Press "Enter" to skip to content

OGM, EL Dia, la clarté dans la confusion…

Dans un article de El Dia de la Republica OGM, panique orchestrée par un seul homme, nous attirions l’attention que tous les journaux, tous les médias audio et télévisuels annoncaient que les OGM étaient dangereux suite à une étude scientifique.

Dans notre article, ce que n’ont pas fait les autres médias, nous nous sommes intéressés à cette fameuse étude, que l’on ne peut qualifier d’impartiale.

Probablement des réactionnaires, beaucoup de personnes nous ont fait part de leur approbation quant à notre article, et nous publions un document quant à une émission de Canal + dont l’objectivité est sérieusement mise en doute par l’auteur.

« Cher ami,
Vous avez, comme beaucoup de personnes, reçu par Internet un message vous invitant à visionner une vidéo sur les OGM présentée comme censurée.

Cette vidéo n’a pas été interdite d’antenne puisqu’elle a été diffusée sur Canal Plus le 15 novembre 2005.

Cette émission, dans laquelle je suis interviewé, porte sur un maïs génétiquement modifié présenté comme dangereux pour la santé, et une étude de toxicité qui aurait été volontairement dissimulée. Ce document manque d’objectivité, et accumule les erreurs et les inexactitudes ; avec des coupures bien choisies, l’on me fait tenir des propos, qui sortis de leur contexte, donnent lieu à interprétations erronées. D’ailleurs, M. Le Député Jean-Yves Le Déaut, alors président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), a écrit dans ce sens au rédacteur en chef de l’émission, une lettre de violentes protestations.

Revenons sur ce qui s’est réellement passé :
La CGB, saisie pour effectuer l’évaluation scientifique du dossier de mise sur le marché du maïs génétiquement modifié MON863, s’est interrogée sur les résultats d’une étude de toxicité sur les rats qui montraient des différences entre le lot témoin et les rats nourris avec l’OGM, sur différents paramètres biologiques. La CGB a alors demandé, à plusieurs reprises, des informations complémentaires (re-examen des coupes histologiques par des experts renommés, nouvelles données sur le poids des reins et autres études toxicologiques impliquant le même maïs transgénique) et a fait appel à un spécialiste français dans le domaine, avant de conclure au fait que les modifications observées correspondent à des anomalies fréquentes chez le rat de laboratoire et n’ont pas de signification quant à la toxicité du maïs OGM. Après plusieurs examens du dossier, la CGB a donc finalement conclu, à l’issue de 5 avis, à l’absence de risque pour la santé, par rapport à un maïs conventionnel.

On peut s’étonner que M. Gérard Pascal, membre de la CGB, toxicologue, rapporteur du dossier, et qui a été à l’origine des questions posées par la CGB sur le dossier, n’ait pas été interrogé par Canal+.

Il est regrettable que les interrogations de la CGB sur un dossier, illustrées par les 5 avis émis sur ce dossier et qui font partie du processus normal d’évaluation, aient été utilisées dans les médias pour semer le doute sur la sécurité des OGM autorisés et discréditer la Commission du génie biomoléculaire. »

Marc Fellous
Président de la Commission du génie biomoléculaire