Press "Enter" to skip to content

Le cirque Sarkozy va fermer.


Réaliser un rêve d’enfance, c’était l’ambition politique de Nicolas Sarkozy. Les français ont cru à autre chose alors que le président l’avait annoncé depuis longtemps, il entendait seulement et uniquement réaliser son rêve.
Ce rêve qui se transforme en cauchemar du fait du mélange des genres. Nicolas Sarkozy n’a pas grandi, il a confondu le Monopoly, la poste enfantine, Achille Zavata avec les affaires d’état.
S’entourant de clowns plus ou moins drôles, qui servent de thèmes aux chansonniers et divers comiques, on retiendra l’impayable Christine Lagarde, le non moins drôle Eric Woerth, François Baroin, Eric Besson, et toutes les Guest stars comme BHL, Jacques Attali , Bigard etc…
Le cirque Sarkozy, installer sur le terre-plein de l’Elysée va fermer, ne faisant non seulement plus la recette minimum nécessaire mais subissant des défections importantes au sein même de son staff.
Les uns demandent la démission de Jean-François Copé, les autres prônent un dépôt de bilan, on s’achemine vers une liquidation pure et simple dans un an.
Des repreneurs pour ce cirque, des clowns tels que Villepin, Bayrou, Juppé seront intéressés mais les actionnaires échaudés ne vont probablement pas se précipiter alors qu’un autre cirque, pas hongrois celui-là, est en constante expansion, le Cirque Le Pen !
Celui-là s’appuie sur des numéros biens français, où la marseillaise sera jouée avant chaque représentation. Pas folichon mais avec l’accent du terroir, en ce moment c’est très tendance.
La troisième entreprise dans le monde du cirque et de loin la plus grosse, le PS, lancé par son célèbre clown triste François Mitterrand. C’était une mode en son temps, mais depuis Lionel Jospin qui avait accentué le rôle à l’excès, les français boudaient ce type de spectacle. Aujourd’hui le PS a une arme secrète, en provenance du FMI (une célèbre école de clowns) DSK qui finit son stage de perfectionnement aux states.
Nous devrions renouer avec les grandes pointures, car celui-là a plus d’une corde à son arc et sait jouer sur tous les registres.
Nicolas Sarkozy aurait pu rêver d’être pompier, cela aurait été moins néfaste pour la France, bien qu’on soit certain qu’il aurait tout de même réussi à mettre le feu à la caserne…

Philippe Penciolelli