Press "Enter" to skip to content

De Villepin, les repris de justice ont la parole

Dans cet état de droit qu’est la France, les voyous de toutes sortes ont eux seuls la parole, les « honnêtes » gens ayant depuis longtemps renoncés à se faire entendre.

Les hommes politiques qui sont pour la plupart en délicatesse avec la justice, ce qui ne les empêche nullement d’exercer leurs mandats et surtout d’encaisser leurs énormes indemnités, donnent des leçons à tout le monde, explique le bien et le mal, tout cela avec la plus parfaite impudence.

Aujourd’hui, c’est Dominique de Villepin mis en examen pour des faits dignes d’une petite crapule, qui vient nous donner son sentiment sur l’action du chef de l’état…

Les lecteurs d’El Dia de la Republica ne nous ferons pas l’injure de croire que nous volons au secours de Nicolas Sarkozy, mais bien de relever une situation cocasse digne de cette république bananière.

L’ancien premier ministre a qualifié Nicolas Sarkozy de « touche à tout ».
Pour lui, les réformes tous azimuts du président de la République risquent d’entrainer confusion et division. Il ajoute que le comportement du chef de l’Etat relève de « l’hyper activité » plus que de « l’hyper efficacité ». « Je dirais que l’hyper activité n’est pas suffisante, ce qui m’intéresse moi c’est l’hyper efficacité ».

Qui se soucie de ce que pense De Villepin si ce n’est De Villepin lui-même?

On l’a vu dans l’affaire Clearstream, comme dans sa fonction de premier ministre, l’hyper efficacité pour De Villepin, c’est falsifier, c’est combiner, c’est parler…