Press "Enter" to skip to content

Fukushima comme Tchernobyl, évite la France

Short Sharp Science: Second explosion at Fukushima nuclear plant

L’IRSN a rendu public une étude sur les retombées radioactives en France après l’accident de la centrale de Fukushima. Ses conclusions se veulent rassurantes… comme du temps de Tchernobyl.
A l’époque nous avions le professeur Pellerin, aujourd’hui c’est Didier Champion.
Le constat de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) se veut rassurant. La France n’a aucune raison de s’inquiéter des retombées radioactives issues de l’accident de la centrale de Fukushima. Selon un bilan publié ce mercredi par l’IRSN, les concentrations d’éléments radioactifs provenant de la centrale japonaise et mesurée sur le territoire national « ont été très faibles ».
Pour appuyer cette théorie fumeuse on va se servir d’une autre catastrophe qui va devenir un bienfait, la sécheresse.
« La sécheresse a contribué à limiter la contamination des sols français. L’eau de pluie permet habituellement un transport efficace des particules radioactives. Mais les faibles précipitations sur le territoire national tout au long du printemps ont considérablement limité l’impact des rejets de l’accident de la centrale japonaise. » Et toc, d’une pierre deux coups!
« Aucune trace de radionucléides imputables à l’accident de Fukushima n’a été décelée avant le 24 mars », souligne l’IRSN, qui a noté également une tendance à la baisse des concentrations en éléments radioactifs à partir de la deuxième semaine du mois d’avril. « La radioactivité est source d’inquiétudes et de suspicions en France, nous avons démontré par nos mesures que les Français n’ont couru aucun danger », précise Didier Champion, directeur de l’environnement et de l’intervention de l’IRSN.
A t-on pendu ou décapité le professeur Pellerin pour l’affaire de Tchernobyl ? Non, et c’est pour cela que nous avons sa copie conforme en Didier Champion.

Le lapin mutant serait né quelques semaines après la tragique explosion de la centrale nucléaire japonaise et aurait donc gobé quelques radiations à la tétine.