars[« SHOW.END.CARROUSEL »] = « true »; flashvars[« SHOW.CONTROL »] = « false »; flashvars[« AUTOPLAY »] = « false »; flashvars[« FONT.COLOR »] = « 0xFFFFFF »; flashvars[« THEME.COLOR »] = « 0x3b5168 »; flashvars[« BTNPLAY.COLOR »] = « 0x242230 »; flashvars[« LOGO.URL »] = « http://www.m6bonus.fr/css/skins/logo-m6-bonus-40×40.png »; var params = {}; params.bgcolor = « #000000 »; params.allowscriptaccess = « always »; params.allowFullScreen= »true »; params.wmode = « transparent »; var attributes = {}; attributes.id = « idPlayer »; swfobject.embedSWF(« http://static.llnw.cdn.m6.fr/u/players/playerGenerique/PlayerGeneriqueM6.swf?dt= »+(new Date()).getTime(), « playerBonus », « 400 », « 240 », « 9.0.0 », « expressInstall.swf », flashvars, params, attributes);

    La justice française mieux que l’américaine? DSK ou Karachi.

    juin 15, 2011 by · Commentaires fermés sur La justice française mieux que l’américaine? DSK ou Karachi.
    Filed under: Politique 

    Par William Cardspeare
    Source AFP.

    Le juge Jean-Louis Bruguière est sur la sellette et ce n’est pas la première fois qu’en France, justice est synonyme de corruption.
    Dans l’affaire de Karachi, les familles des victimes ont déposé une plainte contre ce juge pour faux-témoignage et entrave à la justice, rien que ça…
    L’ex-juge antiterroriste était en charge de l’enquête de 2002 à 2007.
    Entendu le 16 mai par son successeur Marc Trévidic, Jean-Louis Bruguière avait été interrogé sur l’absence au dossier d’un rapport d’autopsie du poseur de bombe présumé.
    Cette autopsie avait été pratiquée par une Française, Dominique Lecomte, qui s’était rendue en urgence sur les lieux de l’attentat.
    « Je n’ai pas obtenu le rapport de Mme Lecomte », s’était défendu l’ex-juge lors de son audition. Or Mme Lecomte, elle aussi entendue par M. Trévidic, a affirmé avoir remis l’original de ce rapport à M. Bruguière, qui le lui avait réclamé « avec insistance ». Qui ment dans cette affaire, bien qu’ on ne voit pas l’intérêt du médecin légiste….
    Selon le rapport, l’autopsie montre que « le sujet se trouvant près du foyer de l’explosion se trouvait en position debout ».
    Pour Me Morice, l’avocat des familles des victimes, cet élément « exclut qu’il y ait pu avoir quelqu’un conduisant le véhicule » qui a explosé contre le car transportant les employés de la Direction des constructions navales (DCN) victimes de l’attentat.
    Or, selon la version officielle, l’attentat a été perpétré par « un terroriste kamikaze au volant d’une Toyota ».
    Ainsi, explique Me Morice, « durant toutes ces années, une véritable désinformation a été orchestrée aux fins de faire croire que cet attentat avait été réalisé sous forme d’attentat suicide ».
    Après avoir longtemps privilégié la thèse islamiste, les enquêteurs sont lancés depuis 2009 sur la piste d’un mobile financier pour expliquer l’attentat qui a tué 15 personnes le 8 mai 2002, dont 11 salariés français de la Direction des constructions navales (DCN).
    A l’heure ou dans l’hexagone on a tant décrié la justice américaine s’acharnant sur le pauvre DSK, candidat à l’élection présidentielle, parlant d’un véritable complot pour déstabiliser la France, le FMI, ce nouvel éclairage dans l’affaire de Karachi en rappelle tant d’autres…
    En République bananière, on a la justice, les institutions, les hommes politiques qui vont avec…

    Les Banques françaises vont ruiner leurs clients.

    juin 15, 2011 by · Commentaires fermés sur Les Banques françaises vont ruiner leurs clients.
    Filed under: Politique 

    Par Ramon Lacontessa.

    Le crédit Lyonnais si cher à Pierre Arditti renommé LCL, La Caisse d’Epargne, et toutes les banques en général sont au bord du gouffre et l’affaire de la dette grecque qui était une très bonne affaire pour les français selon Christine Lagarde va s’avérer une ardoise de plus pour le contribuable européen.
    Aujourd’hui c’est La BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole qui sont dans le viseur de Moody’s, l’agence d’évaluation financière qui a annoncé mercredi qu’elle envisageait d’abaisser la note de ces banques françaises car elles sont engagées dans la dette publique et dans le secteur privé de la Grèce, dont Moody’s a abaissé la note début juin.

    L’agence, qui se range à l’avis d’El Dia de la Républica et contre celui de la géniale Christine Lagarde penche pour un défaut de paiement de la Grèce, ce qui est une évidence sauf pour la candidate à la direction du FMI.
    Les banques françaises qui sont en infractions avec la réglementation sur les frais bancaires, qui sont à l’état de banqueroute si les comptes n’étaient pas falsifiés vont un jour baisser le rideau et l’épargne des clients qui s’est envolé depuis belle lurette deviendra une flagrante réalité.
    La dette grecque, puis celle du Portugal, puis celle l’Espagne, de l’Italie, et enfin de la France, auront raison de la zone euro, de sa monnaie et de l’Europe.
    Les européens auront été les cocus de cette affaire, payer et n’obtenir qu’un fiasco généralisé. Les politiques eux, se seront enrichis, mais ça c’est une habitude.

    DSK, mission impossible pour ses avocats.

    juin 15, 2011 by · Commentaires fermés sur DSK, mission impossible pour ses avocats.
    Filed under: Politique 

    Par William Cardspeare

    William Taylor et Benjamin Brafman se sont attelés à une lourde tâche, défendre l’indéfendable !
    En France, les avocats d’un DSK auraient plaidé une enfance malheureuse, une Anne Sinclair frileuse au lit, tout un tas de circonstances atténuantes mais dans les faits réels, s’il s’agissait vraiment de DSK, en France on aurait tout simplement étouffé l’affaire.
    Au Etats-Unis ou il n’y a pas de juge d’instruction (ce qui évite les erreurs que l’on connaît en France), la défense doit faire un travail d’investigation pour contrer l’accusation.
    Dans l’affaire DSK, les charges sont si patentes qu’ils ne restent aux avocats que de porter la suspicion sur la plaignante pour minimiser les actes de l’ancien directeur du FMI et l’instigateur de nombreuses magouilles.
    DSK serait prêt à transiger avec Nafissatou Dialo mais ce serait reconnaître qu’il est coupable des faits qui lui sont reprochés et pour lui comme pour Anne Sinclair, c’est une chose impensable car ils comptent bien de nouveau parader dès qu’ils rentreront en France…
    Des prétentions présidentielles, les carottes semblent cuites mais faire les beaux dans la jet set parisienne avec BHL and Co, des gens comme DSK et Anna Sinclair, il n’est pas question de s’en passer.
    Maîtres Taylon et Brafman ont choisi un dossier difficile mais s’ils s’étaient renseignés en France sur leur client, ils seraient que c’est « Mission Impossible ».

    Frédéric Lefebvre, haro sur le consommateur.

    juin 13, 2011 by · Commentaires fermés sur Frédéric Lefebvre, haro sur le consommateur.
    Filed under: Politique 

    Par Michel de Poncins

    Depuis quelques temps, le monde économique et politique bruisse d’informations sur un futur projet de loi pour soi-disant protéger les consommateurs. C’est en fait, suivant l’usage, un déluge de réglementations qui vont nous être assénées, dans une odeur sulfureuse d’usine à gaz administrative, avec des effets contraires aux buts poursuivis.
    Pour comprendre l’origine de ce nouveau tsunami administratif, il faut savoir que nous avons un Secrétaire d’État à la consommation, Frédéric Lefebvre. Pourquoi un tel Secrétaire d’État ? D’abord, c’est une question de partage du butin de la république. Au sein de la « République Fromagère », les victimes-contribuables apportent sans barguigner leur tribut d’une façon permanente et immense, ceci par les prélèvements fiscaux et sociaux que nous connaissons tous. Ainsi se construit un butin annuel dépassant largement les 50 % du PIB. Cela permet donc d’arroser largement tous les camarades, ce qui explique entre autres la quarantaine environ de ministres, sous-ministres ou sous-sous ministres, dont beaucoup sont inutiles.
    LA CONSOMMATION

    Une raison spécifique explique qu’il y ait un Secrétaire d’État à la consommation. Le pouvoir interventionniste est largement pollué par les idées fausses venant de Keynes. L’une de ces idées est que la croissance du PIB serait dépendante de celle de la consommation ; si la consommation augmente, la production finirait par suivre et, après un assez long détour, arriverait à favoriser la croissance du PIB ; cette croissance permettrait, alors, enfin de rembourser les dettes insupportables, d’arrêter les déficits publics et de résoudre les problèmes insurmontables que nous connaissons.
    Pour un économiste, ces raisonnements sont totalement faux. La vérité est tout simplement que la consommation détruit la richesse ce qui est normal mais, bien évidemment, ne crée pas de richesse, celle-ci étant nécessaire pour consommer et devant lui préexister.

    En plus, l’activisme de ce Secrétaire d’État permet, en période électorale, de promouvoir l’idée que le pouvoir en place protègerait le pouvoir d’achat. Nous savons tous que, si le pouvoir d’achat se détériore, c’est très précisément à cause des interventions brouillonnes du pouvoir dans le domaine économique et des impôts et charges créés par le dit pouvoir.
    C’est également pour toutes ces raisons qu’il y a un code de la consommation, lequel fait partie de la quasi centaine de codes de natures diverses qui écrabouillent littéralement la population française. Le nouveau projet de loi s’y réfère souvent.

    LES DETAILS DU PROJET

    Présenté au conseil des ministres, il contient 25 mesures, ce qui annonce les plus grandes catastrophes compte tenu des décrets d’application, des circulaires, des contentieux : l’expérience fait penser que l’on se dirige vers un bon millier de pages ou peut-être davantage.
    Parmi les mesures présentées comme les principales, s’en trouvent certaines concernant la téléphonie mobile et l’Internet. C’est comme si la téléphonie mobile et l’Internet faisaient l’essentiel de la vie ; le projet prévoit un « tarif social » de l’Internet haut débit. Ce tarif social meilleur marché serait proposé aux 2 millions de foyers vivant avec le RSA ; sans doute a-t-on l’espoir fou en haut lieu que ce tarif donnerait du pain à ceux qui n’en n’ont guère !
    Les consommateurs qui refusent les prélèvements automatiques sur leurs comptes sont souvent, aujourd’hui, pénalisés, car les opérateurs facturent des frais pour l’usage des chèques ; cela paraît bien logique, tout développement de l’automatisme étant bénéfique pour tout le monde. Cette logique n’émeut guère les énarques aux manettes ; la pratique sera donc pourchassée, au détriment précisément de tous les clients !
    Il se trouve des mesures concernant l’immobilier. Les locataires pourraient obtenir une diminution proportionnelle de leur loyer, s’il apparaît que la surface réelle du logement est inférieure de 5 % à celle mentionnée dans le bail. Nos lecteurs habituels savent bien que, s’il y a des problèmes dans l’immobilier, c’est justement à cause de l’inondation de lois réglementant le domaine ; ce n’est pas une contrainte supplémentaire qui améliorera le marché du logement, seule la liberté permettant de développer le secteur et de résoudre les problèmes quand il y en a.
    Une bombe est lançée ; les consommateurs pourront repérer dans les contrats une clause pas nécessairement illégale mais qu’ils jugent abusive et demander au juge de la supprimer. Les économistes et les juristes savent qu’évoquer de prétendus abus est se lancer dans l’incertitude : qui peut définir réellement ce qu’est un abus ?

    LA CREATION DE RICHESSE

    Nous écrivons : « Haro sur le consommateur ». En fait, toutes ces mesures se retournent contre le consommateur, ne serait-ce qu’à cause du déluge de réglementations qu’elles annoncent C’est l’occasion de rappeler que la consommation ne peut se développer que si l’on crée de la richesse et que la seule façon de créer de la richesse est de la libérer.
    La liberté permet aux particuliers et aux entrepreneurs de la bâtir, compte tenu des indications du marché. Les entrepreneurs jouent un rôle amplificateur. En effet, un entrepreneur, quel que soit son niveau, rassemble des éléments épars : capitaux, locaux, personnel, fournisseurs, clients, procédés etc. En les rassemblant et en les conjuguant dans la durée, il fait surgir un gisement nouveau de richesse qui n’existerait pas sans lui.
    La richesse, alors, permet aux uns et aux autres de consommer ce qu’ils veulent et quand ils veulent, en envoyant de nouveaux signes générateurs d’évolutions éventuelles : c’est le cycle vertueux.

    Page suivante »

    Copyright 2008 - El-dia.com - Tous droits réservés