• La Culture à la Française…

    août 24, 2013 by · Commentaires fermés sur La Culture à la Française…
    Filed under: Politique 

    Le ministère de la culture lance deux missions sur la musique

     

    La bataille entre la liberté et le pouvoir totalitaire mondial est absolument sans pitié. La mise en jeu par la France d’une prétendue exception culturelle en est un exemple brûlant.

    L’Europe et les USA sont en négociation pour un accord de libre-échange qui sera un des plus importants de tous les temps. La France menace de tout bloquer au nom de cette exception culturelle.

    Le gros mot est lâché lorsque le pouvoir crie que la culture n’est pas une marchandise ; l’orchestre des médias reprend cette approximation en boucle. Personne de sensé ne peut évidemment dire ce qu’est la culture ; les formidables intérêts qui avancent masqués  derrière l’exception en ont une idée très élastique.

    L’essentiel est ailleurs. Il n’y a aucune raison de doter d’un statut spécial, par des lois et réglemementations, les biens relevant d’une prétendue culture ; Disques, photos, pièces de théâtre, films, livres, journaux, émissions radiophoniques ou de télévision, scripts, chansons, peintures et toutes autres espèces de biens semblables ont en commun de vivre sur des marchés où il faut trouver des clients solvables.

     

    LA CATASTROPHE  DE LA NATIONALISATION 

    Les lecteurs habituels ne seront guère surpris par la description des effets de cette nationalisation qui sont les mêmes que pour toute opération super étatique.

    La ruine est au premier rang.

    Personne ne pourra calculer, et personne n’y a intérêt, l’argent englouti par ce monstre protéiforme qu’est le ministère de la culture. Il est accompagné d’ailleurs par une foule d’organismes divers qui forment autant de fromages à la disposition des camarades. Des dépendances nombreuses prolifèrent aussi dans les régions, les départements et les collectivités locales. L’argent détruit ne revient jamais. Arraché par la force fiscale aux clients des biens sus-nommés, il les empêche de se cultiver librement à leur aise. Si les livres sont chers, c’est pour maintes raisons dont la nationalisation de la prétendue culture.

    Le statut fabuleux des intermittents du spectacle est un exemple connu du gaspillage généré au nom de la culture et de la paupérisation qui s’ensuit.

    A cette cause habituelle de ruine, il s’ajoute dans le cas particulier, l’obligation inévitable de fournir des contreparties quelque part dans les négociations avec les USA.

    S’agissant de biens nourrissant la pensée, les dommages sont de ce fait plus profonds. Les pouvoirs successifs acquièrent au nom de la politique culturelle une influence sur les esprits qui, hélas, s’exerce dans le sens de la culture de mort dont ils sont généralement porteurs. Ce faisant ils reflètent le totalitarisme mondial en expansion permanente ; C’est d’autant plus vrai que la rue de Valois, avec son luxe tapageur, est truffé de gauchistes connus placés là bien au chaud  par tous les gouvernements. En témoigne la misérable théorie du genre véhiculée depuis peu par ces milieux.

     

     COMMENT EN SORTIR ?

    Il s’impose pour sûr de privatiser la culture. Un pouvoir Libérateur est absolument nécessaire pour délivrer le pays de ses  multiples démons. Il aurait sur sa table une liste impresionnante de privatisations à réaliser. La culture devrait être en bonne place.

    La respiration des intelligences est à ce prix mais il faudra du temps et de la volonté pour détricoter le Mammouth.

     

    MICHEL de PONCINS 

    La culture a la française

    François Hollande, le Roi Ridicule!

    août 21, 2013 by · Commentaires fermés sur François Hollande, le Roi Ridicule!
    Filed under: Politique 

    il est vrai que vu de Russie nous avons du mal à comprendre la Hollandie
    autant nous sommes assez admiratif des savoir-faire français de
    l’ingéniosité et de la résistance des français de leurs réussites
    individuelles ou encore constitué dès lors que l’état animé par son nez
    autant nous ne comprenons pas la hargne que met la Hollandie à détruire
    son identité et sa souveraineté son patrimoine culturel économique et
    humain cependant la vision suisse de la hollandie est tout aussi remarquable pour
    ne pas dire pas inquiétante elle est d’autant plus intéressante qu’elle est
    donnée par fathi derder  journaliste professionnel.
    douze ans de radio d’état suisse notamment au poste de directeur en chef
    et créateur d’une télévision privée régionales
    il est élu au parlement fédéral dans les rangs du plr qui correspondrait à
    la fusion de l’ump et du modem
    sa rencontre avec ses homologues du sénat français
    venu en délégation à Berne lui a inspirer un texte édifiant.
    nous avons souhaité vous livrez tel quel
    voici ce qu’il écrit
    d’accord d’accord, nos amis français sont venus lundi à Berne une
    délégation du sénat nous rend visite; on s’attendait à du lourd, on a été
    servi; la totale, ce ton, ce style inimitable ne jamais parler, toujours
    expliqué.
    au repas déjà chez l’ambassadeur une sénatrice explique à la table que la
    france est un pays ultra libéral, oui madame elle nous raconte les us et
    coutumes des habitants de cette terre lointaine inconnue et je lui fais remarquer
    que si la france est un pays l’ultra libéral la suisse est un club
    échangiste sous extasy…
    quelques minutes plus tard en séance un sénateur nous explique que nous ne
    comprenons pas la france et sa fiscalité.
    il faut savoir que pour un élu français en tournée en province, si on n’est pas d’accord c’est qu’on n’a
    pas compris,  aussi il recommence plus lentement il articule c’est inintéressant mais joli à entendre.
    puis devant notre lenteur tout helvétique, une sénatrice  admet alors
    que dans le fond nous ne pouvons pas comprendre
    la question fiscale française car la suisse, je cite, est en retard en matière
    de dépenses publiques la preuve, les crèches: je n’invente rien !!!
    désarmante france quarante ans de déficit et d’une dette abyssale mais elle fait la leçon.
    elle donne un cours de gestion de faillite au pays le plus riche du monde
    le cancre fait la nique aux premiers de la classe le panache laisse qua.
    admirable encore, moralité la crise française est plus grave que prévu on
    se trompe notamment sur sa cause la france ne souffre ni de son chômage ni
    de sa dette elle est malade de son aveuglement incapable de se remettre en question
    le fameux denis; l’Allemagne a tort,  la Suisse a tort, tout le monde a tort et la
    France elle a raison d’accord
    et pendant ce temps elle coule encore et encore c’est que le début d’accord, d’accord
    fin de citation
    vu de moscou ou vu de Berne la Hollandie  c’est toujours la Hollandie

     

    Budget 2014, l’escroquerie continue…

    août 19, 2013 by · Commentaires fermés sur Budget 2014, l’escroquerie continue…
    Filed under: Politique 

    Great Bend USD 428 - 2014-2015 USD 428 Budget

     

     

    Chaque année à pareille époque il est question du budget de l’année à venir. A présent c’est le budget 2014 qui se trouve sur la sellette. Pierre Moscovici, un idéologue connu, est aux commandes. L’objectif officiel est l’équilibre. Arrêtons-nous sur cette notion un instant.

    C’est mieux que les critères de Maastricht. Ces derniers ont été définis pour les membres de la CEE par un traité du 7 février 1992. Ils prévoyaient que, sauf sanctions, le déficit d’un Etat ne pouvait dépasser 3 % du PIB. Un bon analyste pouvait conclure que c’était une sorte de permis de ruiner que la CEE s’accordait à elle-même. Mes lecteurs habituels savent comment et pourquoi l’Europe est devenue une machinerie gigantesque ruinant les peuples assujettis de diverses manières.

    Une autre remarque s’impose. En bonne gestion, l’équilibre budgétaire ne suffit pas. Il faut des excédents comme cela a existé il y a longtemps,  ce qui permettait de rembourser les dettes. Ne rêvons pas cependant, l’équilibre serait un petit début de sagesse.

     

     LES  MOYENS ANNONCES 

    Le pouvoir, très provisoirement aux affaires, a lancé deux chiffres. Il y aurait 14 milliards d’economies et 14 milliards d’impôts. Ces données sont à prendre avec des pincettes.

    Pour ces idéologues, raboter des niches fiscales et (ou) sociales fait faire des économies ; en réalité c’est pur mensonge car le rabotage est un véritable impôt. Ensuite, quand des impôts sont annoncés, ce sont seulement les impôts visibles, genre IRPP ou CSG et, dans la réalité, ce n’est qu’une partie de la tornade. Personne ne fait jamais le compte du ratissage permanent de Bercy pour ramasser des sous partout et par tous les moyens imaginables.

     

    L’EQUATION IMPOSSIBLE 

    Voici l’équation mensongère. Il y a des calamités diverses  créées d’     ailleurs par les pouvoirs successifs. Pour les corriger il faudrait agir sur tous les compteurs, ceci dans une odeur pestilentielle d’usines à gaz.

    Les responsables espèrent follement que la croissance revenant les maux divers de l’économie trouveraient leurs solutions.

    L’illusion est totale. Ne voulant pas faire de véritables économies et poursuivant le matraquage fiscal, le pouvoir va tuer le malade en prétendant le guérir.

    En outre ayant fait allégeance à l’Europe il a abdiqué toute liberté d’action.

     

    GUERIR LA FRANCE DE SES MALADIES 

    La France est l’homme malade de l’Europe : chômage des jeunes et des seniors, panne de croissance malgré quelques frémissements, crise du logement, paupérisation, désindustrialisation etc.

    La réponse est dans la liberté, notamment pour les entrepreneurs seuls créateurs de richesses. A cette fin, il est impératif de jouer sur le binôme impôts et économies.

    Les impôts et charges doivent être non diminués mais détruits. Un impôt diminué revient toujours. Un impôt supprimé ne revient pas. Les avantages sont incalculables : plus de bureaux, plus de fonctionnaires, plus de statistiques, plus de déclarations, plus de contentieux. Il est évident qu’avant de s’occuper des grands impôts ou charges,  il faut supprimer les petits impôts dont la liste est impressionnante et la nuisance catastrophique.

    Côté économies, même raisonnement. Pour être crédible envers les marchés financiers, des conditions sont nécessaires. Elles doivent être immédiates, sûres juridiquement et dépassant par prudence les impôts supprimés.

    Les suppressions de postes ne donnent pas de sous dans l’immédiat. Il faut supprimer totalement des administrations ; plus de bureaux, plus de fonctionnaires, plus de statistiques…; Bien sûr, il est nécessaire de  sabrer largement dans les subventions.

    Les gens au pouvoir pleurnichent sur les calamités. Sont-ils capables de se hisser au-delà d’eux-mêmes pour un programme de salut public ? S’ils ne l’étaient pas, le pire serait à craindre. C’est toute la question.

    MICHEL de PONCINS

    budget-2014-lescroquerie-continue

    L’ALIBI, La Fiscalité des multinationales.

    août 4, 2013 by · Commentaires fermés sur L’ALIBI, La Fiscalité des multinationales.
    Filed under: Politique 

    Multinationales: trop riches? Trop puissantes? - rts.ch ...

    L’évènement nouveau dans le paysage politico-médiatique est que le G 20 s’attaque aux multinationales au prétexte de l’optimisation fiscale. Si ce n’était tragique, ce serait fort drôle. C’est la guerre des drôles. Une grande parlotte internationale est convoquée à MOSCOU avec pour objectif de changer les règles du jeu de la fiscalité internationale : rien que cela.

    L’OCDE a préparé le projet. Cet OCDE est un mammouth gigantesque dont personne n’a besoin sauf ses dirigeants et son personnel. Le voici chargé d’un  vrai boulot qui lui permettra de poursuivre son engraissement dans la paix, les sous arrivant sans fin grâce à la force fiscale.

    Le groupe des 20 créé en 1989 rassemble 19 pays plus la CEE. De ce fait il réunit 90 pour cent de l’activité mondiale, ce qui lui donne une force de frappe considérable. Les politiques qui le composent s’arrogent le droit de prendre des dispositions globales quand cela leur plaît. Il en découle cette déclaration de guerre.

     

    VIVE L’OPTIMISATION FISCALE 

    Le prétexte de la guerre est bien que les super entreprises se livreraient avec succès à de l’optimisation fiscale. Certaines d’entre elles parviendraient même, horreur, à ne payer aucun impôt. L’on comprend, sans l’excuser du tout, pourquoi les créateurs de l’enfer fiscal mondial se sentent un peu nerveux à cette perspective.

    Les lecteurs habituels de ces flashs savent exactement comment et pourquoi ces 20 artisans de l’enfer fiscal ont donné naissance par leur propre activité à 270 paradis fiscaux répertoriés. Cette activité se présente comme une véritable punition infligée aux peuples bien conditionnés par les médias. Les gérants de l’enfer le font en général par intérêt personnel refusant de réaliser  par ailleurs les économies nécessaires et possibles qui allègeraient la pression fiscale.

    Ici, dans cette guerre, nous sommes dans un cas très particulier : le paradis fiscal en formation résulte de l’optimisation fiscale.

    Je n’hésite pas à dire que l’optimisation fiscale est non seulement un droit mais un devoir pour tout un chacun. Cela consiste tout simplement à tirer parti de la loi, telle qu’elle est écrite, en vue de minimiser les impôts et charges. Rien de plus normal. Certains pays ont d’ailleurs, imaginé des procédures horribles pour la réduire ; la France a créé la procédure nommée « l’abus de droit » qui permet au fisc de déqualifier toute formulation  qui ne lui plaît pas.

     

    UNE BATAILLE PERDUE 

    A jauger les forces en présence, la guerre engagée par le G 20 est perdu d’avance.

    Les hyper firmes ont des moyens considérables : experts, avocats, flexibilité, possibilité de placer son siège ailleurs, liberté de situer les profits n’importe où. S’ajoute la rapidité de décision. Cette force est si grande qu’un analyste financier honnête pourrait critiquer une multinationale se payant le luxe de supporter trop d’impôts.

    En face, les créateurs de l’enfer sont des politiciens avides et encombrés de leur lourdeur et de leur idéologie. Les décisions se prennent lentement avec le risque permanent de subir des recours. La corruption active ou passive ne dort que d’un œil.

    LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ

    Je fais de nouveau appel à mes lecteurs. Ils savent parfaitement comment les politiques créent la paupérisation dans le monde entier. Panne de croissance, chômage, faim et d’autres manifestations en sont le fruit.

    Si les très grandes firmes gèrent bien les impôts, elles vendront de plus en plus de bons produits réduisant ainsi la pauvreté.

    Cela semble un paradoxe, mais cette perspective est une réalité.

    Les multinationales au secours du G 20.

    Pourquoi pas ?

    MICHEL de PONCINS

    lalibi-la-fiscalite-des-multinationales

    Copyright 2008 - El-dia.com - Tous droits réservés