Press "Enter" to skip to content

François Hollande, quel avenir?

Le soir du 6 Mai, la rue à partir de 20 heures offrait un spectacle irréaliste. Des gens très riches à bord de motos surpuissantes et de splendides voitures clamaient leur joie et criaient victoire. A la Bastille ils accouraient pour applaudir le nouveau président sur fond de drapeaux rouges et de poings levés en signe de haine. Quelles étaient leurs motivations ? Il y avait bien sur tout un mélange de diverses tendances. La déception vis-à-vis de Sarko était bien là ; ayant outrageusement favorisé ses ennemis, ce dernier avait perdu ses amis ; et puis le bling-bling et le Fouquets… . Le coup par derrière de François Bayrou était déterminant ; dans ce bazar électoral où tout est sans cesse à vendre, ce dernier avait sans doute estimé le prix éventuellement proposé inférieur à ses ambitions !

Par delà toutes les explications possibles et en filigrane, il devait y avoir une dominante : l’espoir de devenir plus riche grâce à la chasse aux riches promise par le nouveau président. Cela vaut la peine de l’analyser.

LA CHASSE AUX RICHES

Remarquons d’abord que le nouveau président doit avoir un problème psy. Il est très riche lui-même par ses multiples fonctions dont les avantages directs ou indirects sont immenses. Dès le soir de son élection, il l’a montré en louant pour 120 000 euros un jet privé spécial pour aller de Tulle à la Bastille sans que personne ne trouve cela anormal. Etre très riche et détester les riches le place devant un dilemme psychologique grave !

Chacun légitimement peut espérer devenir plus riche quitte, ensuite, à faire bon usage de sa richesse. La richesse collective ne peut résulter que de l’addition des efforts de chacun dans ses objectifs personnels. Adam Smith écrivait que ce n’était pas de la bienveillance du boucher qu’il attendait son diner mais de son intérêt. Dans l’ordre normal et moral des choses, cela doit arriver par plus de travail, plus d’épargne, plus de talents, plus d’efforts. Un des moyens principaux d’accroître à la fois sa propre richesse et celle de la nation est l’intervention des entrepreneurs ; en combinant sans cesse des capitaux, du travail, de la recherche, et maints autres éléments, ils créent des surplus qui n’existeraient pas sans eux ; ce type d’action est aussi bien valable pour l’entreprise d’un seul que pour celle de milliers de personnes.

Avec François Hollande la sagesse immémoriale des nations est renversée. La meilleure façon d’améliorer son diner deviendrait de voler le boucher. En effet, en chassant les riches de toutes les manières l’on entretient l’espoir fou de partager la richesse comme un gâteau dont la dimension est connue et que des enfants turbulents se disputeraient.

Les erreurs de raisonnements sont évidentes et les riches fêtards de la Bastille devraient le savoir.

D’abord, la richesse collective et personnelle varie sans cesse ; tel qui est riche aujourd’hui l’est moins demain et peut-être plus du tout. Ensuite, les super riches étant chassés définitivement ne seront plus là pour irriguer l’économie. Plus grave encore, cette chasse ouverte touche les jeunes entrepreneurs ; à l’heure où la circulation des gens et des capitaux est au maximum, pourquoi fonder son business en France avec la quasi certitude de se voir priver soi-même ou sa famille de ses efforts ? Reste l’espoir déraisonnable et peu charitable de ruiner son voisin de palier dont la voiture est spectaculaire et qui dispose de trois résidences : il faut être obtus pour ne pas comprendre que cet espoir ne donnera rien de plus à l’immense foule des moins riches. Quant aux pauvres ils seront laminés et iront faire le succès des restos du cœur.

DES TAXES EN CASCADE

La vérité sur le vrai programme n’a pas tardé et les médias ont révélé le véritable déluge fiscal qui va s’abattre dès juillet et qui atteindra 14 milliards d’impôts. De la taxation à 75 % des revenus annuels dépassant 1 000 000 d’euros; on nous dit que ce n’est pas grave car cela ne touche que 10 000 personnes ; évidement les avocats Suisses, Belges et Britanniques se frottent les mains et attendent les bras ouverts de nouveaux clients. Plusieurs niches fiscales seront rognées avec une agression particulière contre la niche favorisant les aides à la personne qui sont très créatrices d’emplois. S’ajoute un système compliqué de plafond global des niches fixé à 10 000 euros par an et par ménage. Au menu, aussi, une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu à 45 % pour les revenus de plus de 150 000 euros par part. L’ISF sera rétabli dans son ancien barème ce qui l’alourdira. Les droits de succession seront aggravés. aussi. Les sociétés seront à la fête avec une modulation de l’impôt selon leur taille et les bénéfices redistribués (sic). Une loi de décentralisation à l’automne verra de nouvelles modifications : la perpétuelle bougeotte fiscale et sociale est une des causes majeures de la panne de croissance.

LA PENSEE UNIQUE TOTALITAIRE

L’explication ultime tient dans certains articles de la Pensée Unique Totalitaire (P.U.T). Le nouveau président y adhère de tout son cœur et le tam-tam médiatique les répand sans vergogne.

L’austérité est un passage obligé pour le peuple, les politiciens n’en souffrant pas, sauf à la marge. Pas de véritables économies mais des dépenses à tout va. La politique publique de croissance doit résoudre tous les problèmes : c’est faux car la croissance ne peut venir que du privé, toute politique publique de croissance étant vouée à l’échec. Enfin, l’Europe et son appendice monétaire, l’euro, sont l’objet de tous les espoirs, alors qu’elle crée, elle-même, la panne de croissance.

La « Reine de Prusse », Angela Merkel, qui est au centre du dispositif, adhère totalement à cette « P.U.T. ».

En France nous avons un espoir d’échapper à la tornade rouge, ce sont les législatives, qui offrent l’occasion d’un troisième tour. Profitons en pour donner de bonnes leçons.

Il faut reconnaître, cependant, que les candidats de toutes sortes ne sont guère favorables à la vérité économique, laquelle conduit à la liberté et donc à la richesse pour tous !

MICHEL DE PONCINS