Press "Enter" to skip to content

L’Europe et Lesieur, un cancer pour tous.

La société Saipol, propriétaire de la marque Lesieur et grossiste en huile de toutes sortes a acheté un lot de 40.000 tonnes d’huile de tournesol ukrainienne.
L’Ukraine n’est-ce pas le pays de Tchernobyl ?

Cette société a revendu une partie de cette huile à d’autres sociétés agroalimentaire. Jusqu’ici rien d’anormal.

Un contrôle sanitaire européen avait mis en évidence la présence d’huile minérale destinée à la lubrification des moteurs, mais jugée non toxique.
Ce qui est bon pour les moteurs est bon pour la santé.

L’Europe en panne de croissance décidât que l’Ukraine candidate à l’entrée dans l’union devenait de ce fait un producteur énergétique de premier plan avec le gaz qui transit par son pipeline, les restes de radioactivité de Tchernobyl et maintenant cette huile magique qui allait faire de chaque piéton, un deux pieds plus rapide que les vélibs de Bertrand Delanoé.
La pédale au rebus, vive la godasse !

Christine Lagarde ne cachait pas son enthousiasme, elle qui avait déclaré lors des records de prix du baril de pétrole « ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter de l’essence n’ont qu’à prendre le vélo ».

Donc, dans la marque Lesieur, nous retrouvons Fruit d’or, Epi d’or, Frial, Isio 4, Saupiquet pour ne citer que les plus connues. Chez Unilever, ce sont Amora, Planta fin, Maille, Knorr, Miko qui ont également reçu des lots de cette bonne huile…

Après la prestation télévisée de Nicolas Sarkozy qui ne pouvait pas dire grand-chose ni donner quoi que ce soit, ce nouveau carburant pour humains est une bonne nouvelle même si à terme nous découvrirons que le cancer du promeneur à fait son apparition dans les années 2010…

Certains français plus patriotes que d’autres continuent d’utiliser pour la salade comme pour les frittes, l’huile de synthèse SW 20/40 de chez Total, qui comme le déclarait Christophe de Margerie, « avec Total, c’est un régal, avec Lesieur, pas d’erreur, c’est l’horreur. »