Press "Enter" to skip to content

Les élus PS, Dalongeville en tête, reprennent l’offensive…

Gérard Dalongeville, un fidèle de Martine Aubry et maire d’Hénin-Beaumont a été mis en examen hier après-midi pour une pécadille de l’aveu même de Arnaud Montebourg.

Détournement de fonds publics, faux en écriture privée et usage de faux, favoritisme et recel de favoritisme et extorsion de fonds.

Un éminent socialiste dans les couloirs de l’assemblée temporisait, déclarant:
 » il n’a tué personne ».

Chez les socialistes comme dans les autres partis, on sait garder son sang froid, Dominique Strauss-Khan n’est pas rentré au FMI par hasard.

Mais revenons dans la circonscription deMartine Aubry ou deux anciens collaborateurs Dalongeville, l’adjoint aux finances de 2001 à 2008 et l’éditeur du journal municipal fermé en 2008, ont eux aussi été mis en examen.

Les perquisitions effectuées ces derniers jours au domicile des suspects ont, selon le parquet, « étayé les faits ».

La découverte d’un coffre-fort, dans le bureau de Gérard Dalongeville à la mairie, dont ce dernier avait égaré la clé…
Après avoir fait appel à un autre homme politique pour forcer le coffre, les policiers y ont découvert la somme de 13 000 euros en liquide. Gérard Dalongeville « n’a pu donner aucune explication » sur leur provenance…

Il est regrettable que Martine Aubry lorsqu’elle était dans le gouvernement Jospin n’est pas réussi ce genre de prouesse, plutôt que de grever la France de dettes…

D’après le parquet, les enquêteurs ont mis au jour un système de fausses factures pour « la fourniture de services non réalisés » par certaines entreprises. Des voyages en avion privé de l’éditeur du journal municipal via le Luxembourg sont également à l’examen… Les Socialistes sont contre les paradis fiscaux nous semblent-ils???

Le montant total des fausses factures identifiées par la justice atteint à l’heure actuelle 900 000 euros, une broutille!

Mais l’enquête porte sur un total de 4 millions d’euros. Selon le parquet, « il est également établi que les règles d’attribution des marchés publics n’ont pas été respectées ».

Le placement du maire en détention provisoire a été requis hier soir. Il risque dix ans de prison et 150 000 euros d’amende.

C’est sans compter une amnistie du président de la république, au nom de l’ouverture…