• Claude Guéant jouait au gendarme et au voleur….

    avril 30, 2013 by · Commentaires fermés sur Claude Guéant jouait au gendarme et au voleur….
    Filed under: Politique 

    Claude Guéant, ancien ministre de l’intérieur, premier flic de France, fidèle de Nicolas Sarkozy semble bien être une crapule… Le contraire serait étonnant dans ce monde politique ou il est difficile de trouver une personnalité au-dessus de tout soupçon.

    Populiste, nous serons taxés de Populiste, l’injure suprême lorsque l’on dénonce l’évidence: toute la classe politique est corrompue ou pourrie, c’est la même chose.

    Ministre de l’intérieur, ministres du budget successifs, (Woerth, Cahuzac) celui de droite comme de gauche, tous les deux champions de la lutte contre la fraude fiscale, tous les deux des crapules commerçant avec la Suisse….

    Le Canard Enchaîné, toujours très bien informé prétend que lors des perquisitions conduites dans le cadre d’une enquête sur des accusations de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, les enquêteurs ont trouvé « de nombreux et conséquents paiements de factures en liquide ».

    Pour sa défense, Claude Guéant a prétendu que l’argent venait de primes ministérielles, qui existent bien en effet, et qui est un autre scandale de cette république bananière. « Ce sont des primes que l’on reçoit comme ça, qui ne sont pas déclarées, de toute éternité, voilà, c’est tout », a déclaré l’ex-secrétaire général de l’Élysée sur BFM TV.

    Le premier ministre touche chaque année une enveloppe de plusieurs millions d’euros qu’il peut mettre dans sa poche, ou partager avec ses petits copains, la cour des comptes n’ayant même pas un droit de regard sur ce fond pour le moins obscur…

    Roselyne Bachelot, une autre groupie de Sarkozy traitait Guéant de voleur ou de menteur; les rats quittent le navire….

    Claude Guéant n’hésitant pas à mentir, déclarait que ces primes n’étaient peut-être pas tout à fait normales et qu’ils (gouvernement Fillon) les avaient supprimés, alors que c’était sous le gouvernement de Lionel Jospin …

    Claude Guéant ayant reçu 500.000 euros de l’étranger démentait que cela proviennent des Lybiens et semblait se souvenir qu’il avait vendu des tableaux…. Claude Guéant est bien connu comme collectionneur, mais seulement de casseroles.

     

    William Cardspeare

     

     

     

     

     

    Retraites: Hollande, Sarkozy, idem….

    avril 29, 2013 by · Commentaires fermés sur Retraites: Hollande, Sarkozy, idem….
    Filed under: Politique 

     

    C’est reparti pour un tour de manège car les nouvelles sont mauvaises. Elles ne pourraient être autrement, le pouvoir socialiste par idéologie et intérêt personnel voulant à tout prix sauver la répartition, véritable idole du pouvoir politico-médiatique. Ce faisant, il condamne la capitalisation seul moyen connu de sauver les retraites. Dans ce tour de piste, il ne touche pas aux retraites scandaleuses des ministres et des élus.

    Il promet une grande parlotte nationale à l’automne pour soi-disant résoudre le problème. De telles parlottes avec leurs coûts extravagants ont-elles jamais résolus des problèmes ? Sarko avait déjà convoqué une grande parlotte sur le sujet.

    Les vraies solutions seront cachées sous le tapis. Nous aboutirons donc au replâtrage habituel : taper sur les pensions, sur les entreprises en majorant les cotisations et reculer sournoisement l’âge de départ. Le replâtrage s’accompagnera d’un ouragan de désinformation publique pour faire avaler la pilule

    L’ensemble avec une forte odeur d’usine à gaz jouera sa partition dans la ruine du peuple français sous les coups de boutoir permanents du pouvoir en place.

    LA RÉPARTITION

    Le système est présenté comme généreux et il ne l’est pas. On prétend parfois que c’est un contrat intergénérationnel : les versements d’aujourd’hui reposent sur l’espoir de recevoir ultérieurement une pension, ce qui est un autre mensonge ; un contrat doit être débattu et signé avec des sanctions : ici aucune négociation mais seulement un coup de force, les assujettis étant conviés sans ménagement à payer. La répartition fut instituée brutalement au sortir de la Libération par un gouvernement proche du communisme. Elle ressemble étrangement au système Madoff ; les premiers gagnent beaucoup ; il me souvient que lors de la nationalisation des compagnies d’électricité les EDF eurent la divine surprise de voir leur future retraite faire un bond spectaculaire. Les derniers, comme chez Madoff, n’auront plus grand chose le système s’écroulant sur lui-même lentement et logiquement.

    Entre temps et quand une des caisses a des problèmes les gouvernements ne se gênent pas pour aller piller une autre caisse ! Il y eut depuis quelques années de véritables « casses » au profit de certains mammouths publics du type RATP dont la caisse était en péril. ARRCO et AGIRC ont été priés sans ménagement et parfois dans le secret d’avaler les catastrophes. La gestion de la répartition enchante les partenaires sociaux qui y trouvent aussi bien du côté patronal que syndicaliste de fastueuses prébendes. Évoquer la gestion est un grand mot. L’argent arrive à grands flots grâce à la force publique. Il sort selon la bonne volonté des pouvoirs qui se succèdent soit dans la politique, soit chez les partenaires sociaux. Il est tributaire de la démographie. Le vrai drame d’aujourd’hui vient en partie de l’allongement de l’espérance de vie.

    Venons-en à son défaut essentiel. Il ne crée pas de richesse. C’est de l’argent qui est dilapidé aussitôt que prélevé par une sorte de vases communicants. Pour payer les retraites, il faut et il suffit de créer de la richesse.

    LA CAPITALISATION

    A maints égards c’est le contraire de la répartition.

    Elle repose sur des contrats librement débattus. Ce peut être des contrats individuels ou collectifs dans le cadre d’entreprises. Il est évidemment indispensable que les épargnes accumulées pour l’avenir bénéficient du même statut fiscal et social que les cotisations versées par force dans la répartition.

    Dans le cas le plus général, il existe des gestionnaires pour gérer les épargnes. Aux épargnants de choisir les meilleurs qui soient adaptés à leurs objectifs. Une bonne organisation implique que chacun connaisse en permanence la valeur de son épargne compte tenu des bénéfices de la gestion.

    La sortie est prévue contractuellement. Ce peut être une rente ou un capital à toucher immédiatement. Ce point est une supériorité considérable par rapport à la répartition. Des calculs précis on été réalisés sur l’enrichissement des épargnants dans le cadre de la capitalisation ; ces calculs reposent sur un rendement de 4 % ce qui est plutôt prudent ; ils montrent que les épargnants accumuleraient une richesse considérable sous forme de capital ou de rente.

    La capitalisation crée de la richesse et de la sorte irrigue tout le corps social. La richesse ne repose jamais sur la consommation comme veut nous le faire croire la propagande officielle. Elle ne vient que du capital accru lequel est étroitement associé au travail. Les nombreux pays qui sont passés à la capitalisation ont constaté de fortes croissances du PIB.

    Il y aura des objections. La principale est de risquer de tout perdre avec un mauvais gestionnaire. Il est sûr que la sagesse des nations recommande de ne pas mettre ses œufs dans le même panier. Il est recommandé aussi d’exiger du gestionnaire des règles prudentielles. Cela n’empêche certes pas les accidents mais dans la répartition la ruine est certaine et s’inscrit dans les faits.

    LA TRANSITION

    Plusieurs pays sont passés de la répartition à la capitalisation. Il faut gérer la transition sans nuire aux droits acquis des cotisants de la répartition. Le Chili y est parvenu avec un effet important sur le PIB. D’autres pays avec des méthodes adaptées à chaque cas l’ont aussi mené à bien.

    MICHEL de PONCINS

    Le malaise de la police de Manuel Valls.

    avril 29, 2013 by · Commentaires fermés sur Le malaise de la police de Manuel Valls.
    Filed under: Politique 

    manuel valls

    L’émission sur la police française et ses dérapages présentée sur M6 a mis en lumière les problèmes des fonctionnaires de police face à leur hiérarchie et au manque d’encadrement, en un mot de l’incompétence des différents ministres de l’intérieur.

    L’actuel ministre de l’intérieur, Manuel Carlos Valls  se prend pour un toréador; l’oeil noir, se tenant exagérément droit, il tente de se donner une stature de fermeté, d’autorité, et d’honnêteté « politique », exercice dans lequel il a échoué hier soir…..

    En effet, l’émission a rappelé la corruption qui régnait au sein des services de police et ce dans toute la France et alors que la journaliste s’étonnait de la réincorporation des mis en examen ainsi que le versement des salaires, Manuel Valls répondait que tant qu’ils n’étaient pas condamnés, la présomption d’innocence jouait… On appréciera la subtile nuance du parfait politique.

    Quant au fonctionnaire Honnête qui avait dénoncé et témoigné sur les agissements frauduleux de la BAC de Marseille nord, lui n’a pas été réincorporé et ne touche plus son salaire….  Dans la police les brebis galeuses semblent être les honnêtes fonctionnaires…. Manuel Valls qui a vu le reportage n’a rien trouvé à redire à cela, curieux et contradictoire pour le personnage qu’il interprète devant les caméras.

    Manuel Valls est né à Barcelone et a acquis la nationalité française par naturalisation en 1982, c’est donc un pur Catalan, dont les traits de caractère biens connus sont  démesure, et  folie des grandeurs. rappelez vous Dali….

    Un autre problème soulevé dans cette émission est le sentiment du travail inutile, une spécialité bien française. Les policiers arrêtent les voleurs, les magistrats les relâchent,  l’affaire de l’attaque de la rame du RER en est une brillante illustration, et il est certain que ce n’est pas l’idéal pour motiver les troupes.

    Autre problème soulevé est la course au résultat, en un mot faire payer les français non délinquants pour faire du chiffre telle une entreprise commerciale et là, la responsabilité des politiques est entière. Il s’agit bien d’un détournement de fonction, de corruption au sommet de l’état.

    Manuel Valls, pas plus que Claude Guéant n’ont réussi et ne réussiront à résoudre les problèmes de la police.  Il faudrait un ministre de l’intérieur sans compromission, c’est à dire tout le contraire d’un politique….

     

    William Cardspeare

     

    La Réforme: Supprimer l’Administration !

    avril 25, 2013 by · Commentaires fermés sur La Réforme: Supprimer l’Administration !
    Filed under: Politique 

    Il ne faut surtout pas réformer l’État et il faut le faire maigrir selon une méthode adaptée ce qui n’est pas évident. Les politiques qui, en France ont imaginé des actions diverses pour prétendument le réformer étaient soit ignorants soit complices.

    Raffarin avait annoncé 230 mesures pour réformer l’État ce qui devait générer 500 millions d’euros d’économies. La chasse aux taille-crayons était ouverte, avec Francis Mer comme  « Grand Veneur » qui  avait réuni une commission de plusieurs dizaines de personnes pour organiser cette chasse !

    François Fillon avait le projet de noter les ministres. Ce rôle de professeur était  comique. Il les jugeait sur leurs aptitudes à faire passer des textes : cela revenait à leur capacité de nuire puisque le pays croule sous l’inondation de lois.

    Une autre méthode fut la révision générale des politiques publiques (RGPP)  qui consiste en une analyse des missions et des actions de l’État, suivie de la mise en œuvre de scénarios de réformes structurelles. Cette RGPP inaugurée en 2007 puis poursuivie en 2012 n’a guère donné de résultats probants. Elle ne le pouvait pas, car selon une vieille tradition républicaine elle dégageait une forte puanteur d’usine à gaz.

    La fausse droite laissant la place à la vraie gauche, celle-ci a voulu continuer mais autrement. Nous voilà partis vers un audit des politiques publiques qui doit se prolonger pendant tout le quinquennat.  Adieu à la RGPP et bonjour à la MAP ou  modernisation de l’action publique. Personne ne voit pourquoi cela marcherait mieux maintenant.

    LES OBJECTIFS AVOUES

    Les personnes au pouvoir depuis des lustres sont noyés dans la même idéologie super-étatique et ce quelle que soit leur place appartenance sur l’échiquier politique. Bien que lavés et relavés par la Pensée Unique Totalitaire ou P.U.T qu’ils alimentent comme d’autres, il leur reste assez de bon sens pour constater qu’ils agissent dans le vide.

    En 2007 un audit avait dénoncé les dysfonctionnements : « Le travail de coordination interministériel connaît un emballement pathologique propre à la France ». Il y a trop de réunions interministérielles, trop de conseillers, trop de décisions prises sans l’avis des ministres, et le gouvernement ne parvient plus à travailler. Le phénomène s’est accru d’année en année. Les rapporteurs n’ont certes pas eu l’idée que le mal venait justement du nombre de ministres ! L’une des conséquences est la pléthore croissante des cabinets ministériels.

    Il en résulte de temps à autre la résurgence de l’idée de réformer l’État.

    Les objectifs avoués n’ont rien d’absurde : dépenser mieux, être plus efficace, faire des économies. Pour justifier l’immense remue-méninge de la maladie réformite, les chiffres d’économies prévues sont calculés à grand renfort d’experts. Ils sont faux par nature ; s’ils étaient justes par miracle, ces économies ne seraient jamais réalisées, les administrations faisant le gros dos en attendant la fin de l’épidémie.

    L’EXPLICATION DE LA REFORMITE

    Celle-ci se trouve dans l’obésité croissante de l’État, sur toile de fond d’idéologie socialiste qui répand l’effet de ruine dans tous le corps social.

    L’État prétend s’occuper de toute la vie nationale dans tous les détails, au lieu de laisser le marché jouer librement et il s’invente ainsi une foule de tâches et d’objectifs dans lesquels il n’est pas possible de mettre de l’ordre et qui sont souvent contradictoires.

    Tous les autres signes de la décadence de la France en découlent : inflation des ministères, inflation des conseillers et des « machins » inutiles, parlottes innombrables sans effet et sans intérêt, efforts perdus de coordinations impossibles, gaspillage inimaginable de temps et d’efforts.

    Dans un pays libre personne n’aurait l’idée d’infliger aux populations une horreur  « bourreaucratique » comme le chèque-transport, faisant suite au chèque-déjeuner ou au chèque-vacances ! Chacun gèrerait les évolutions du prix des carburants dans le cadre du marché. Et l’exemple vaut pour la majeure partie des actions étatiques qui devraient donc être supprimées à grande vitesse, comme  il est  parfaitement possible de le faire.

    Jean-Louis Borloo est à lui seul un exemple emblématique. Étant l’auteur d’une parlotte mémorable du nom de Grenelle de l’environnement, il a inspiré 268 mesures. Celles-ci conduisent à l’inflation législative au nom de concepts aussi fumeux que le développement durable.

    DÉGRAISSER LE MAMMOUTH

    L’État au fil du temps est devenu le Mammouth suprême, père de tous les Mammouths qui pillent la richesse nationale. Le rappel historique ci-dessus montre que le réformer est une tâche impossible. Ceux qui prétendent qu’un programme d’économies suffit sont des menteurs car la racine du mal subsistera.

    La seule solution est de supprimer totalement des tâches complètes : plus de bureaux, plus de formulaires, plus de contentieux, plus de ministère, plus de cabinets, plus de guerres internes, plus de circulaires, plus de parlottes… Si quelqu’un veut et peut le faire, nous tenons à sa disposition une première liste de tâches réellement idiotes à supprimer.

    Les lecteurs qui ne seraient pas convaincus peuvent constater qu’il existe depuis longtemps un ministère de la réforme de l’État : le Mammouth produit lui-même sa mauvaise graisse.

    MICHEL de PONCINS

    Il faut abattre les Syndicats….

    avril 24, 2013 by · Commentaires fermés sur Il faut abattre les Syndicats….
    Filed under: Politique 

    En France, les syndicats ne représentent que peux de monde mais ont la faculté de pourrir tout ce qu’ils côtoient…. La CGT en est un bel exemple mais aujourd’hui c’est le syndicat de la magistrature avec un mur des cons affiché dans leur local….

    24.04-mur-des-cons-930x620_scalewidth_630

    Le Syndicat de la magistrature en est un bel exemple alors que le rêve de la république serait une justice indépendante. Les Magistrats qui se drapent dans des parures plus ou moins ridicules selon tel ou tel tribunal, ne sont en fait que des hommes comme les autres, pas très intelligents, voir stupides pour certains.

    La justice est rendue en dépit du bon sens, la plupart des magistrats ne comprenant strictement rien aux affaires qu’ils jugent.

    Mais avant tout, les citoyens aimeraient que les magistrats soient apolitiques, non-croyants et si possible avec un minimum de bon sens, mais là c’est beaucoup demander.

    Le Syndicat de la magistrature affiche clairement son attachement au parti socialiste et c’est en soit un scandale de plus de la république bananière française. Tout autant scandaleux les magistrats qui s’autoproclamaient  Sarkozyste durant le précédent quinquennat. il est certain que passer devant ces gugus pour être juger ou demander réparation n’a rien de réconfortant ni de rassurant.

    Donc, dans un local de ce syndicat, trône  un mur des cons sur lequel est épinglé bon nombre de politiques de droite, et de journalistes qui probablement n’aiment pas les magistrats…

    Figurent ainsi les portraits de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Nadine Morano, Michèle Alliot-Marie, Patrick Balkany ou Luc Ferry. Le portrait de Brice Hortefeux est, lui, orné d’un auto-collant du Front national et accompagné de la mention « L’homme de Vichy ». Le criminologue Alain Bauer est également épinglé tout comme plusieurs journalistes, tels Béatrice Schönberg, David Pujadas ou l’éditorialiste du Figaro Yves Thréard.

    Pourtant, aujourd’hui après les nouvelles bavures de la justice concernant les attaquants d’une rame du RER, on peut se demander sans trop chercher qui sont les cons de cette farce qu’est la justice française….

     

     

     

    http://youtu.be/Ry3dF87nO6o

    William Cardspeare

    Le FMI, la planque de Christine Lagarde….

    avril 18, 2013 by · Commentaires fermés sur Le FMI, la planque de Christine Lagarde….
    Filed under: Politique 

    fmi21.jpg

    Le FMI semblait une bonne planque à Christine Lagarde qui avait un peu chaud aux fesses suite aux 400 millions versés à Bernard Tapie de façon péremptoire et dont la justice voudrait connaître s’il y a eu rétro-commission et le montant (probablement en Suisse) que la directrice du FMI aurait pu palper….

    Avec Bernard Tapie, la justice est habituée aux coups tordus, et ce ne sont pas les « exploits » réalisés par Christine Lagarde en tant que ministre des finances durant quatre ans qui la mettent au-dessus de tout soupçon, au contraire !

    Abreuvant les Français de déclarations mensongères et stupides, on peut se demander pourquoi cette femme est restée dans cette fonction alors qu’elle n’avait aucune compétence pour l’assumer. A moins que ce ne soit que par intérêt personnel, ce qui est une évidence. On se souviendra de l’annonce de l’excellent placement pour les français lorsque il a fallu renflouer la Grèce avec abandon de la dette deux ans plus tard, le conseil de prendre leur vélo s’ils trouvaient l’essence trop chère etc etc….

    On critique François Hollande a juste raison, mais on oublie les impôts augmentés en douce par Nicolas Sarkozy, les réformes annoncées à grand renfort de publicité et non exécutées, les magouilles diverses qui ont émaillées son quinquennat avec la complicité de Christine Lagarde…

    Pauvre France, incapable de se choisir un président honnête et compétent, elle fournit au FMI des directeurs corrompus, lubriques, qui renforcent l’image de République bananière .

    Les talents, les entrepreneurs, les investisseurs, tous fuient ce pays ou la corruption politique règne en maître, en espérant que les peuples comprendront que la seule issue est l’éclatement de l’Europe. En divisant la vermine, elle est plus facile à éradiquer.

    Ramon Lacontessa

    Cahuzac assassine Hollande….

    avril 17, 2013 by · Commentaires fermés sur Cahuzac assassine Hollande….
    Filed under: Politique 

    Jérôme Cahuzac sur BFM TV a déroulé un discours étudié dans ses moindres détails et la bombe qu’il a lâché n’est pas une maladresse mais bien une volonté de nuire au chef de l’état, qui s’il était au courant de ce compte a parfaitement joué les vierges outragées….

    François hollande sait jouer la comédie, il nous l’a prouvé et son numéro d’homme choqué qu’il nous a servi après les aveux de Jérôme Cahuzac n’aura trompé que ceux qui ne connaissent pas bien le président de la république… Il faut rappeler que François Hollande à été à l’école Mitterrandienne, la plus renommée pour former des crapules.

    lire: François Hollande est un escroc

    « j’ignore quel était le degré de connaissance du président de la République ». Sous-entendu que François Hollande savait quelque chose….

    Jean-Marc Ayrault lui aussi devait être au courant car on imagine mal François Hollande seul dans la confidence, tout comme Pierre Moscovici qui s’est acharné à le défendre avec l’assurance hautaine qu’on lui connaît et qu’arbore ceux qui pensent pouvoir agir en toute impunité….

    Le prochain sur la liste des démissionnaires pourrait bien être l’actuel ministre des finances à moins que ce ne soit le président lui-même…

    Jérôme Cahuzac dit démissionner de son poste de député mais ne pas renoncer à son salaire de ministre, cette affaire lui aura coûté assez cher….

    François Hollande aura raté sa tentative de moralisation de la politique si l’on en croit les sondages. Mais comment pouvait-il réussir alors que lui-même a fait la preuve qu’il était un politique corrompu…

     

    William Cardspeare

     

     

    Moralisation, Hollande est un guignol.

    avril 16, 2013 by · Commentaires fermés sur Moralisation, Hollande est un guignol.
    Filed under: Politique 

    Brusquement sans crier gare, la classe politique tout entière est saisie par une  étrange épidémie, celle de la moralisation. Le point de départ est l’affaire  Cahuzac. De grands mots sont employés. Les chefs socialistes se disent meurtris  et bafoués d’avoir découvert l’impensable. C’est parfaitement guignolesque. Depuis très longtemps tout le monde sait, à commencer par les milieux de la santé, le système du sieur Cahuzac qui est ancien et s’articule avec des  laboratoires pharmaceutiques. S’agit-il de millions de dollars comme cela  se dit à Singapour ? Nous verrons bien.

    La propagande officielle, relayée par les médias, veut nous faire accroire que seuls les leaders socialistes n’étaient pas au courant. C’est vraiment fort drôle. La seule question qui se pose vraiment est de savoir pourquoi étant au courant Hollande s’est fait piéger jusqu’à le nommer ministre et chargé en plus de traquer les fraudeurs. L’on se retrouve sans doute devant les mystères  insondables de la démocratie frelatée à la française. Il faudra en reparler.

    En attendant, l’épidémie de moralisation nous place devant plusieurs aspects du  fonctionnement intime de l’État qui expliquent pour une grande part le déclin de la France.

     

     LE CARRIERISME POLITIQUE

    Ce  carriérisme est une véritable plaie dont le coût fabuleux pèse lourdement sur l’économie du pays. Son existence même explique pour une grande part les épidémies de moralisation qui plusieurs fois ont saisi sans succès les dirigeants du sommet. La ligne de défense des politiques est de prétendre qu’ils ne s’enrichissent guère. A cette fin, ils mettent en avant leurs salaires qui, bien que  coquets ne seraient pas terribles. C’est évidemment une grosse farce. L’essentiel n’est pas du tout là.

    Citons pêle-mêle : les indemnités pour frais de mandat, les indemnités d’anciens ministres, les cumuls, la réserve parlementaire, les missions diverses, les droits au reclassement dans une fonction lucrative en  cas de panne, les voitures avec chauffeur, les retraites fastueuses, les présidences de commissions, le financement public des grands partis politiques, le train de vie quotidien luxueux assuré par les fonds publics. Une grande partie de cet enrichissement indirect échappe à l’impôt. Il en résulte que, pour comparer avec le privé, il faut majorer d’un coefficient,certes inconnu, mais forcément élevé. Le rêve de l’écrivain Stendhal était de « manger au budget » et il y est arrivé ! En Suède, pays pourtant socialiste, les ministres déjeunent à la cafétéria et règlent leur écot.

    Pour terminer ce paragraphe, constatons que le pouvoir a obligé les ministres à déclarer leur patrimoine. D’autres l’ont fait volontairement. L’on est stupéfait de la modestie de certaines déclarations. C’est frappant pour certains caciques exerçant depuis longtemps d’importantes fonctions. L’une des conclusions à tirer est qu’ils sont de piètres gestionnaires de leur propre fortune !
    L A CREATION D’ORGANISMES

    Quant une calamité se produit ou apparaît trop visible dans les médias, la fuite en avant impose de créer un nouvel organisme. Cela donne l’impression avec le tam-tam médiatique que le pouvoir en place prend les choses au sérieux. La frénésie moralisatrice en route respecte cette tradition. Le projet de loi fourre-tout annoncé prévoit la création d’une Haute Autorité de la Transparence ; elle sera dotée de pouvoirs d’investigation et de sanctions hors du commun.

    Les Hautes Autorités sont nombreuses et nous ne savons pas si leur inventaire est possible. Ce sont des êtres administratifs hybrides ; elles furent souvent créées par des gouvernements voulant se débarrasser d’un problème. Leurs dirigeants sont des dictateurs au petit pied agissant dans une grande liberté. Une fois en piste elles ne rêvent que de s’agrandir. Leur utilité majeure est d’enrichir le camarade président et son entourage. Une grande ruine en résulte. La Cour des Comptes en a épinglé plus d’une.

    Le programme de contrôle tracé à la toute nouvelle autorité est vaste et probablement impossible à remplir correctement. Elle a donc un bel avenir. Bizarrement, la lutte pour la présidence qui est forcément ouverte ne se voit pas actuellement. C’est sans doute  le reflet de la difficulté  : menteurs s’abstenir !

     

    LA CORRUPTION

    En cédant régulièrement à l’épidémie moralisatrice, les gouvernements conduisent l’observateur attentif à poser le problème de la corruption. Un organisme américain classe les pays dans le domaine de la corruption. Il est triste de constater que la France est très mal placée. Cela vient pour sûr de l’interventionnisme étatique qui, pour exister depuis longtemps, s’aggrave avec le socialisme ; cet interventionnisme transforme les gens en quémandeurs perpétuels : subventions, marchés, faveurs fiscales, logements, etc. Les mains sont sans cesse tendues. La tentation est très forte pour les détenteurs du pouvoir. Les abus cachés éclatent un beau jour en scandales et il faut moraliser.

    La solution au problème de la morale publique est de faire reculer l’État et non de gémir en public avec dans la besace de fausses solutions.
    MICHEL de PONCINS

    François Hollande: un patrimoine trafiqué?

    avril 15, 2013 by · Commentaires fermés sur François Hollande: un patrimoine trafiqué?
    Filed under: Politique 

    François hollande ne déclarera pas son patrimoine car il l’a déjà fait lors de l’élection présidentielle.

    Par contre il est intéressant de se pencher sur sa déclaration où il n’est nullement fait question de la société Olfi, une SCI propriétaire d’appartements à Neuilly, une ville de pauvre pour que le président soit en accord avec ses idées sur les riches…

    Selon cette « déclaration de situation patrimoniale », publiée au Journal officiel du 11 mai 2012, le patrimoine du chef de l’Etat s’élève à 1,17 million d’euros, soit un montant inférieur au seuil de l’impôt sur la fortune, qui s’applique à partir de 1,3 million ; bizarre, bizarre, comme c’est bizarre….

    Depuis, « ça n’a pas changé », hormis un compte courant à la Société générale passé de 2.790 euros « à 5.500 euros », indique-t-on à l’Elysée ; décidément François Hollande a du mal à faire des économies; 2700 euros en dix mois pour un type dont tous les frais sont payés….

    D’après sa déclaration,  les biens immobiliers de François Hollande se répartissent entre une maison à Mougins (Alpes-Maritimes) pour 800.000 euros et deux appartements à Cannes pour 230.000 et 140.000 euros.

    Pour trouver une maison à Mougins à 800.000 euros, il faut se lever très très tôt et il serait intéressant de demander aux Domaines et Agents immobiliers ce qu’ils en pensent…. Nous n’avons rien trouvé à moins d’un million trois cent mille euros et aucun charme comparé à la maison de François Hollande.

    Quid de La Société Olfi: En 2007, un article sur cette SCI.

    Francois Hollande aspire à devenir un gros propriétaite immobilier, pour preuve, la participation dans une autre SCI que La Sapinière, la SCI OLFI. La politique, ça rapporte, et en 1993 Francois Hollande investissait 600 parts dans ladîte société pour un montant de six cent milles francs. L’objet de cette entreprise était d’acquérir les lots numéros neuf, trente et un, quatre vingt six de la division de l’immeuble situé à Neuilly sur Seine, 57 boulevar de la Saussaye, pour une contenance de mille cinq cent quatre vingt dix mètres carrés! Diantre! Le deuxième mandat de la SCI OLFI était d’emprunter toute somme nécessaire pour payer ledît achat. La compagne de Francois Hollande qui refusait d’aller à Deauville, prétextant que c’était une ville de riches, entre les investissements à Neuilly de son compagnon et la maison de vacances à Mougins, le couple Hollande-Royal cache bien son jeu. Il faudrait peut-être demander à Nicolas Sarkozy si la société OLFI investit dans les logements sociaux à Neuilly et dans les quartiers difficiles autour de Paris?

    Les deux appartements de Cannes seraient occupés par son père et par son frère…. Neuilly, Cannes, Mougins, la famille Hollande n’aime pas les endroits riches…..

    Les deux appartements de Cannes sont estimés à 370.000 euros par François Hollande ; pourquoi acheter à Melun-Sénart quand on peut acheter au même prix sur la croisette…..

    Un petit calcul des salaires, indemnités touchés depuis 20 ans par François Hollande en tant que Maire de Tulle, Député, Président du Conseil Général de Corrèze, Premier secrétaire du PS, auxquels il faudrait ajouter des droits d’auteur et divers donnent la somme de 4.700.000 euros. Ce qui fait un revenu moyen approximatif de 20.000 euros par mois durant vingt ans.

    Comparés aux 5500 euros qu’il détient à la Société Générale, on peut en déduire que François Hollande est un flambeur et non pas une personne économe comme il aime à le dire…..

    Le président déclare en outre posséder « divers meubles » d’une valeur de 15.000 euros.  Il s’équipe exclusivement chez IKEA et Emmaüs. Il fait état des sommes déposées à la date de la déclaration (15 mars 2012) sur trois comptes courants ainsi que d’un contrat d’assurance-vie, le tout représentant environ 10.000 euros. Il rembourse aussi chaque mois quelque 1.500 euros de prêts bancaires.

    François Hollande déclare ne détenir aucune valeur mobilière (actions cotées ou non, placements…) ni aucun compte à l’étranger. Il n’a en outre pas de collection d’objets d’art, de bijoux et pierres précieuses et ne déclare pas de véhicule. C’est un moine ce François Hollande ! François Fillon depuis sa déclaration de fortune s’élevant à 650.000 euros à la Télé a reçu des dons de français de tous bords…..

    Jérôme Cahuzac lui aussi avait déclaré ne détenir aucun compte à l’étranger….

    William Cardspeare

    La Suisse dit non à l’Europe.

    avril 14, 2013 by · Commentaires fermés sur La Suisse dit non à l’Europe.
    Filed under: Politique 

    La Suisse persiste et signe. Contrairement au Luxembourg et à l’Autriche qui sont prêts à échanger leurs informations bancaires de manière automatique, la confédération helvétique refuse de céder. «L’État doit absolument respecter la sphère privée, affirme le président suisse, Ueli Maurer. C’est un moment dangereux pour la Suisse mais, contrairement au Luxembourg, nous ne sommes pas membres de l’Union européenne, nous répondons au standard de l’OCDE. Il n’y a aucune raison de changer de stratégie maintenant. Gardons notre ligne et ne nous laissons pas influencer par ce qui se passe en Europe».

    La Suisse,dernier espace de liberté en Europe ne cède pas  au ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, qui a demandé, cette semaine, dans une interview au Suddeutsche Zeitung, à tous les membres de l’Union européenne et aux Etats tiers, d’appliquer l’échange automatique.

    L’Europe, une dictature de fonctionnaires incompétents et corrompus voudrait faire plier les Suisses, dernier bastion libre et indépendant de ce foutoir qu’est l’Europe.

    Europe en crise, bientôt en faillite, s’accrochant à sa monnaie qui elle aussi va éclater au nez de ses fervents défenseurs.

    En face de 450 millions de clampins européens, la Suisse se doit de rester forte et intelligente (tout le contraire de l’Europe) pour rester une terre d’asile aux quelques centaines de milliers de candidats à l’exile.

    L’Europe, ce rafiot qui est en train de sombrer ne veut pas avoir sous les yeux quelques privilégiés avisés qui réussiront à éviter l’inéducable naufrage.

    La Suisse se doit de résister , elle est le dernier rempart contre la stupidité.

     

    William Cardspeare

    Page suivante »

    Copyright 2008 - El-dia.com - Tous droits réservés