• Sécurité sociale=Ruine Programmée

    septembre 27, 2011 by · Commentaires fermés sur Sécurité sociale=Ruine Programmée
    Filed under: Politique 

    Comme un rituel, le fameux trou de la sécu revient chaque année à la fin de l’été. Ces jours-ci, il apparaît que le fameux déficit devrait être ramené à 13,9 milliards d’euros en 2012, contre 18,2 milliards en 2011 et 23,9 milliards en 2010. Le pouvoir a l’audace de crier victoire pour 2012 alors que ce sont de simples promesses et que, même en cas de réalisation, il s’agira toujours de déficit. La dérive financière est permanente et croissante : en 2002 le déficit était de 3,50 milliards d’euros. La Cour des Comptes, théoriquement chargée de surveiller, a écrit publiquement naguère qu’elle ne pouvait rien contrôler car il n’y avait pas de gestion.
    Les remèdes imaginés dans le nouveau plan sont de même nature que dans les plans précédents. On tape au hasard sur les laboratoires, sur les patients avec de moindres remboursements, sur les indemnités d’arrêts de travail ; les complémentaires santés sont appelées au secours. La course éperdue se reproduit chaque année vers un équilibre qui, par nature, n’existera jamais. Cela ressemble au travail du sapeur camembert qui comblait un trou avec de la terre enlevée ailleurs !
    Pour ceux qui ont la mémoire courte, il faut rappeler qu’en 1996, la dette était telle que le pouvoir de l’époque imagina de la cacher sous le tapis en créant à cette fin une bureaucratie nouvelle la CADES. Elle devait amortir 134 milliards jusqu’en 2025 et deux impôts furent inventés dans ce but : la CSG et la CRDS. Comme ces impôts ne suffisent pas, cette CADES emprunte sur le marché international pour combler davantage.
    L’ORIGINE HISTORIQUE

    Un rappel historique est nécessaire si l’on veut bien comprendre les raisons profondes de cette situation. C’est un gouvernement quasi communiste qui en 1946 créa la sécurité sociale, alors que personne n’en avait besoin : les risques qu’elle prétendait couvrir étaient, en effet, avant la dernière guerre très bien assurés par des circuits privés. Le projet de nationaliser ces risques rentrait, en fait, dans l’objectif fondamental de communiser la France.
    En 1960 et pour mieux ramasser les sous, les URSSAF furent créés. Indépendamment du sigle, en lui-même significatif (!), ces organisations n’avaient pas d’existence légale et n’en n’ont toujours pas à notre connaissance, ceci à l’image du parti communiste lui-même.
    Dans les gènes de l’organisation et dès le début, le déficit probable était inscrit. En effet, c’était et c’est toujours comme un gigantesque baquet où l’argent arrive de toutes parts et sans beaucoup d’efforts ; il en sort au hasard de l’humeur des politiciens et syndicalistes momentanément aux affaires, c’est-à-dire sans une véritable gestion. C’est pour cela qu’il est tout à fait faux d’utiliser des expressions comme : « assurance-maladie ». Une véritable assurance implique une série de contrats : choix des clients, mesure du risque, primes, indemnité en cas de sinistre, etc. Rien de tel avec la sécu. La preuve chiffrée de la ruine apparaît dans les tarifs des assurances maladie sur le marché international ; les Français qui peuvent en bénéficier pour des raisons diverses paient moins d’un tiers de ce qu’ils devraient verser à la sécu pour la prétendue assurance maladie dont ils sont arrivés à s’affranchir. Il est vrai que la sécu, pour sa défense, pourrait faire valoir les charges d’assistance qu’elle supporte d’une façon tout à fait abusive en faveur d’un grand nombre d’étrangers (CMU et AME) : même avec cette correction, la différence reste flagrante. La télévision France 3, pourtant soumise comme d’autres à la P.U.T. ou Pensée Unique Totalitaire, a dit un jour : « La Sécu avait dès son départ le déficit inscrit dans ses gênes ».

    LA PAUPERISATION INEVITABLE

    Ainsi décrite cette administration imposée au peuple français joue un rôle majeur dans la paupérisation de ce même peuple français. Par ses dimensions titanesques après des extensions successives, elle absorbe une large part de l’activité nationale ; le monstre, quels que soient les changements de statut depuis sa création, reste étroitement soumis à la dictature de syndicats dont la légitimité est plus que douteuse et qui en tirent profit. L’effet de ruine survient inévitablement par plusieurs canaux.
    D’abord, les charges sociales sont meurtrières ; ajoutées aux impôts, elles expliquent largement la destruction permanente du tissu industriel avec le chômage en conséquence. Ensuite vient le caractère obligatoire du système avec la tornade permanente des lois et règlements : des contrats libres sont toujours créateurs de richesse, car ils mettent en jeu la responsabilité personnelle.
    A signaler l’asservissement progressif de la médecine au monstre étatique ; Le système comporte direction des prix, suppression des choix individuels, mise au pas des médecins et de l’industrie pharmaceutique, dictature des syndicats.
    Il faut ajouter la stérilisation d’immenses capitaux. De tous temps les hommes épargnaient pour le jour où la maladie interviendrait et ces épargnes contribuaient à la richesse générale. Quand la sécu fut rendue obligatoire, elle obligea tout le monde à cotiser dans son immense gouffre, ce qui fit disparaître l’épargne correspondante et la richesse future qu’elle devait générer, avec notamment le jeu fabuleux des intérêts composés. Quelle est aujourd’hui la richesse manquante et quels sont les gigantesques capitaux qui ne sont pas nés ? Difficile à calculer. La quasi interdiction de la retraite par capitalisation a, aussi, privé l’économie de montants appréciable de capitaux que la capitalisation aurait mis en œuvre.

    POUR LA LIBERATION

    La feuille de route qu’emprunterait un pouvoir « Libérateur » pour sortir du piège peut être définie.
    Il y aurait la libération de l’assurance-maladie avec la possibilité de s’assurer sur le marché international : cela devrait être relativement facile puisque des directives européennes sont claires à ce sujet. Un éditorial de la revue d’information de la mutuelle du ministère de l’Intérieur a écrit : « L’application des directives européennes qui tend à faire jouer la libre concurrence va nous obliger, un jour ou l’autre, à briser le monopole de notre sécurité sociale ». Sur le plan de la retraite il ouvrirait une large place à la retraite par capitalisation. Le problème des hôpitaux publics qui sont une source de perte est connu et devrait être géré. Également, il faudrait porter remède à l’assistance médicale très générale sous diverses formes en faveur d’étrangers qui seraient mieux soignés en restant chez eux.
    Mais il faudrait encore que ce pouvoir libérateur ait l’intelligence et la volonté de s’attaquer à certaines vaches sacrées et ce n’est pas gagné d’avance.

    Michel de Poncins.
    __________________________________________________________________________________________

    Logement: échec et mat pour Sarkozy.

    septembre 26, 2011 by · Commentaires fermés sur Logement: échec et mat pour Sarkozy.
    Filed under: Politique 

    Les offensives du gouvernement contre le logement ne s’arrêtent jamais. Voici quelques-unes parmi les plus récentes.
    Dans la liste des nouveaux impôts se trouve un projet de taxation accrue des plus-values réalisées à l’occasion de la vente de résidences secondaires. Il est tout à fait normal de faire une plus-value lorsque l’on vend une habitation quelle qu’elle soit et il est immoral que les politiciens taxent ces plus-values de quelque façon que ce soit. Autre projet : surtaxer les loyers des chambres de bonne quand ce loyer ne convient pas au gouvernement pour une raison ou pour une autre ; il en résultera une nouvelle pénurie ou des transactions au noir ! Le Président de la République « veut » une France avec 70 % de propriétaires au lieu de 58 % aujourd’hui. De quoi se mêle-t-il ? Si le logement était libéré, chacun, selon les circonstances choisirait librement d’être propriétaire ou locataire. Il en résulte la promotion du PTZ ou prêt à taux zéro, nous rappelant le triste exemple des subprime aux USA qui avaient pour but de vendre des logements à des personnes ne pouvant pas acheter.
    Ces toutes dernières mesures font suite à un déluge de dispositions qui, depuis 2007, forment des obstacles considérables à la construction nécessaire de logements valables.

    DES DISPOSITIFS DESTRUCTEURS

    Le gouvernement dirige étroitement les loyers, ce qui va jusqu’à un quasi blocage du type « loi 1948 » : erreur fatale. En conséquence et pour, soi-disant, aider les propriétaires bailleurs, il déclenche une floraison de dispositifs avec leurs complications et leur arbitraire : Robien, Scellier, Scellier BBC, Scellier social, Scellier meublé. Dans la réalité, c’est autant de pièges pour ces propriétaires bailleurs, l’essentiel des avantages fiscaux étant captés par les intermédiaires. Le droit au logement opposable (DALO), entré en application le 1er janvier 2008 est un concept socialiste. Quand une personne se trouvant sur le territoire français n’est pas logée ou logée d’une façon qui ne la satisfait pas, elle a le droit de se retourner contre l’État à l’aide d’une instance juridique pour exiger un logement qui lui convienne. Bien sûr, cette innovation est liée aux logements sociaux dont l’État prétend avoir la charge et qui constituent une sorte de verrue communiste dans le paysage français. Cette verrue est bien connue au fond de l’Afrique et susceptible, suivant la phrase d’un socialiste pur et dur, d’attirer en France toute la misère du monde. L’extension sans fin de ces logement sociaux s’est accrue par la pression sur les maires, menacés d’une arme fiscale ; ces innombrables logements sont, à la fois, signe et cause de la dégradation du patrimoine immobilier. Ce DALO crée à l’intérieur de la France des besoins nouveaux et artificiels, aggravant la lancinante pénurie.
    L’on pourrait citer encore le zonage du territoire ; il existe tant de zones enchevêtrées que la complexité des démarches pour construire un logement est inextricable. Parmi ces zones, se trouvent les régions classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Ce classement tout à fait inutile se propage sur la terre entière depuis 1972 date de sa création. La vallée de la Loire, par exemple, a été classée. Les conséquences sont extrêmement importantes sur le plan des formalités car le classement conduit à des délais supplémentaires pour l’étude des dossiers et aussi à des décisions tout à fait arbitraires. Rappelons que ce système a pour objectif évident bien que non déclaré d’enrichir l’Unesco, monstre administratif ruineux, qui compte 175 directeurs et 1000 consultants !
    Un promoteur avait évalué il y a quelques années à 25 % du prix du logement, le coût des formalités administratives. La conséquence est la réduction des surfaces disponibles ou des pertes de qualité. Les chanceux qui disposent de grandes surfaces ne s’en aperçoivent guère. Pour celui qui n’a que 10 M2, c’est dramatique.
    Le résultat est pitoyable. Suivant les statistiques de la fondation de l’abbé Pierre, 2 600 000 Français(sic) seraient mécontents de leur logement. Comment se fait-il que dans ce pays bénéficiant de tant de possibilités une telle catastrophe puisse exister ?
    LE VOLONTARISME COUPABLE DE L’ETAT

    L’unique explication est le volontarisme coupable de l’État qui s’incarne dans un double attelage ministériel : Madame Nathalie Kosciuszko, ministre du logement, est flanquée de Monsieur Benoist Apparu, secrétaire d’État chargé du logement. Ce fabuleux attelage pèse lourdement par son existence même sur le marché du logement : impôts abusifs et règlementations obscures détruisent le dit marché. L’attelage s’accompagne d’une foule d’organisations « bourreaucratiques » publiques comme des « Agences Départementale de l’Information sur le Logement. Si l’on multiplie par le nombre de départements et si l’on ajoute une foule d’autres organismes parasitaires, le coup de massue frappant les candidats locataires et propriétaires est meurtrier à souhait.
    Provenant de l’action négative des ministres, les causes de la calamité sont si nombreuses qu’il est difficile de les inventorier : il s’en ajoute beaucoup à celles qui viennent d’être mentionnées.
    Citons l’impossibilité de faire partir sans délai le locataire mauvais payeur (En Belgique, c’est immédiat et, de ce fait, l’on trouve à se loger) et l’obligation des diagnostics sans véritable intérêt qui majorent de 2 % les coûts.
    Il existe, même, grâce à l’imagination des énarchos-socialos au pouvoir et sous la pression des écolos, une trouvaille absolument incroyable : c’est le logement « idéologique » ; suivant la doctrine officielle de tels logements « économisent la planète » ! En d’autres termes, les candidats au logement sont incités à faire plaisir aux caciques du prétendu réchauffement climatique rattaché à une cause humaine et parmi eux à Jean-Louis Borloo. L’incitation comporte une foule d’aides de natures diverses en vue d’encourager les travaux désignés arbitrairement comme écologiques : ce sont des « aides vertes ».
    Un exemple de l’orientation « idéologique » du logement est la maison « BBC ». Ces initiales désignent la maison basse consommation. La construction est terriblement compliquée et ces logements BBC coûtent 15 % de plus que les autres. Certes, ce surcoût est pratiquement compensé par des avantages fiscaux. Il en résulte un double effet de ruine pour un acteur du logement : il perd sa liberté de choix alors que celle-ci dans un domaine aussi important fait partie de la richesse et il souffre, comme d’autres, du matraquage des impôts nécessaires pour compenser les avantages fiscaux.

    LIBERER LE LOGEMENT

    La solution à la calamité existe et est connue de tous les économistes : libérer complètement le logement en laissant le marché jouer dans tous les domaines est la seule façon de gérer le problème. Une des causes profondes du désastre Français vient de ce que l’horrible calamité, comme beaucoup d’autres, est le terreau où politiques et chefs syndicalistes cultivent leur fausse gloire et leur vraie richesse grâce aux remèdes mensongers qu’ils appliquent.
    Quelqu’un a remarqué que, du temps d’Henri IV et de Sully, les gens s’enrichissaient car, malgré son pouvoir, le Roi ne « tracassait pas les particuliers ». C’est une phrase extraordinaire. A présent nous sommes soumis à un millier de « Princes » qui fabriquent à leur usage un pouvoir quasi absolu grâce auquel ils nous tracassent de tous les cotés.
    Nous vous en prions : cessez de nous tracasser et nous serons tous logés à notre gré !

    Michel de Poncins.

    Europe-Ecologie-les verts, un mouvement moderne …

    septembre 19, 2011 by · Commentaires fermés sur Europe-Ecologie-les verts, un mouvement moderne …
    Filed under: Politique 

    Produits alimentaires: 83% des Français regardent d'abord les prix ...

    A la caisse d’un super marché une vieille femme choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière militante d’Europe Ecologie et fan de Cécile Duflot, d’Eva Joly de José Bové lui a alors reproché de ne pas se mettre à « l’écologie » et lui dit:
    « Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique.
    Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources!  »
    La vieille femme s’est excusée auprès de la caissière et a expliqué:
     » Je suis désolée, nous n’avions pas de mouvement écologique dans mon temps. »
    Alors qu’elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta:
     » Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens. C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps!  »

    La vieille dame admît qu’à l’époque, on retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de Coke et de bière au magasin. Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises. À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    De mon temps, on montait l’escalier à pied: on n’avait pas d’escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait jusqu’à l’épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    À l’époque, on lavait les couches de bébé; on ne connaissait pas les couches jetables. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge; pas dans un machine avalant 3000watts à l’heure. On utilisait l’énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements.
    À l’époque, on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une sœur à l’autre. C’est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    À l’époque, on n’avait qu’une TV ou une radio dans la maison; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d’une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l’État du Texas.
    Dans la cuisine, on s’activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.
    Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà servies, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
    À l’époque, on utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon; on n’avait pas de tondeuses à essence auto-propulsées ou auto portées.
    À l’époque, on travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité. Mais, vous avez raison: on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    À l’époque, on buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif; on n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu’on voulait prendre de l’eau.
    On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir après chaque rasage. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    À l’époque, les gens prenaient le bus, le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l’école au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.
    À l’époque, les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jeter fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui. »
    Cécile Duflot avec la pertinence qu’on lui connaît vient d’inventer selon elle un nouveau mode de vie…

    Un Oscar pour DSK et Claire Chazal…

    septembre 19, 2011 by · Commentaires fermés sur Un Oscar pour DSK et Claire Chazal…
    Filed under: Politique 

    Claire Chazal, Anne Sinclair et DSK, des amis de longue date !

    La prestation télévisée de DSK allias Dominique Strauss-Khan a été un grand moment de cinéma!
    Le second rôle interprété par la vieillissante Claire Chazal parfaite dans le jeu balourd qui convenait à cette circonstance très particulière.
    Un méa-culpa sur cette erreur (???) dont on ne sait pas bien si c’est la relation sexuelle, le viol, ou d’avoir spermé à travers toute la suite du Sofitel, quoi qu’il en soit, Dominique s’est repenti et a demandé pardon à tous les français.
    Utilisant un élément bien connu des prêtoirs, agiter un document qui très souvent est un annuaire téléphonique sur lequel on a collé une chemise, mais qui sert à asseoir sa plaidoirie, DSK qui connaît parfaitement le monde judiciaire au vu des nombreuses affaires qui l’ont conduit devant les tribunaux, nous a agité le fameux rapport du procureur qui selon lui le blanchi…
    Hors ce fameux rapport fait ressortir des contradictions chez la victime, c’est ce qui a fait que le procureur n’a pas poursuivi, exactement comme en France un procureur de la république suite à une plainte ne donne pas suite et il reste aux victimes le tribunal civil comme recours.
    DSK n’est pas innocenté pour autant de l’accusation de viol, il n’est simplement plus poursuivi par le procureur qui ne compte pas perdre un procès qui handicaperait sa carrière.
    Les Français qui ont vu leurs plaintes classées sans suite de manière scandaleuse afin de protéger telle corporation ou tel intérêt, comprendront la différence et la supercherie qu’ont tenté de nous faire avaler Claire Chazal et DSK.
    Pour terminer ce sketch, notre duo est venu sur le terrain de l’économie ou DSK a sorti un scoop qu’il a piqué dans EL Dia il y a plusieurs mois, les Grecs ne rembourseront pas l’argent qu’on leur a prêté…
    DSK déclare vouloir se rendre utile, il a en effet laissé quelques chantiers en suspens… le viol inachevé de Tristane Banon.

    Partie du rapport du procureur

    « Les preuves physiques, médicales ou autres qui sont disponibles dans cette affaire (…) ne prouvent cependant pas que ces contacts ont été imposés par la force ou étaient non-consentis, et elles ne corroborent pas certains aspects du récit, par la plaignante, des faits incriminés. »
    « Les preuves physiques, scientifiques et d’autres natures, indiquent que l’accusé a engagé un acte sexuel précipité avec la plaignante, mais elles ne permettent pas de dire si l’acte a eu lieu sous contrainte et sans consentement. »
    « Tous les éléments recueillis, qui auraient pu être pertinents pour statuer sur les questions de l’usage de la force et de l’absence de consentement, se sont révélés non concluants. »

    Le rapport du procureur fait mention de deux types de blessures constatées sur la plaignante, une à l’épaule et une sur l’appareil génital. Il n’exclut pas que l’une ou l’autre ait été la conséquence de faits décrits par la plaignante mais, faute de preuves suffisantes, réfute ces éléments comme corroborants une agression sexuelle :

    « Le seul constat physique que l’examinatrice a relevé est une ‘rougeur’ qui a été observée lors de l’examen gynécologique. L’examinatrice n’a pas pu affirmer avec un degré raisonnable de certitude médicale que cette ‘rougeur’ était une conséquence directe des faits incriminés, ni même que c’était une blessure ou un hématome. L’examinatrice a déclaré que cette rougeur pouvait être la conséquence des faits décrits par la plaignante, mais pouvait également être liée à une série d’autres causes. »
    « Un deuxième expert médical a abouti aux mêmes conclusions, à avoir que la coloration rouge était un élément non-spécifique, qui pouvait être attribué à de nombreuses causes autres qu’un traumatisme : friction, irritation, ou inflammation de la zone. Cet expert a confirmé qu’on ne pouvait exclure que la rougeur ait été causée par la façon dont la plaignante affirme avoir été saisie, mais c’est selon lui peu probable. »
    « Par la voix de son avocat, la plaignante a lors assuré au procureur que sa blessure à l’épaule (choc type 2) résultait de sa rencontre avec le défendant. (…) [L’expert orthopédique mandaté par le procureur] a conclu qu’avec un degré de certitude médicale raisonnable, cette blessure, s’il s’agit bien d’une blessure, était plutôt causée par ‘un usage répété à la verticale de son avant-bras lors de gestes rotatifs et vifs’, ‘comme ceux que peut effectuer un sportif lorsqu’il lance un poids en hauteur’. A la lumière de ces différents facteurs liés à la déclaration d’une blessure physique, et plus remarquablement suite aux conclusions de l’expert, la blessure à l’épaule ne vient pas corroborer l’accusation d’agression sexuelle. »

    Daubresse: 7 heures pour toucher le RSA

    septembre 14, 2011 by · Commentaires fermés sur Daubresse: 7 heures pour toucher le RSA
    Filed under: Politique 

    ddbaaf2c-b9e6-11df-a184-79d17b ...

    Enfin une mesure intelligente, exiger un minimum de travail en contrepartie du RSA.
    Plus qu’une mesure économique, c’est une mesure social. Remettre ou mettre la première fois au travail des millions d’inactifs se complaisant dans cette vie végétative, c’est évidemment la solution que tous les épris de liberté et d’opposants à cette société d’assistanat applaudiront.
    Il y a quelques mois, le Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, avait fait scandale, y compris à l’UMP, lorsqu’il a proposé de faire travailler les bénéficiaires du Revenu de solidarité active.
    Il avait même été réprimandé par Nicolas Sarkozy en personne; quel changement avec ses discours de campagne qui prouve une fois de plus l’incompétence du chef de l’état.
    Aujourd’hui, c’est Marc-Philippe Daubresse qui reprend l’idée et le député-maire de Lambersart propose notamment d’instaurer 7 heures de travail obligatoire aux bénéficiaires du RSA.
    C’est peu, mais ce serait déjà un progrès!

    De Villepin: Pour les juges, il est coupable et relaxé…

    septembre 14, 2011 by · Commentaires fermés sur De Villepin: Pour les juges, il est coupable et relaxé…
    Filed under: Politique 

    France - Monde | Karachi : Dominique de Villepin devant les juges ...

    Ce jour, Dominique de Villepin est content et fier d’appartenir à cette république bananière dont il est un des membres éminents.
    En effet, alors que deux juges qui ont instruit cette affaire Clearstream durant des mois, ont entendu tous les protagonistes de cette affaire y compris Dominique de Villepin à plusieurs reprises durant des heures avaient déclaré l’ex premier ministre coupable (voir l’acte d’accusation), un autre juge a balayé tout ce travail d’un revers de manche et l’a relaxé. Qui peut encore douter de la justice de ce pays?
    Souriant, solennel, visiblement ému d’avoir été blanchi aussi facilement, le complice de Jacques Chirac s’est dirigé sitôt l’audience terminée vers la dizaine de micros tendus vers lui pour « saluer l’indépendance de notre justice qui a su résister aux pressions politiques», et pas un journaliste n’a souri…
    Et de poursuivre: «Je veux croire que cette décision contribuera à rendre notre vieux pays moins vulnérable à la rumeur et à la calomnie. Rappelons nous que cette affaire a été initiée en 2005/2006 à la veille de l’élection présidentielle de 2007. Comme j’aimerais que cela puisse servir de leçon pour la présidentielle de 2012». En voilà un qui ne manque pas d’air et qui a toutes les qualités requises pour devenir président de la France.
    Dominique de Villepin, avocat tout récent sans passer d’examen de droit ou autre, (l’avantage d’une république bananière) va pouvoir se présenter pour présider à la destinée de ce régime (de bananes).
    Les français apprécieront que dans cet éventail de candidature, il n’y en est pas une d’honnête et de désintéressée… La cinquième république aurait perdu ses titres de petitesse.

    DSK ET LA PAUPERISATION

    septembre 12, 2011 by · Commentaires fermés sur DSK ET LA PAUPERISATION
    Filed under: Politique 

    Pour Noël, DSK au self - Le Point

    Les signes de la paupérisation du peuple français s’accumulent de plus en plus. Les statistiques officielles montrent qu’en 2009 8,2 millions de personnes, soit 13% de la population, vivaient en dessous du seuil de pauvreté. En 2008, c’était moins : 7,84 millions. Un Français sur deux vit avec moins de 1580 € par mois. Certes ces statistiques doivent être lues avec prudence : il est plus évident d’être pauvre à Paris lorsque l’on a peu de revenus qu’en province avec les mêmes revenus, si par ailleurs on dispose d’une maison et d’un jardin.

    Des indices plus sûrs et évidents existent comme la « prospérité » des restos du cœur et celle du secours catholique. Les politiques qui pilonnent l’économie française, soit pour détruire les industries et services, soit pour les chasser ailleurs, ont au moins une production qui marche bien c’est justement celle des restos du cœur.
    Au même moment, DSK fait un retour quasi triomphal à Paris et les médias le montrent avec gourmandise pénétrant dans son magnifique logis de la place des Vosges. Ses innombrables camarades et amis de la fausse droite et de la vraie gauche sont, certes, fort embarrassés par ce retour. La présomption d’innocence existe dans le domaine pénal, ce qui n’empêche pas les rumeurs et les chuchotements.

    UNE INCOMPETENCE MANIFESTE

    Pour sauver l’honneur, les voici chantant ses prétendus talents et sa prétendue compétence. Mais il se trouve que la présomption d’innocence n’existe pas dans le domaine économique.
    Dans les multiples fonctions qu’il a rempli au plus haut niveau en France, il a décidé et orchestré les plus grandes calamités : semaine de 35 heures, retraite à 60 ans, enrichissement fabuleux des politiciens, déluge fiscal, dépenses publiques illimitées, endettement en folie. Le résultat pitoyable est connu : chômage, crise du logement, délocalisations des entreprises, retraites insuffisantes, panne de la croissance et bien d’autres manifestations qui ont conduit précisément à la paupérisation rappelée ci-dessus.
    Certes, pour sa défense, il pourrait dire qu’il n’était pas le seul et que ses amis sont étroitement solidaires de la catastrophe générale. Il ajouterait que la fausse droite, en dehors de quelques aménagements, a poursuivi la course folle et n’a nullement arrêté le double bolide des impôts et de l’endettement.
    S’il avait, au tribunal de l’histoire, un avocat aussi talentueux que celui qui lui a permis d’éviter d’être jugé, il pourrait aussi affirmer qu’il était ignorant du mal qu’il créait par ses actions. Étant donné le degré élevé d’intelligence de ces gens, la présomption d’ignorance n’a aucun sens. Il y a eu agression contre l’économie française et agression volontaire.
    Une autre ligne de défense pourrait être d’évoquer le consentement du peuple français s’exprimant par les votes ; cela voudrait dire qu’il n’y a pas eu de viol, comme cela aurait pu se produire dans la suite 2806 du Sofitel de New-York, si la victime n’ était pas consentante.

    L’ORCHESTRE MEDIATIQUE

    Que se passe-t-il dans l’isoloir ? C’est là qu’intervient dans l’analyse un autre facteur, à savoir l’orchestre médiatique. Les médias en France sont à la fois créateurs et complices des calamités publiques ; ils sont étroitement imbriqués avec les politiques et forment avec ces derniers un ensemble cohérent, imposant une censure d’autant plus impitoyable qu’elle est apparemment douce. La situation est donc étrange : il n’ y pas eu viol puisque le peuple a voté. Mais le consentement a été obtenu grâce à la complicité de l’orchestre médiatique, lui-même arrosé généreusement par les impôts arrachés aux victimes-contribuables-électeurs.
    La même propagande célèbre le rôle de DSK à la tête du FMI. Les tribulations récentes ont permis d’admirer sur les écrans la magnificence de cette organisation qui, avec ses 14 000 employés, n’est que l’une des multiples et luxueuse succursales du pouvoir totalitaire mondial en voie d’édification rapide.
    Au même moment, nous avons le spectacle de la misère que ce FMI impose cruellement au peuple grec, soi-disant pour le « sauver ». C’est une pratique courante de cette organisation. Là aussi la présomption d’ignorance n’existe pas.
    Comment ce personnage incompétent est-il arrivé à la tête du FMI ? Peu de gens se souviennent que pendant plusieurs mois les affaires étrangères de la France ont été mises au service de sa nomination et, de même, récemment de celle de Madame Christine Lagarde. Dans les affaires étrangères rien n’est gratuit et tout se paye ; personne ne peut connaître les contreparties que la France a du donner pour ces deux nominations correspondant aux caprices et intérêts du pouvoir en place.

    LES IMPOTS FRAPPENT SURTOUT LES PAUVRES

    La paupérisation évidente du peuple français met en évidence un fait que peu admettent, à savoir que les impôts frappent en priorité les pauvres. En effet, ces derniers deviennent pauvres précisément à cause des impôts qui détruisent les créateurs de richesse, ceux qui font tourner la machine.
    Les simples précaires, qui arrivent seulement à vivoter risquent à leur tour de tomber dans la trappe de la pauvreté. A mesure que les gens s’élèvent dans la richesse, l’impôt devient de moins en moins pesant. S’ils accèdent à la grande richesse, l’impôt n’existe plus puisqu’ils peuvent s’évader parfaitement légalement pour échapper à l’enfer fiscal.
    La France en ruine, le désastre du FMI : décidément les camarades ont bien de l’audace à essayer de redonner du lustre à leur encombrant ami. En fait, ce n’est que le reflet de leur propre solidarité à la fois dans l’incompétence et dans ses résultats.
    Michel de Poncins.

    Chirac alzheimer, des troubles chez De Villepin

    septembre 12, 2011 by · Commentaires fermés sur Chirac alzheimer, des troubles chez De Villepin
    Filed under: Politique 

    Brain Magazine - Page Président - Quand Chirac n'était pas un ...

    De Villepin une crapule, c’est ce que semblaient penser les deux juges qui ont instruit l’affaire Clearstream. Aujourd’hui, c’est un avocat aux ordres du pouvoir Robert Bourgi qui vient confirmer ce que tout le monde pense, les politiques touchent de partout et touchent gros, très gros.
    L’Afrique a toujours été la caisse noire du monde politique français; les contribuables français donnent de l’argent aux africains, confisqué par les chefs d’états de ces républiques à l’image de la France, et en remerciement, les politiques français reçoivent des dons; entre chefs d’états véreux, il faut bien s’entraider…
    Au fait, Chirac qui ne se souvient plus de rien et ne peut comparaître à son procès des emplois fictifs se souvient pourtant qu’il n’a jamais touché l’argent dont parle Bourgi et porte plainte pour diffamation … Bizarre, bizarre ???
    De Villepin ne va pas tarder à ne plus se souvenir de rien, même pas qu’il est un tocard.
    En 2012, c’est certain, vous aurez tout oublié et vous irez gentiment voter…

    Après Fukushima, incident nucléaire à Marcoule en France.

    septembre 12, 2011 by · Commentaires fermés sur Après Fukushima, incident nucléaire à Marcoule en France.
    Filed under: Politique 

    Energie : Lieu de mémoire : la centrale nucléaire Phénix - L ...
    Les autorités françaises n’ont de cesse d’assurer qu’en France, le nucléaire n’est pas dangereux et ne comporte aucun risque. a tel point que les pilules d’iode à distribuer en cas d’incident sont périmées… Ce n’est pas une blague, les pilules sont périmées depuis plusieurs années et autre fait intéressant, ce comprimé doit être absorbé dans les deux heures à la suite de l’accident nucléaire et comme ces stocks sont détenus dans des centres de l’état et connaissant l’efficacité de l’administration française, jamais vous n’aurez votre antidote en temps et en heure…
    Qu’à cela ne tienne, comme pour les nuages de Fukushima les autorités françaises ont relevé la norme de tolérance en la multipliant par dix, ils vous expliqueront que vous avez huit jours pour prendre la pilule miracle…
    Aujourd’hui, c’est à Marcoule dans le Gard qu’une explosion s’est produite dans l’usine de retraitement des déchets et la première chose qu’il faut retenir, les autorités ont affirmé qu’il n’y avait aucun rejet et aucun danger…
    Donc, un four a explosé vers 11 h 45 dans l’usine Centraco (Centre nucléaire de traitement et de conditionnement) filiale de la société Socodei et d’EDF, entre Chusclan et Codolet.
    L’explosion a tué un homme, retrouvé carbonisé et en a blessé quatre autres, dont un très grièvement. Ce dernier a été évacué d’urgence en hélicoptère à Montpellier.
    Les trois personnes blessées plus légèrement ont été transportées au centre hospitalier de Bagnols-sur-Cèze.
    Aucune mesure de confinement à la radioactivité n’a été mise en place dans les villages alentours, ni aucun périmètre de sécurité autour de l’usine, on vous le disait, il n’y a aucun danger pour la santé, mais c’est qu’en réalité il n’y a pas grand chose à faire!
    Contactée à 14 h par le Midi libre, soit près de 2 heures après les faits la division de Marseille de l’ASN (Autorité de sûreté du nucléaire), chargée d’assurer le contrôle du nucléaire pour proteger le public et informer les citoyens a indiqué n’avoir aucun responsable disponible sur place pour répondre à la presse, et conseillé de « rappeler plus tard ». Pour la pilule, c’est ce que l’on vous disait plus haut, c’est mort!
    A 14 h 15, elle a précisé que tous les responsables étaient partis sur le site de Marcoule et n’étaient donc pas joignables, et qu’il fallait donc attendre le retour du chef de division avant d’avoir la moindre information.
    On parlait plus haut de l’efficacité de l’administration française, on est en plein dedans!
    Le nucléaire c’est une question de confiance….

    Peter Thiel, l’Ile de la Liberté.

    septembre 8, 2011 by · Commentaires fermés sur Peter Thiel, l’Ile de la Liberté.
    Filed under: Politique 

    Peter Thiel financement des îles flottantes de construire de ...

    La France comme tant d’autres pays n’est pas une démocratie, même si on invite le peuple à voter régulièrement dans un jeu truqué.
    Allez faire la pute auprès d’élus pour obtenir cinq cents signatures afin de pouvoir vous présenter n’est qu’un exemple de cette démocratie de dupes.
    Une révolution est indispensable car pas un élu tout comme un roi ne cédera son trône ou ses avantages sur la seule volonté du peuple que l’on amadoue comme un chien en lui distribuant quelques friandises comme le RSA, aides diverses et en lui faisant croire que les soins médicaux sont gratuits… Supercherie de bout en bout qui fonctionne du fait du peuple mis sous assistance.
    Alors pour les individus épris de liberté, de dignité, une solution, la seule envisageable, celle d’un milliardaire américain qui souhaite se lancer dans la construction d’une île 100% artificielle au large de San Francisco. Bien plus qu’une île en fait. Car c’est un véritable État que Peter Thiel espère créer prochainement.
    Pays surpeuplés, guerres de territoires… Sur nos continents, il n’y a plus assez de place pour tout le monde. Alors Peter Thiel, le fondateur du système de paiement en ligne Paypal, propose de se rendre en terres inconnues, dans les eaux non-territoriales pour implanter son île. Loin, bien loin de la souveraineté des États existants.
    L’idée est originale et le milliardaire ne s’arrête pas là. Il imagine un État peuplé de libertariens, cette communauté qui prône la liberté absolue des individus et applique les principes du laisser-faire et de l’autogestion. Ce mode de vie peut-il pour autant se transformer en système politique viable ? La question ne se pose pas encore car le projet est toujours au stade de la discussion.
    Peter Thiel pourrait passer pour un rêveur mais il a quelque chose en plus que les autres utopistes : une fortune personnelle estimée à 15 milliards de dollars. Dont 1,25 million déjà investi dans le « Seasteading Institute » qui planche sur le projet.
    Cette organisation a immédiatement été séduite par cette idée de colonie flottante et Patri Friedman, gérant de l’institut, a voulu relever le défi. « Les gouvernements sont des industries inefficaces parce qu’ils élèvent d’absurdes barrières à l’entrée », indiquait Patri Friedman lors d’une rencontre avec les médias. « Aujourd’hui, pour rivaliser avec d’autres gouvernements, il faut gagner une guerre, une élection ou une révolution. »

    Une île d’abord, une colonie ensuite
    L’idée n’est pas neuve. Michael Oliver, en 1971, avait tenté l’aventure dans le Pacifique Sud avec sa République de Minerva. Mais aujourd’hui, il ne reste rien de son rêve englouti par l’océan.
    Peter Thiel a bien conscience que son projet peut sembler aberrant. « Beaucoup de gens le considèrent comme irréaliste », admet le milliardaire. « S’ils ne nous prennent pas au sérieux, ils ne chercheront pas à nous mettre des bâtons dans les roues. Et quand ils le feront, il sera déjà trop tard. »
    Le milliardaire voit loin. Il travaille actuellement sur le projet-pilote au large de San Francisco mais imagine déjà d’autres îles tout autour, formant une colonie.
    Peter Thiel a du flair et l’a prouvé plusieurs fois. Il a su investir au bon moment dans le réseau social Facebook en participant à son expansion. Il a aussi senti le vent tourner juste avant la crise immobilière américaine de 2007.
    Peter Thiel, un synonyme de liberté de dignité.

    El Dia,Cea,Courrier International.

    Page suivante »

    Copyright 2008 - El-dia.com - Tous droits réservés