Press "Enter" to skip to content

DSK, un pompier qui veut devenir Roi

Dominique Strauss-Khan après ses exploits amoureux au FMI nous donne son sentiment sur la crise…

Il est vrai que dans cette institution installée aux Etats-Unis, il n’y a pas grand chose à faire sinon reluquer les stagiaires et revoir les films de sa jeunesse.

C’est ce que fait DSK, qui justement vient de revisionner la tour infernale avec Steeve McQueen, ce qui l’a inspiré pour son interview au Figaro.

Les dettes publiques atteignent des niveaux inquiétants. Peut-on les laisser dériver, demandait le journaliste du Figaro.

« Nous étions face à un incendie. Le FMI a été le premier à sonner le tocsin. On a sorti les grosses lances à incendie la coopération monétaire, bancaire et budgétaire. On a ainsi évité une crise comme celle de 1929 et on a éteint le feu. Mais, maintenant, il y a de l’eau partout. Il faudra du temps pour l’éponger et revenir à des niveaux raisonnables. Mais il faudra le faire. »

Les banques qui soit-disant ont retrouvé une bonne santé financière alors qu’elles sont toutes au bord de la faillite, DSK et le FMI ne voient rien de choquant de ce côté là, faisant ainsi le jeu des banquiers, qui à terme va ruiner tous les citoyens détenteurs de produits bancaires frelatés.
DSK voit même une sortie de crise pour 2010, alors que nous galopons vers la catastrophe comme nous n’en avons encore jamais connu.

Décidément, Steeve McQueen était bien meilleur en toutes circonstances, et pour 2012, DSK libéré de ses obligations mondaines au FMI pourra s’inscrire à des cours d’économie…