Press "Enter" to skip to content

Pasqua, Sarkozy et le retour d’un Mitterrand.

Après de très longues années passées, à éviter, avec une certaine réussite, les « foudres de la Justice » Pasqua va, grâce à la décision de la Cour de Cassation, comparaître devant la Cour de justice de la République.

Ainsi Pasqua va-t-il pouvoir, dans le long feuilleton de sa vie aventureuse,de Ricard au SAC, apporter les preuves de sa virginité dans les faits qui lui sont reprochés et qu’il a toujours contestés.

Il va ainsi pouvoir répondre à la question de savoir pourquoi il s’est toujours abrité derrière son immunité parlementaire de sénateur dont il bénéficie depuis 2004 alors qu’il a toujours dit n’avoir rien à se reprocher?

Probablement pour faire comme ses petits camarades, n’avoir des comptes à rendre qu’aux électeurs; c’est plus commode.

Il va pouvoir indiquer, également, pourquoi et sous quelles pressions et émanant de qui, 211 « grands électeurs » UMP des Hauts-de-Seine se sont faits ses complices pour lui éviter d’avoir, plus tôt, à répondre aux juges d’instruction qui le sollicitaient après la perte de son mandat européen, et de l’immunité parlementaire y afférent, en 2004 ?

Il va pouvoir éclairer tous les citoyens français sur les raisons qui ont fait qu’aucun de ses collègues du Sénat n’a demandé la levée de son immunité pour lui éviter, au minimum, d’avoir à continuer de légiférer au nom de la République ?

Ce qui n’a d’ailleurs aucune importance, car légiférer dans une république bananière, équivaut à se beurrer une tartine de cacao.

Charles Pasqua, qui a aujourd’hui 82 ans, sera jugé au mieux dans environ un an.

Sans préjuger du jugement qui sera rendu et quelles que soient les peines qu’il encourre, jusqu’à dix ans de prison ferme, il doit être aujourd’hui pleinement rassuré du fait des exemples passés.

En effet l’un de ses collègues sénateurs, Edmond Hervé, impliqué, lui, dans l’affaire du sang contaminé, avec Fabius, a bien été condamné par la Haute Cour de Justice, mais cette dernière, pleine de mansuétude…l’a dispensé de peine.

Si d’aventure, malgré la panoplie de recours qu’il lui sera possible de former, il était réellement condamné et incarcéré, (INIMAGINABLE) qu’il ne s’inquiète pas trop. Même si sa santé est meilleure, qu’il se souvienne que Papon a été libéré au bout de 4 ans.

De plus, Charles Pasqua a, outre un « pouvoir de nuisance certain », d’excellentes relations qui ne manqueront pas de s’activer pour qu’il bénéficie de la même grâce « providentielle » que son ami l’ancien préfet Jean-Charles Marchiani.

Grâce accordée par un certain Nicolas Sarkozy qui déclarait pourtant que s’il était élu il serait contre les anmisties et les grâces…

Alors prenons le pari que Charles Pasqua fêtera son centenaire au Sénat, de loin la meilleure maison de gâteux de France …

Et les Mitterrand, on croyait en être définitivement débarrassé, Nicolas Sarkozy a décidé d’en remettre un au goût du jour, c’est vrai juste comme marionnette…