Press "Enter" to skip to content

OGM, Panique orchestrée par un seul homme

Le Monde, L’Express, et tous les autres titrent sans retenue qu’une étude scientifique prouve que les OGM et en particulier les OGM Monsanto sont dangereux!

La Messe est dite, circulez il n’y a plus rien à voir ou plutôt plus rien à dire.

En se penchant d’un peu plus près sur cette fameuse étude scientifique, on s’aperçoit qu’elle est signée par une officine française basée à Caen et dont le patron (Gilles-Eric Sérafini) est un farouche opposant aux OGM et depuis le début.

Le chercheur en question qui n’a pourrait-on dire que 49 ans aujourd’hui a une activité débordante, à ce demander quand il a le temps d’effectuer des recherches, extrêmement longues par ailleurs…

Jugez plutôt:
Depuis 1991, donc depuis qu’il a trente et un an, il est Professeur de Biologie Moléculaire à l’Université de Caen.

Il a été l’un des tous premiers à s’opposer publiquement aux OGM.

Nommé membre de deux commissions gouvernementales sur les OGM en 1998.

Président du Conseil Scientifique du CRII-GEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie Génétique) depuis 1999,
a été nommé en 2003 expert à la Commission Européenne pour préparer le dossier défense dans l’affaire qui oppose Etats-Unis/Argentine/Canada à l’union Européenne sur le dossier moratoire commercial OGM.

Il a publié fin 2003 « Génétiquement incorrect » aux éditions Flammarion et en 2004 « Ces OGM qui changent le monde », et dernièrement « Après-nous le déluge » (Ed. Flammarion/Fayard).

Il a publié en 1994 un livre de poche scientifique pour grand public. Il s’ intéresse aux causes du cancer et des perturbations de la reproduction, et ainsi à l’état de la pollution de l’air, de l’eau, et des aliments, des risques génétiques et des effets sur la santé de cette pollution de toutes origines, publiant chez Belfond en 1997  » Le sursis de l’espèce humaine « .

A la suite de ce livre, il est devenu expert pour la Communauté Européenne en éthique environnementale (Juillet 97) et pour diverses organisations.
Il donne de nombreuses conférences publiques ayant trait à la sécurité alimentaire.

Il fut un des premiers rédacteurs du moratoire des scientifiques demandant plus de recherches avant la commercialisation pour cultures et dans l’alimentation des Organismes Génétiquement Modifiés, il s’est engagé dans le débat, en publiant notamment ses arguments dans deux collectifs  » Génie Génétique  » (Ed. Sang de la Terre, 1997) et un autre compte-rendu de colloque au Parlement Européen sur le sujet  » Transgénique : le temps des manipulations « , Ed. Frison-Roche, Décembre 1998).
Il avait donc 38 ans.

Après audition lors de la Conférence de Citoyens sur les OGM à l’Assemblée Nationale, il a été nommé par le gouvernement membre de la Commission du Génie Biomoléculaire en Juillet 1998, et est membre du Comité provisoire de biovigilance sur les maïs transgéniques depuis le printemps 98.
Jugeant les études sur l’innocuité des OGM insuffisantes, et remettant en cause leur évaluation scientifique, il a fondé avec Corinne Lepage, ancien Ministre, et Jean-Marie Pelt, le CRII-GEN, Comité de Recherche et d’Information « Indépendantes » sur le Génie Génétique, dont il est Président du Conseil Scientifique.

Il publie en Octobre 2000 : OGM, le vrai débat toujours chez Flammarion.

Participation à de nombreux ouvrages collectifs dont La foi en la paix et l’avenir de l’homme, Aubin Ed. 2003.

Couvert de décorations à l’image des derniers poilus.

Cet homme pourrait être Dieu, son CV l’atteste.
Il y a un autre homme connu qui s’oppose aux OGM, mais celui-là est une andouille, c’est José Bové!
C’est évidement un contre-poids même s’il est négligeable.

A El Dia nous ne croyons pas en Dieu ni aux andouilles, nous nous contentons d’essayer d’être objectif, d’observer dans le temps, et sans à priori.

« Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie. » Albert Londres.