Press "Enter" to skip to content

ISF,Réforme fiscale sans réformer !

François Fillon et Nicolas Sarkozy sont les champions des réformes qui n’en sont pas.
La république exemplaire, la fonction publique, la magistrature, la facilité d’entreprendre, la sécurité, la baisse des impôts, l’augmentation du pouvoir d’achat, rien n’a bougé, pire tout s’est dégradé un peu plus.
Aujourd’hui, un soit-disant grand chantier, la réforme de la fiscalité.
Des débats ici où là, ou l’on entendra les stupidités habituelles de Dominique de Villepin argumentant pour l’exacte contraire des mesures qu’il prenait lorsqu’il était premier ministre de Jacques Chirac, Pierre Moscovici qui ne rêve que de taxer tous ceux qui sont plus riches que lui (heureusement, ils ne sont pas nombreux) et François Bayrou qui ne voudrait que du Bonheur à l’image de Patrick Sébastien….
En France, il y a des sujets tabou !
Etre riche dans l’hexagone, c’est un peu comme une maladie honteuse, ou faire partie d’un groupuscule se revendiquant du troisième Reich; les malheureux fortunés qui le peuvent prennent la fuite, (vers la Suisse ou les USA) pour les autres c’est profil bas.
Cette ségrégation instituée par François Mitterrand en 1981 a la vie solide comme toutes les ségrégations, pour preuve la haine du juif qui est un sujet que l’on évite soigneusement n’étant pas sur de son extinction. DSK lui-même n’en est pas persuadé, et c’est son seul point d’incertitude pour 2012…
Il est certain qu’un jour on jugera François Mitterrand pour cet appel à la haine et que déposer des fleurs sur sa tombe sera banni à l’image de celle de Pétain.
Les socialistes français se revendiquant de cette canaille ont deux postures. Exacerber les jalousies et profiter de ce trait malsain à l’image de l’UMP qui flirte avec les thèses du Front National de Marine Le Pen pour récupérer ses électeurs, et pour l’autre catégorie représentée par Benoît Hamon, c’est le communisme pur et dur qui n’est qu’une conséquence de la première. Arnaud Montebourg en bon opportuniste surf sur la vague du moment.
Une réforme de la fiscalité se doit de passer par la suppression de l’ISF pour une première raison, c’est un impôt discriminatoire et il a été fait pour cela dans le but de remporter les élections de 1981 en exacerbant les haines.
La deuxième raison est que c’est un impôt contre-productif. En effet une personne fortunée peut vivre n’importe où, et elle s’exile du sol national ne consommant plus, ne participant plus aux dépenses de la collectivité.
Les impôts collectés indirectement représentent 80% des sommes dépensées, et pour une personne dépensant 200.000 euros par an, il en verse en fait 160.000 à l’état en différents prélèvements.
La troisième raison, c’est que lorsque notre fortuné s’exile, les dépenses de l’état ne baissent pas et que sa part doit être répartie entre tous ceux qui sont encore là, donc une surcharge d’impôt.
Les politiques n’en ont cure, vous serez toujours bien assez nombreux pour leur payer leurs juteuses indemnités…

Pays ou n’existent plus l’ISF:
L’Autriche, Le Danemark, les Pays-Bas, et le Luxembourg, L’Allemagne, l’Espagne,

La haine, un bon moyen d’accéder au pouvoir