Press "Enter" to skip to content

Manuel Walls est d »accord avec EL DIA

Manuel Walls qui avouait lire EL Dia de la Republica quotidiennement vient de se ranger à son avis, le PS est un parti de bolchetrouducs qui n’a plus de raison d’exister.

Chez notre confrère El Païs,le député-maire d’Evry ,se présente bâillonné, un large scotch noir en croix, sur la bouche.

La première secrétaire du PS, qui l’avait sommé de cesser ses critiques à l’encontre du PS ou de le quitter, appréciera.

Dans l’entretien qu’il a accordé dimanche au quotidien espagnol, il revient sur son vif échange de lettres avec Aubry, assurant qu’il ne s’attendait pas à ce recadrage.

Une initiative grave, selon lui: «Jamais dans l’histoire du parti, un premier secrétaire n’a envoyé à un autre responsable socialiste un tel message», souligne-t-il, rappelant qu’à l’Assemblée nationale, il a toujours obéi aux consignes de vote données par le groupe socialiste, même s’il n’était pas d’accord.

Et là, c’est inquiétant!

Valls, qui s’était déjà épanché, la semaine dernière, dans le Financial Times, continue de dresser un diagnostic très pessimiste sur l’état du parti: «Pour la première fois de son histoire, le parti socialiste ne représente plus aucun espoir en France», juge le quadra, déclarant que «le problème vient de loin».

«L’opinion sent que ce parti n’est pas prêt à gouverner», constate-t-il, pointant, notamment, la difficulté des socialistes à «assumer ce que, par la suite, ils font, une fois au pouvoir».

Valls appelle à «transformer complètement le PS», sous peine, pour le principal parti d’opposition, de disparaître.

Selon lui, l’une des voies pour engager cette rénovation en profondeur serait d’«ouvrir le parti» via la tenue d’élections primaires de toute la gauche pour désigner le candidat à la prochaine présidentielle. Lui-même a déjà fait acte de candidature…