Press "Enter" to skip to content

Cahuzac: un juge, témoin à charge.

Ile de la Réunion - Cartographie de l'incendie avec ArcGIS Online ...

Jérôme Cahuzac a beau démentir avec force, un dicton nous revient sans cesse: il n’y a pas de fumée sans feu!
Après les déclarations d’un ex-employé du fisc français, c’est un ex-juge d’instruction qui déclare avoir entendu parler de ce fameux compte sans toutefois en apporter la preuve.
Jean-Louis Bruguière, lui aussi rêvait de vivre aux frais du contribuable et c’est donc la solde de député qu’il visât (15000 euros/mensuel).
Il se présentât contre Jérôme Cahuzac dans le Lot et Garonne en 2007. Et c’est là qu’intervient un certain Michel Gonelle qui prétend avoir donné au juge, une cassette audio dont on ne connaît pas le contenu, Bruguière déclarant l’avoir détruite sans l’écouter…
Connaissant les juges d’instruction, personne ne peut croire à cette histoire. Aussi cette déclaration à Paris-Match par Bruguière semble bien confirmer l’existence du compte en Suisse, toutefois sans que l’ex-juge ne se salisse les mains, au contraire, déclarant:Je ne l’ai ni utilisé ni conservé, considérant ce type de procédé douteux, contestable, non éthique », ajoute Jean-Louis Bruguière, qui dit avoir « détruit » l’enregistrement. Il affirme que « jamais » il n’aurait « voulu être élu avec des procédés à [son] sens déloyaux », ajoutant qu’il avait exclu Michel Gonelle de son équipe de campagne.
Mediapart pour sa part assure néanmoins avoir eu connaissance de courriels dans lesquels Jérôme Cahuzac « n’a jamais contesté l’authenticité de la bande, au contraire ».
Vendredi, Michel Gonelle a affirmé qu’il avait eu un contact avec l’Élysée au sujet de cet enregistrement, contact confirmé par la présidence. Il a aussi déclaré à l’AFP qu’il avait « remis une copie de l’enregistrement à un magistrat en qui, a-t-il dit, j’avais toute confiance. Un magistrat que j’ai depuis perdu de vue. » « Je ne démens pas ce qu’a écrit Mediapart », a encore ajouté Michel Gonelle, avant d’affirmer : « Ce n’est pas moi qui ai transmis l’enregistrement à Mediapart. »

Ce vaudeville bancaire ne semble pas ébranler la confiance de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, il faut dire que les affaires véreuses, c’est une spécialité des politiques français.