Press "Enter" to skip to content

Valérie Pécresse, une cancre ministre de l’enseignement…

C’est dire si la fonction de ministre n’est pas représentative de qualité, Valérie Pécresse qui n’a un poste de ministre que par sa loyauté au chef de l’état, vient de se ridiculiser dans une émission de télévision « Face aux Français » en déclarant que «l’économie numérique connait des révolutions tous les jours, quand on voit qu’aujourd’hui Facebook détrône Google, Facebook qui n’existait pas il y a un an».
C’est affligeant pour une personne en charge de l’enseignement de constater la méconnaissance du monde numérique, révolution du vingt et unième siècle…
Nous postons donc ce message personnel à Madame La Ministre.
Facebook qui n’est en rien comparable à Google, a été créé en 2004 et a connu une explosion en France en 2007. Il est vrai que cela ne fait que …7 ans de différence.

Le 18 mai 2007, Valérie Pécresse est nommée ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement Fillon 1.
Elle conserve son poste dans le deuxième gouvernement Fillon (19 juin 2007).
Elle met en œuvre et fait voter par l’Assemblée nationale en 2007 une loi sur l’autonomie des universités (loi LRU), soutenue par la Conférence des Présidents d’université (CPU), mais contestée par une partie des universitaires et par les étudiants, de même que son plan de réforme du CNRS par l’association Sauvons la recherche. Elle annonce en janvier 2008 un « plan campus », lui aussi contesté, devant faire émerger en France dix pôles universitaires d’excellence de niveau international. Début 2009, son projet de décret de réforme du statut des enseignants-chercheurs suscite à nouveau un large front contre elle.
Le 21 septembre 2009, lors d’une visite à l’institut pasteur de Lille, elle estime que la création sur l’université de Lille1 d’une antenne du Secours populaire est une « initiative choquante », sa déclaration suscita des critiques de certains membres de communauté universitaire.
Elle conserve son poste dans le troisième gouvernement Fillon (14 novembre 2010).