• Les Européens se sont fait sucrer trois millions…

    octobre 28, 2009 by · Commentaires fermés sur Les Européens se sont fait sucrer trois millions…
    Filed under: Politique 

    A l’heure ou le truc à la mode est l’Ecologie, certains n’hésitent pas à faire des kilomètres pour profiter des aides européennes, il suffit de faire un détour par la Russie…

    Explication: Le journal Herald tribune rapporte que le groupe sucrier Belge Beneo-Orafti prétendait exporter du sucre en Russie et lui permettait de toucher la prime à l’export pour soutenir les producteurs européens de sucre.

    Des subventions si juteuses, que même la Finlande s’est lancée dans la culture de betterave à sucre; alors multiplier les milliers de kilomètres pour profiter du système européen et se sucrer…

    Les écolos apprécieront les économies de carburant fait par le sucrier belge comme British Airways qui faisaient voler ses avions à vide pour garder les licences d’atterrissage, comme nous vous le révélions dans El Dia.

    L’écologie, les économies d’énergie, ce sont vraiment les trucs à la gomme de ce début de vingt et unième siècle…

    La France de Sarkozy coûte cher à l’Europe….

    octobre 26, 2009 by · Commentaires fermés sur La France de Sarkozy coûte cher à l’Europe….
    Filed under: Politique 

    Un article du Parisien relève la façon économique de gérer de Nicolas Sarkozy.

    Comment dépenser plus en ne faisant rien !

    un million d’euros par jour. C’est l’ardoise laissée par la France lors de sa présidence de l’Union européenne, de juillet à décembre 2008.

    Dans un rapport transmis au Sénat, révélé hier par nos confrères de Médiapart, la Cour des comptes a épluché les factures de la présidence française de l’Union européenne.

    Sommet pour la Méditerrannée : Paris capitale diplomatique du monde
    Au total, 171 millions d’euros ont été dépensés en six mois, soit 1 million par jour. Ce qui en fait le semestre le plus cher de l’histoire de l’Union.

    Dans une lettre envoyée le 9 octobre au Sénat, le président Philippe Séguin remarque ainsi que les dépenses ont été très supérieures aux présidences françaises précédentes de 1995 (14,1 millions d’euros) et de 2000 (56,9 millions), et aussi à celles des autres présidences les plus récentes, qui se sont situées entre 70 et 80 millions d’euros, souligne la Cour.

    La Cour des comptes s’interroge sur plusieurs opérations, selon Médiapart. Elle pointe ainsi une «programmation excessivement touffue», «la multiplication et le coût parfois élevé des opérations». En effet, à lire sur l’ancien site internet de la présidence la liste des réunions formelles et informelles, croisée à celle des principaux colloques, le programme paraît très lourd et en devient difficilement compréhensible.

    Le seul sommet de l’Union pour la Méditerranée, qui s’était déroulé le 13 juillet à Paris, suivi de réceptions grandioses et du 14 juillet, a coûté 16,6 millions d’euros. Quelques heures de réunion s’étaient déroulées au Grand Palais. Pour accueillir les 42 chefs d’Etat conviés, leurs collaborateurs, leurs services de sécurité -18 000 policiers avaient été mobilisés- et la presse venue du monde entier, des tentes et des restaurants éphémères avaient été installés au bord de la Seine. Pour l’occasion, le Grand Palais avait également fait peau neuve. Au moyen de 91 500 euros pour une éphémère moquette -bleue, et non rouge, aux couleurs de cette Union pour la Méditerrannée-, 194 900 euros de jardinières et 136 000 euros consacré au fond de scène. Ce sommet international n’a été suivi d’aucune annonce.

    La Cour des Comptes remarque également que c’est l’Elysée qui aura finalement mobilisé le plus de crédits pour ses réunions, 76 millions d’euros. La programmation et les procédures d’engagement des dépenses sont fortement critiquées. Le designer Philippe Starck ainsi empoché plus de 57 000 euros pour le logo, par l’intermédiaire d’un sous-traitant, au terme d’une mise en concurrence jugée peu sérieuse par la haute institution.

    Dominique Voynet, une dinde gavée par McDo

    octobre 26, 2009 by · Commentaires fermés sur Dominique Voynet, une dinde gavée par McDo
    Filed under: Politique 

    Zone interdite retirait un sujet épineux sur McDo dans son émission de dimanche soir, pourquoi, à cause de qui?

    Peut-être pour des raisons publicitaires pour la chaîne de télévision, mais pour Dominique Voynet, qu’en était-il ???

    Dominique Voynet ancienne ministre de l’environnement, ex-dirigeante et fondatrice des Verts, sénateur-maire de Montreuil, (cumuler plus pour gagner plus) deux fois candidate à l’élection présidentielle en 1995 déclarait en 2007 à propos de McDo:
    « La complétude de sa démarche environnementale, tant sur les chantiers menées que sur acteurs impliqués (siège, franchisés et fournisseurs), rend possible et souhaitable le dialogue avec les citoyens ».
    Et d’ajouter:
    « McDonald’s est désormais légitime pour parler d’environnement à ses clients. »

    Devant les réactions provoquées, notamment au sein de son propre parti, elle enfonce le clou se présentant comme magnanime : « C’est important de discuter avec tout le monde, y compris avec les chefs d’entreprise, et de montrer qu’on n’est pas sectaire ».

    Conne, pourrie ? Comment définir Dominique Voynet, peut-être un peu des deux…

    Chirac, Bayrou, la France Bananière va son chemin…

    octobre 25, 2009 by · Commentaires fermés sur Chirac, Bayrou, la France Bananière va son chemin…
    Filed under: Politique 

    Jacques Chirac connaîtra cette semaine la décision du juge d’instruction sur son éventuel renvoi devant un tribunal pour détournement de fonds.

    La juge d’instruction Xavière Simeoni doit rendre son ordonnance avant le 30 octobre, (Reuters)
    date à laquelle elle quittera, à sa demande, son poste de juge d’instruction financier pour d’autres fonctions.

    La magistrate a mis en examen l’ancien président de la République pour
    « détournement de fonds publics » après son départ de l’Elysée en novembre 2007.

    Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a requis fin septembre un non-lieu au profit de Jacques Chirac mais aussi pour les autres mis en examen, au nombre d’une quarantaine.

    Les institutions de la république bananière fonctionnent à merveille…

    L’enquête vise au total 35 emplois présumés fictifs de « chargés de mission » à la mairie de la capitale, que Jacques Chirac a dirigée de 1977 à 1995.
    Figurent notamment quatre anciens directeurs de cabinet de Jacques Chirac lorsqu’il était maire de Paris entre 1977 et 1995 – Robert Pandraud, Daniel Naftalski, Michel Roussin et Rémy Chardon -, l’ex-directeur de cabinet de Jean Tiberi (maire de 1995 à 2001) et des bénéficiaires d’emplois présumés fictifs.
    On trouve entre-autre Jean de Gaulle, petit-fils du fondateur de la Ve République, un frère de Jean-Louis Debré, actuel président du Conseil constitutionnel, la femme de l’ancien ministre des Affaires étrangères Hervé de Charette, ou encore des élus chiraquiens de Corrèze.

    Jacques Chirac ayant bénéficié pendant ses mandats de président de 1995 à 2007 de l’immunité pénale du chef de l’Etat, les faits sont aujourd’hui anciens, presque 20 ans pour certains d’entre eux.
    CE QUI NE LES EXCUSE PAS.

    Le procureur a soutenu qu’ils étaient prescrits pour la plupart (FAUX) et que sur le reste, la culpabilité de Jacques Chirac ne pouvait être évoquée.(FAUX ET POUR PREUVE)

    La prescription avait été écartée en cours d’instruction, en 2007, par la Cour de cassation, la plus haute juridiction française.

    La juge Simeoni n’est pas obligée de suivre l’analyse, mais si elle retient tous les faits, notamment ceux de « faux en écriture publique par personne dépositaire de l’autorité », c’est la cour d’assises qu’elle doit saisir, une option peu probable.
    Un éventuel renvoi sera donc sans doute prononcé devant le tribunal correctionnel, sur une petite partie des faits seulement. Si la juge Simeoni choisit cette option, le parquet devrait faire appel, renvoyant la décision finale à la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, avec un délai supplémentaire d’environ un an.

    C’EST A DIRE COMME D’HABITUDE, ETOUFFER L’AFFAIRE.

    Politiquement, le dossier semble plutôt embarrasser les différentes forces politiques, l’ancien chef de l’Etat, âgé de 76 ans, ayant quitté la vie publique pour se consacrer à une fondation et à la rédaction de ses mémoires.
    Il ne faudrait pas troubler l’ancien président durant cette œuvre côlossale !

    Dans ses procès-verbaux d’interrogatoire par la juge Simeoni, Jacques Chirac niait toute malversation, affirmait ne pas se souvenir de certains cas mais admettait aussi que certaines personnes avaient été salariées par la Ville de Paris sans y travailler pour faciliter l’exercice de tous ses mandats.
    Cette affaire est une des nombreuses ayant fait état de corruption ou de fraude électorale à la mairie de Paris sous Jacques Chirac.

    François Bayrou, président du Modem, a estimé dimanche qu’il fallait laisser en paix l’ancien chef de l’Etat. « Je trouve que si longtemps après, ça n’a pas de sens. L’anomalie française est que la justice ne passe pas en temps et en heure », a-t-il dit sur Europe 1.

    Jean Sarkozy, ouh le menteur !

    octobre 24, 2009 by · Commentaires fermés sur Jean Sarkozy, ouh le menteur !
    Filed under: Politique 

    Jean Sarkozy serait un menteur…

    « Vous pouvez vérifier », a lancé le fils du Président à propos de ses études universitaires. Rue89 l’a pris au mot.

    Tout commence avec cette confidence de Jean Sarkozy, jeudi dernier au Point :

    « J’ai validé trois matières de ma deuxième année présentée. Et je peux même vous donner les notes : 11 en histoire des idées politiques, 14 en finances publiques et 19 en droit immobilier et en droit civil. Vous pouvez vérifier. »

    Il ne fallait pas nous le dire deux fois. Venant de quelqu’un qui, pour sa première campagne électorale, a assuré « soutenir à mort » le candidat qu’il allait pourtant lâcher quelques semaines plus tard, il y a de quoi se poser de légitimes questions.

    Certes, il y a quelque chose d’étrange à s’interroger sur le parcours universitaire d’un jeune homme qui, à 23 ans, n’a toujours qu’un bac en poche et devrait pourtant diriger le conseil d’administration de l’Epad (Etablissement public d’aménagement de La Défense), qui abrite « 2500 entreprises (dont quelques multinationales) et 150 000 emplois ».

    Mais puisque ça se passe aujourd’hui comme ça et qu’un responsable politique en vient à parler de son actualité en donnant ses notes de deuxième année de fac, il faut bien s’y résoudre. D’autant que nombre de riverains de Rue89 ont également réclamé de vérifier ses dires, sous ma récente enquête sur les difficultés financières de l’Epad.

    Le droit immobilier, c’est pour les plus grands
    Alors, commençons par les trois notes sus-citées. Petit coup de téléphone au service de la scolarité de la Licence 2 à la faculté de droit de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où Jean Sarkozy est réputé étudier :

    « Nous ne sommes pas autorisés à communiquer sur les notes ou les années des étudiants, de tous les étudiants, même aux parents. »

    Il fallait s’y attendre. C’est même plutôt rassurant de voir qu’on ne refile pas les notes d’untel ou d’unetelle au premier venu. N’empêche, au passage, je repense au « vous pouvez vérifier » de Jean Sarkozy et me dis que ça ne l’engageait pas trop…

    Direction donc le règlement de la Licence 2. On ne connaîtra pas les notes, mais on apprendra autre chose. La série des trois matières indiquées figurent bien au programme du premier semestre de la Licence 2, mais deux précisions s’imposent :

    Il ne s’agit pas de « droit immobilier et droit civil », mais de « droit des biens », qui est effectivement une matière de droit civil, mais qui n’est pas du droit immobilier. Le droit immobilier, c’est pour les plus grands. On peut cependant le comprendre : un 19 en droit immobilier, ça peut remplir un CV vide quand on veut présider l’Epad.
    Il s’agit de matières dites non fondamentales. Et pour avoir moi-même fait des études de droit, je peux témoigner qu’il s’agit d’oraux ou d’écrits d’une heure qui se révisent et s’obtiennent en bachotant deux jours maximum par matière. Pas de quoi pavoiser.
    Ce qui surprend également est la précision apportée par Jean Sarkozy, toujours au Point : « Je présenterai les quatre matières restantes lors du prochain contrôle. » Sauf qu’il lui reste au minimum neuf matières à passer. Quatre matières fondamentales (deux au premier semestre et deux au second, les plus difficiles à obtenir) et cinq non fondamentales (au second semestre).

    Allez, on pourrait presque lui pardonner cette absence, tant il est difficile de s’y retrouver même pour un étudiant assidu.

    « Un étudiant qui n’est même pas chez nous »
    Muet, le même service de la scolarité allait toutefois m’apporter, sans le vouloir, une précision loin d’être anodine. Affable, mais agacée par les coups de téléphone à répétition des journalistes, la responsable me glisse avant de raccrocher :

    – « Je n’aime pas trop passer tout mon temps au téléphone pour un étudiant qui n’est même pas chez nous.
    – Pas chez vous ? Comment ça ?
    – Ben… Euh… On ne s’occupe que de la filière normale. Au revoir. »

    S’il est donc toujours inscrit à Paris I, il a opté pour l’une des voies alternatives : la formation à distance (via le Cavej), plus facilement conciliable avec son activité de conseiller général des Hauts-de-Seine.

    Une indication qui vient s’ajouter à celles, nombreuses, fournies par étudiants et professeurs de la même faculté, qui témoignent qu’on ne le voit plus depuis au moins un an. Ainsi que par quelques portraits de l’intéressé parus dans la presse. Autant d’éléments qui permettent de retracer une ébauche de parcours :

    Juin 2004 : bac L au lycée Pasteur de Neuilly (obtenu).
    Septembre 2004 : hypokhâgne au lycée Henri-IV à Paris (abandon).
    Septembre 2005 : prépa ENS Cachan au lycée Turgot à Paris (échec).
    Septembre 2006 : première année de droit à Nanterre puis à Paris I (obtenue).
    Septembre 2007 : première deuxième année de droit (rate les exams).
    Septembre 2008 : deuxième deuxième année de droit (ne passe pas les exams).
    Septembre 2009 : troisième deuxième année de droit (en cours).
    Dérogation, autorisation et communication de crise
    Là encore, on peut faire deux observations. Il est semble-t-il passé par la fac de Nanterre (celle du secteur de Neuilly-sur-Seine), avant de bénéficier d’une dérogation pour venir étudier à Paris I. Et le président de l’université a dû l’autoriser à tripler sa deuxième année, car il est impossible sinon de faire plus d’un redoublement durant les deux premières années d’études en droit.

    J’aurais évidemment souhaité pouvoir confronter ces déductions aux déclarations de Jean Sarkozy. Mais ce dernier n’a pas répondu aux demandes d’interview de Rue89. J’ai seulement appris au passage qu’il s’était entouré, depuis peu, d’une nouvelle conseillère en com, spécialiste des relations publiques… et de la communication de crise.

    Si vous me lisez, Madame, je veux bien que vous écoutiez votre répondeur et me rappeliez. Par avance, merci.

    Rue89

    Quand on vous disait qu’il s’agissait d’un surdoué…

    Jean Sarkozy, toutes les qualités d’un grand !

    octobre 23, 2009 by · Commentaires fermés sur Jean Sarkozy, toutes les qualités d’un grand !
    Filed under: Politique 

    Unanimement célébré dans la Presse, le renoncement de Jean Sarkozy est le plus justement commenté dans ‘Le Progrès ».

    «En cinq minutes à peine, Jean Sarkozy nous a tout fait : l’innocent persécuté, le fils obéissant, l’élu dévoué à ses électeurs, l’homme blessé, le jeune mûri dans l’épreuve, le politique porteur d’une ambition. Du très grand art. Son père en plus blond, plus jeune et plus calme», lance Francis Brochet dans Le Progrès. «La gauche se réjouit ? Les inconscients !»

    On peut ajouter à ce portrait, le TRAITRE, en se rappelant l’épisode Martinon et la mairie de Neuilly, Le MENTEUR tout récemment sur ses études dont Rue89 a démonté après enquête l’ampleur du mensonge, La CRAPULE dans l’affaire du scooter place de la concorde, bref un garçon très bien sur toute la ligne…

    Probablement un futur président pour cette belle république française.

    De Villepin, la justice a tout raté !

    octobre 21, 2009 by · Commentaires fermés sur De Villepin, la justice a tout raté !
    Filed under: Politique 

    Le Procureur a requis 18 mois de prison avec sursis contre Dominique de Villepin, c’est peu s’il est coupable, c’est énorme s’il est innocent.

    Les juges se seraient-ils trompés à ce point? cela s’est déjà vu.
    Les témoins seraient-ils tous de faux témoins? rien n’est impossible.

    Mais Dominique De Villepin est-il au dessus de tous soupçons? Bien sur que non, c’est même tout le contraire.

    Il faut se souvenir des émissions de télé avec De Villepin en premier ministre, racontant absolument n’importe quoi histoire de noyer le poisson, (ou la question).

    Ce type est louche, ou plus que louche, c’est un politique!

    Pour le français de base, moyen ou supérieur, ce qui va arriver à De Villepin, il s’en fout.
    Par contre si Nicolas Sarkozy avait enfin réussi à tenir une de ses promesses, là, tous les français étaient intéressés!
    De Villepin pendu à un croc de boucher, cela aurait eu un certain panache dans cette république nauséabonde.
    Certains nostalgiques auraient préféré la guillotine, mais Badinter garde jalousement le dernier exemplaire, comme d’autres accrochent les trophés de chasse au-dessus de la cheminée.

    Non, décidément, la France rate toutes les occasions de revenir au premier rang des nations, et en 2012 nous retrouverons Dominique de Villepin candidat contre Nicolas Sarkozy, avec DSK qui tentera de profiter de cette guerre fratricide…

    Vivement 2017, avec les enfants Sarkozy, Royal-Hollande, Bové, Voynet, etc…

    La France, un pays de Rois !

    Bové, Royal, Sarkozy et Cie, projet de loi…

    octobre 21, 2009 by · Commentaires fermés sur Bové, Royal, Sarkozy et Cie, projet de loi…
    Filed under: Politique 

    On en peut plus de cette France bananière, ou les opportunistes incapables sont au pouvoir, mais pour couronner le tout, ils nous refilent leurs cancres de rejetons…

    Pour la plupart des hommes politiques qui ont également le statut de repris de justice, et ceux qui ne l’ont pas encore comme Eric Woerth par exemple, mais les choses pourraient bien changer si la justice se penchait un peu plus sur ses histoires Suisse, voilà que les français vont devoir assurer la pitance de toute leur progéniture…

    Car en plus d’être bon à rien, le monde politique se reproduit et c’est un véritable fléau qui menace la France !

    Aujourd’hui c’est la fille de l’autre andouille, Marie Bové qui vient annoncer qu’elle va conduire la liste écologie en Aquitaine avec le soutien de Noël Mamère; les intelligents ne se mélangent pas avec les andouilles et vice versa.

    Le fils de Ségolène Royal et de Hollande, Thomas Hollande a également des vélléités, Jean Sarkozy qui brûle les étapes grâce à Papa, la fille de Dominique Voynet celle de Maryse Joissains etc etc, une véritable épidémie…

    Pour lutter contre cet état bananier,
    Premier projet de loi, castration chimique obligatoire pour toutes personnes rentrant en politique.

    Deuxième projet de loi, interdiction aux enfants du personnel politique de se présenter à la moindre élection et de n’occuper aucun poste dans l’administration.

    troisième projet de loi, une indemnité mensuelle plafonnée à 2000 euros quel que soit le poste que l’on occupe; on ne devrait pas venir en politique pour faire du fric.

    Simple, efficace et à effet immédiat.

    Alors, si vous voulez changer, premier étape, ne participez à AUCUNE élection.

    Frédéric Mitterrrand, c’est vraiment n’importe quoi !

    octobre 20, 2009 by · Commentaires fermés sur Frédéric Mitterrrand, c’est vraiment n’importe quoi !
    Filed under: Politique 

    Nicolas Sarkozy comme à son habitude, sait choisir les meilleurs !

    D’Eric Besson en passant par Eric Woerth, Christine Lagarde, et en fait tout son gouvernement, la cerise sur le gâteau, c’est incontestablement Frédéric Mitterrand.

    Après avoir défendu Roman Polanski, donc indirectement la sodomie des petites filles, aujourd’hui, il s’en prend violemment à un rappeur, Morsay, quitient des propos affligeants sur la police.

    A quel point Frédéric Mitterrand est un pauvre type (on l’a vu dans son livre) c’est que
    l’été dernier, il avait, au contraire, défendu Orelsan dont la chanson « Sale Pute » avait créé la polémique.

    Soulignant que la « liberté d’expression ne doit pas être le prétexte à des dérives incitant à la haine ou à la violence », Frédéric Mitterrand « en appelle au sens des responsabilités des dirigeants de radios, de chaînes de télévision et de sites Internet ». « J’en appelle également aux internautes, pour qu’ils ne cautionnent, ni n’encouragent de tels excès », ajoute-t-il.

    Voilà qu’il se prend pour le Général De Gaulle, mais c’est l’appel du 20 octobre.

    Dans la chanson « Sale Pute », l’auteur

    Décrivant les sentiments qui raconte qu’il a découvert que sa petite amie le trompe, et parle notamment de “l’avorter à coups d’opinel”, de lui “déboîter la machoire”, ou de lui “déchirer l’abdomen”.

    Pour Frédéric Mitterrand, que des mots d’amour qui ne remettent pas en cause la morale et qui méritent d’être défendus, les femmes apprécieront !

    « Je ne trouve rien de choquant ni de répréhensible à la manière dont il le chante », l’avait alors défendu le ministre de la Culture. « Orelsan exprime le dépit amoureux, avec des termes qui ne sont pas les miens, moi je ne parle pas exactement la même langue, mais il a tout à fait le droit de l’exprimer », déclarait Frédéric Mitterrand, le 14 juillet au micro de RTL.

    Décidément, chez les Mitterrand, on sait retourner sa veste…

    Ramon Lacontessa fait son méa culpa sur Sarkozy

    octobre 19, 2009 by · Commentaires fermés sur Ramon Lacontessa fait son méa culpa sur Sarkozy
    Filed under: Politique 

    Voilà ce qu’écrivait Ramon Lacontessa le jour de l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidentielle 2007 à 16 heures précises.

    Nicolas Sarkozy, élu Président de la France.

    Estimation du résultat, + ou – 54%

    Celui qui avait déclaré lorsqu’il était encore un jeune homme qu’il serait président de la république française, à gagné son pari !

    Face à une candidate peu crédible, aux archaïsmes bien ancrés, celui qui se présentait comme le candidat de la rupture l’emporte avec à peu près 54% des suffrages.

    En espérant que la France tourne résolument le dos au socialisme, comme l’ont fait la majorité des pays dans le monde, elle devra s’atteler à rejoindre l’Allemagne, le Royaume Uni, les pays nordiques et l’Espagne.

    Vaste chantier pour Nicolas Sarkozy qui devra veiller à s’entourer d’une équipe compétente, à l’inverse de Jacques Chirac.
    La première rupture sera de renvoyer dans leur foyer les ministres qui l’ont soutenu comme Philippe Douste-Blazy et tant d’autres qui ne vont pas manquer de se rappeler à son bon souvenir dès demain.

    Pour Ségolène Royal et François Hollande qui auront réussi à mettre le parti socialiste au plus bas, ils retrouveront probablement leurs sièges de député en juin, ce qui leur permettra de continuer à vivre aux frais de la république, tant la culture de l’assistanat est développée en France.
    Il ne reste plus qu’au nouveau président à former une importante majorité à l’assemblée contrairement à ce que prônait François Bayrou, afin d’engager les réformes indispensables pour sortir le pays du bourbier dans lequel trente ans de culture socialiste l’a plongé.

    Il n’est plus temps aux tergiversations, aux débats participatifs si chers à Ségolène Royal, le pays à besoin de se lancer dans une course en avant, afin de rattraper le retard qui pénalise un peu plus chaque jour les Français.
    L’histoire jugera Nicolas Sarkozy sur sa capacité à refondre les principes qui régissent notre société, à rendre une responsabilité à chaque citoyen, et à favoriser la liberté d’entreprendre, à l’inverse de tous ses prédécesseurs…

    On comprend mieux pourquoi Ramon Lacontessa est si réaliste aujourd’hui envers Nicolas Sarkozy et son projet pour 2012. Pris une fois, mais pas deux!

    Page suivante »

    Copyright 2008 - El-dia.com - Tous droits réservés